lundi 25 mai 2015

Péladeau aurait préféré que les Nordiques restent

http://www.journaldequebec.com/

Avec les années, les Nordiques auraient pu «vivre correctement et adéquatement», selon lui

Le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, SIMON CLARK

Le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau

Marc-André Gagnon
À l’instar du maire Labeaume, Pierre Karl Péladeau aurait préféré que la vente des Nordiques soit évitée, il y a vingt ans.
«C’est vrai que ç’aurait été plus agréable de les garder, et ils évolueraient encore aujourd’hui», a déclaré le chef du Parti québécois, lorsque questionné à ce sujet en marge de la visite d’un centre de formation professionnelle avec son candidat dans Jean-Talon, Clément Laberge.
L’actionnaire majoritaire de Québecor, qui avant de faire le saut en politique provinciale, était impliqué de près dans le dossier de l’amphithéâtre, estime que la rentabilité des Nordiques aurait pu être assurée avec les années.
Même s’il n’est «pas au courant de tous les tenants et aboutissants qui ont amené à la vente des Nordiques», le chef péquiste constate que les éléments qui plombaient la rentabilité de l’équipe en 1995, n’existent plus aujourd’hui.
«À l’époque, il y avait quand même le début d’un rehaussement d’un certain nombre de considérations», a relaté M. Péladeau, en faisant référence au plafonnement des salaires, qui a depuis été mis en place, et au système de partage des revenus entre propriétaires d’équipes.
Reconnaissant d’emblée que «c’est toujours un petit peu facile» et que «ça fait gérant d’estrade que de se remettre vingt ans avant, chose certaine, les conditions se sont nettement améliorées», a observé le magnat de la presse.
C’est notamment grâce aux ajustements apportés que la LNH est aujourd’hui «plus fleurissante», a fait valoir M. Péladeau, en félicitant le commissaire Gary Bettman pour sa contribution.
À la défense de Me Aubut
Marcel Aubut aurait hésité longuement avant de conclure la vente des Nordiques, le 25 mai 1995, a raconté Luc Ouellet au FM93, lundi. Celui qui faisait alors partie de la garde rapprochée de Me Aubut assure que ce dernier a tout fait jusqu’à la dernière minute pour éviter le départ de l’équipe au Colorado.
Par ailleurs, après avoir suggéré de faire visiter lui-même le Centre Vidéotron aux dg et dépisteurs de LNH de passage à Québec à l’occasion de la Coupe Mémorial, Régis Labeaume a fait savoir que ce sont finalement les responsables de la construction de l’amphithéâtre qui s’en occuperont.
«Ils vont donner un paquet de détails que je ne pourrais pas donner, même si je commence à m’y connaître», a expliqué le maire de Québec, qui préfère faire «profil bas» et laisser aux visiteurs, le soin de transmettre la bonne nouvelle aux dirigeants de la LNH.
- Avec la collaboration de Taïeb Moalla et Pierre-Olivier Fortin