vendredi 17 avril 2015

Karlsson: «On doit l'avoir à l'oeil» - Michel Therrien

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par 98,5 Sports pour 98,5fm Sports le vendredi 17 avril 2015 à 13h00. Modifié à 13h38.
Karlsson: «On doit l'avoir à l'oeil» - Michel Therrien
Erik Karlsson./Twitter
(98,5 Sports) - Si le Canadien veut poursuivre ses succès en séries contre les Sénateurs, il lui faut ralentir Erik Karlsson, le meneur de jeu à la défense d'Ottawa. Il représente une menace pour le Tricolore.
Les commentaires de Michel Therrien.
00:00
00:00

« C’est un joueur important. L’un des meilleurs joueurs de la Ligue nationale, a admis Michel Therrien, vendredi. On est très conscients que c’est un gars que l’on doit d’avoir à l’œil. »
Karlsson a récolté une mention d’aide sur le but égalisateur de Mika Zibanejad, mercredi, en deuxième période de du match remporté 4-3 par le Canadien.
« C’est un bon joueur, a renchéri Brendan Gallagher. Pour nous, la clé, s’est de lui donner du fil à retorde lors de ses nombreuses minutes de jeu. »
« On joue contre une bonne équipe, a précisé Therrien. On joue contre un bon gardien de but, donc, le défi est de taille. »

Enfin, une vraie rivalité

http://www.journaldemontreal.com/

Enfin, une vraie rivalité
PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, BEN PELOSSE
Réjean Tremblay
Ça va avoir pris du temps. Ç’aura été long. Mais ça y est. On a une vraie rivalité entre le Canadien et les Sénateurs.
C’est palpable, ça se sent. Pas juste dans les médias. C’est le monde.
Pourtant, quand les Sénateurs avaient éliminé le Canadien en cinq matchs il y a deux ans, surtout avec la blessure subie par Lars Eller au centre de la patinoire et les bêtises proférées par Brandon Prust, on croyait que le gâteau allait lever.
Qu’on connaîtrait quelque chose approchant les batailles contre les Bruins de Boston ou encore plus, la rivalité fratricide contre les Nordiques de Québec.
Curieusement, rien ne s’est vraiment passé. Ottawa est resté la capitale d’un pays dont on fait partie mais sans trop vibrer. Et son équipe n’a ­jamais été menaçante la saison ­suivante.
Et puis où étaient les Michel ­Bergeron, Maurice Fillion et Marcel Aubut?
MERCI À P.K. SUBBAN
Une rivalité se bâtit sur des dirigeants qu’on connaît. C’était le cas avec les Nordiques. Ou avec des joueurs qu’on déteste.
Ce fut le cas avec les Bruins de Boston. On ne connaît aucun dirigeant des Sénateurs, même si le directeur général Bryan Murray est un Québécois de Shawville. Et dans le fond, on ne déteste aucun joueur des Sénateurs. C’est une belle équipe sympathique et proprette.
Mais alors, qu’est-ce qui fait ­chauffer la marmite?
C’est P.K. Subban. Je sais, le défenseur a commis une agression sauvage contre Mark Stone. Un coup de hache à deux mains. Les Sénateurs ont peut-être perdu leur meilleur marqueur pour le reste de la série.
Mais les fans du CH sont contents. Subban a posé un geste stupide qui a coûté deux buts. Pas grave, le ­Canadien a gagné quand même.
De plus, le message est passé aux Sénateurs. Quelqu’un peut leur descendre un coup de bâton sur la tête ou sur un membre et s’en tirer avec une pénalité de cinq minutes. Pour éviter une expulsion trop longue, juste à ­bûcher en troisième période.
Mais si vous étiez un fan des Sénateurs, comment vous sentiriez-vous ce matin? L’équipe qui vous a fait rêver pendant deux mois est privée de son meilleur marqueur et l’agresseur s’en tire sans même une tape sur les doigts. Elle est où la justice?
En plus, l’assaillant a fait tout un spectacle pour témoigner de son ­innocence après avoir blessé votre joueur.
ABSENCE DE 55 000 $
Par ailleurs, les amateurs de hockey n’arrivent plus à quantifier les salaires des joueurs. C’est trop énorme. Ahurissant.
Par exemple, P.K Subban a raté plus de la moitié du match contre les Sénateurs. Il gagne 9 millions par année. En se faisant expulser de la rencontre, Subban a privé Geoff Molson de 55 000 $, soit un peu plus que la moitié de ce que touche Subban par match. Soit 100 000 $ pour une saison de
82 matchs et une série éliminatoire.
Pour fins de calcul, Subban joue environ 25 minutes par match. 100 000 $ divisés par 25 minutes, ça donne 4000 $ la minute. Quand votre P.K. saute sur la patinoire pour une minute de l’avantage numérique, dites-vous qu’il va gagner 4000 $. Et 8000 $ si le CH ne marque pas et qu’il joue les deux minutes à la pointe.
C’est cool, hein!
DANS LE CALEPIN
Des lecteurs m’ont écrit pour me demander ce qu’était cette nouvelle chaîne, TVA Sports 3, sur laquelle ils ont pu suivre deux matchs depuis le début des séries. C’est une chaîne supplémentaire que possède le Groupe TVA qu’on a activée le temps que ce sera nécessaire pendant les séries. On ne prévoit pas une programmation régulière une fois les besoins rencontrés.

