samedi 13 juin 2015

«Les Coyotes devraient déménager»

http://www.journaldequebec.com/

Marc-Édouard Vlasic, des Sharks, comprend mal l’entêtement de la LNH

NHL: Vancouver Canucks at Arizona Coyotes
USA TODAY SPORTS

Stéphane Cadorette
Si les joueurs actifs de la LNH se montrent habituellement frileux à l’idée de commenter le dossier épineux des Coyotes de l’Arizona, ce n’est pas le cas du défenseur des Sharks, Marc-Édouard Vlasic. «Ils devraient déménager», tranche-t-il.

L’ancien des Remparts vient de compléter sa neuvième saison à San Jose et se désole que ses rivaux de la division Pacifique évoluent toujours dans le désert malgré une panoplie de rebondissements dans leur saga à Glendale.
Bien au fait des derniers développements, le Montréalais d’origine qui passe maintenant ses étés à Québec n’en revient tout simplement pas que la LNH et les Coyotes s’accrochent aux cactus de l’Arizona.

AFP_485416133


NHL: Vancouver Canucks at Arizona Coyotes«J’ai suivi ça. La ville voulait vraiment les garder, mais elle se rend compte qu’elle paie trop d’argent pour les avoir. Je ne comprends pas pourquoi ils (les élus) ont été d’accord avec ça au départ.
«Les Coyotes devraient déménager. C’est mon avis, ils devraient s’en aller, mais la LNH veut fortement la garder là-bas. On perd de l’argent à chaque année. Ils ont mis l’équipe là, mais ils se sont rendus compte qu’ils n’auraient pas dû et refusent de se l’avouer», a-t-il lancé sans détour avant de sauter sur la glace pour la première édition du ProHockey, en compagnie d’anciens de la LNH et d’amateurs, en soutien à la recherche sur le cancer de la prostate au CHU de Québec.
Pas une ville de hockey
Très posé et courtois, Vlasic n’est pas de nature à s’emporter. Toutefois, plus on évoque Glendale et ses Coyotes, plus l’agacement est perceptible.
«Un déménagement pour la ligue, pour les joueurs et pour les partisans, c’est ça qui devrait arriver. C’est une bien belle place où vivre, mais est-ce une ville de hockey? Non!
«Je crois par contre que ça ne bougera pas parce que la ligue a l’air tellement accrochée à l’idée de garder l’équipe à Phoenix. Je ne sais pas pourquoi. Sauf que ça peut arriver vite de même, comme à Atlanta...», a-t-il laissé tomber.
À Québec?
Spontanément, lorsqu’il est question des terres d’accueil potentielles pour les Coyotes si la situation devait dégénérer, Vlasic mentionne que «Las Vegas ou Seattle, ce serait mieux que Phoenix.»
Et Québec dans tout ça?
«C’est sûr, mais il faut que tu réajustes tes conférences. Un jour ça va arriver, c’est clair. Tu ne construis pas un tel aréna pour le fun. Quand tu mets 400 millions de dollars, il y a une raison.»