mardi 16 juin 2015

Coyotes: Bill Daly maintient son discours

http://www.journaldequebec.com/

«Nous avons toujours cru que la région de Phoenix est un marché qui peut faire vivre cette équipe et en faire une concession qui fonctionne bien. Ils [les partisans] méritent mieux que ce qui leur arrive en ce moment. Je dirais à tous les partisans de s’accrocher et que la situation se réglera.»
AFP

«Nous avons toujours cru que la région de Phoenix est un marché qui peut faire vivre cette équipe et en faire une concession qui fonctionne bien. Ils [les partisans] méritent mieux que ce qui leur arrive en ce moment. Je dirais à tous les partisans de s’accrocher et que la situation se réglera.»

AGENCE QMI
MISE à JOUR 
GLENDALE - L’adjoint au commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), Bill Daly, a tenu à rassurer les partisans des Coyotes de l’Arizona, lundi.
L’organisation a récemment déposé une injonction contre la Ville de Glendale et son conseil municipal, qui ont voté pour un bris du pacte signé en juillet 2013 qui prévoyait l’octroi de 225 millions $ sur 15 ans à IceArizona, la firme propriétaire de l’équipe, pour la gestion de l’amphithéâtre.
«Nous sommes toujours engagés à y garder les Coyotes puisque les propriétaires le sont également», a mentionné le bras droit de Gary Bettman sur les ondes de la station radiophonique 98,7 FM Arizona Sports.
«Nous avons toujours cru que la région de Phoenix est un marché qui peut faire vivre cette équipe et en faire une concession qui fonctionne bien. Ils [les partisans] méritent mieux que ce qui leur arrive en ce moment, a-t-il ajouté. Je dirais à tous les partisans de s’accrocher et que la situation se réglera.»
Du changement pour Barroway?
De son côté, le propriétaire majoritaire des Coyotes, Andrew Barroway, pourrait voir son rôle au sein de l’organisation être réduit au cours des prochains jours, selon ce qu’a révélé le réseau FOX Sports.
Celui qui a acheté 51% des actions de l’équipe en décembre dernier devrait toutefois demeurer l’actionnaire détenant la plus grosse partie du gâteau, même s’il n’aura aucun contrôle sur les décisions entourant la formation.