«Garde la tête haute, P.K.» - Chris Neil

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 16 avril 2015 à 23h08. Modifié à 23h51.
«Garde la tête haute, P.K.» - Chris Neil
La Une du Ottawa Sun
(98,5 Sports) - Évidemment les joueurs des Sénateurs d'Ottawa n'ont pas apprécié le cinglage de P.K. Subban à l'endroit de leur coéquipier Mark Stone lors du premier match de la série, mercredi soir.

Et le dur à cuire Chris Neil a décidé de passer un message au flamboyant défenseur du Canadien.
«Garde la tête haute, P.K.», a averti Chris Neil au défenseur du Canadien à l'aube de la présentation du deuxième match de la série quart de finale de l'Association de l'Est qui aura lieu vendredi soir au Centre Bell.

«S'il patine la tête basse, tu dois finir ta mise en échec. C'est comme ça qu'on peut prendre notre revanche», a dit Chris Neil à un journaliste du Ottawa Sun, dans un texte à paraître vendredi matin.

Neil, qui n'a pas chaussé les patins depuis environ deux mois à la suite d'une blessure à la main subie lors d'un combat, pourrait être lancé dans la mêlée si Stone n'est pas en mesure de disputer le match no 2.

Voici la Une du quotidien qui paraîtra vendredi:

Les Rangers prennent l'avance

http://ici.radio-canada.ca/sports/series2015/

 Mise à jour le jeudi 16 avril 2015 à 22 h 16 HAE  Associated Press
Ryan McDonagh
Ryan McDonagh célèbre son but avec ses coéquipiers.  Photo :  AP Photo/Frank Franklin II
Derick Brassard et Ryan McDonagh ont marqué en première période et Henrik Lundqvist s'est chargé du reste pour permettre aux Rangers de remporter le premier match de leur série face aux Penguins de Pittsburgh par la marque de 2-1, jeudi, à New York.
Les Rangers ont muselé les meilleurs attaquants adverses, Sidney Crosby et Evgeni Malkin, pour signer une quatrième victoire de suite contre les Penguins en éliminatoires. Les Rangers avaient gagné les trois derniers matchs de la série de deuxième tour, l'an dernier, pour combler un retard de 3-1.
En conservant la meilleure fiche dans la LNH, les Rangers ont terminé avec 15 points d'avance sur les Penguins au classement de l'Est. Après la première période, les deux équipes semblaient être de forces égales, et les deux gardiens ont été très solides. Lundqvist a terminé la rencontre avec 24 arrêts tandis que Marc-André Fleury a repoussé 36 tirs.
Blake Comeau a touché la cible au deuxième engagement pour les Penguins.
Le deuxième match aura lieu samedi, à New York.
Brassard donne le ton
Brassard a donné le ton au match avec seulement 28 secondes d'écoulées lorsque Fleury a donné un long retour qui a abouti sur la palette de Rick Nash, qui se trouvait dans l'enclave. Brassard a eu tout le temps voulu pour décocher un tir des poignets avant de voir son coéquipier compléter le travail.
« Je donne beaucoup de crédit à Rick, a déclaré Brassard. Il n'a pas tiré pour marquer. Il a tiré pour le retour, c'était prévu. La rondelle est arrivée juste là. »
Avant la fin de la période, l'unité d'avantage numérique des Rangers, qui connaissait des difficultés, s'est mise en marche. Lors du troisième de quatre avantages numériques au premier vingt, le tir frappé de McDonagh s'est frayé un chemin jusque dans le filet.
« Nous avons marqué quelques buts en première période et la foule s'est mise derrière nous, a déclaré le capitaine des Rangers. Il faut chasser la nervosité et se mettre en marche. Je crois que les gars ont été très bons avec la rondelle pour la majorité du match. »
Même si les Rangers ont gardé le contrôle de la rencontre tôt au deuxième tiers, Comeau a réduit l'écart en profitant d'un retour. Il s'agissait du premier but de sa carrière en séries. Ce filet a fouetté les Penguins, mais Lundqvist a tenu le fort en frustrant notamment Malkin et Maxim Lapierre de la jambière droite.
Fleury a aussi été solide à l'autre bout, et les Rangers ont été incapables de profiter de quelques généreux retours.
La dernière fois qu'ils ont gagné le Trophée des Présidents, en 1993-1994, les Rangers ont aussi mis la main sur la Coupe Stanley. La formation de cette année ne peut peut-être pas compter sur Mark Messier ou sur Brian Leetch, mais elle a beaucoup de profondeur.
Le fait d'avoir participé à la finale de la Coupe Stanley, l'an dernier, face aux Kings de Los Angeles, leur a procuré la confiance dont ils avaient besoin. Ils l'ont bien démontré, jeudi, en ayant le dessus sur Crosby et Malkin.