lundi 27 avril 2015

«Même le curé porte un gilet des Flames» -Bob Hartley

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le lundi 27 avril 2015 à 16h37. Modifié à 17h16.
«Même le curé porte un gilet des Flames» -Bob Hartley
Bob Hartley (Jeff McIntosh/La Presse Canadienne)
(98,5 Sports) - La ville de Calgary aussi est hockey. La plupart des experts prédisaient une saison de misère aux Flames. Après avoir accédé aux séries pour une première fois en six ans, les Flames ont décidé qu'ils n'avaient pas l'intention d'arrêter leur beau parcours.
Bob Hartley en entrevue aux Amateurs de sports
00:00
00:00
Ils ont éliminé les Canucks de Vancouver en six parties. La foi des habitants de la ville envers leur équipe semble pratiquement inébranlable.
«C'est une communauté tisée serrée, a déclaré l'entraîneur Bob Hartley, lundi, auxAmateurs de sports. Tout le monde porte le chandail des Flames et les camions de pompier ont des fanions des Flames. Mon épouse est allée à la messe dimanche et le curé portait un chandail des Flames. Il parlait aussi des Flames dans son sermon.»
Parlant de foi, Calgary aura peut-être besoin d'une intervention divine au deuxième tour face aux Ducks. Anaheim n'a fait qu'une bouchée des Jets de Winnipeg, qu'ils ont balayé en quatre petites parties.
«J’ai fait plusieurs visites à l’oratoire Saint-Joseph et il n’y a pas juste une paire de béquilles sur le mur, a imagé Hartley. Il y a eu plus d’un miracle.»
À l'aise dans leur rôle de négligés, les Flames vont tenter de surprendre le monde du hockey une fois de plus.
«C’est un gros défi pour nous, a ajouté Hartley. On doit trouver un moyen de gagner. On prépare des vidéos. Il faut tracer un plan de match qui va nous permettre d’accéder au prochain tour.»
Une équipe forte
Si les Flames paraissent aussi forts et aussi unis, c'est peut-être parce qu'ils ont dû surmonter plusieurs épreuves au cours des derniers mois.
L'un des héros de la première série, la recrue Michael Ferland, a dû vaincre ses démons pour se retrouver là où il est présentement.
«L’an passé, à pareille date, il était en cure de désintoxication, a confié Hartley. En moment, il pourrait être maire de Calgary.»
En six matchs, Ferland a récolté quatre points - dont trois uniquement lors du dernier match. C'est un de moins que son total en 26 parties en saison régulière.
Il y a aussi Matt Stajan, qui est sur un nuage depuis qu'il est devenu père il y a quelques semaines. Stajan et sa femme, Katie, avaient perdu leur premier enfant peu après sa naissance l'an dernier.

Marcel Pronovost est décédé

http://www.journaldemontreal.com/

Marcel Pronovost
PHOTO D'ARCHIVES
Marcel Pronovost

AGENCE QMI
MISE à JOUR 
MONTRÉAL - L’ancien défenseur de la Ligue nationale de hockey Marcel Pronovost est décédé, dimanche, à l’âge de 84 ans.
Originaire de la Mauricie, il a fait partie de la grande famille Pronovost, ses frères Claude et Jean ayant notamment joué dans la LNH. Il est aussi le grand-oncle d’Anthony Mantha, qui appartient aux Red Wings de Detroit, et d’Élizabeth Mantha, qui a passé cinq ans à la ligne bleue des Carabins de l’Université de Montréal.
Marcel Pronovost a longtemps évolué avec les Wings, aidant l’équipe à remporter quatre fois la Coupe Stanley au début des années 1950. Il a aussi contribué à la conquête des Maple Leafs de Toronto, en 1967, la dernière dans l’histoire de cette formation.
L’homme a savouré trois autres coupes, à titre de dépisteur, dans l’organisation des Devils du New Jersey.
«Il était un arrière digne du Panthéon et un instructeur respecté. Pendant cinq ans, il fut également un membre d’une grande valeur au sein de la centrale de recrutement de la LNH. Marcel Pronovost a dédié sa vie à l’excellence de notre sport, a déclaré le commissaire du circuit, Gary Bettman, dans un communiqué diffusé sur le site NHL.com.
«Nous transmettons nos condoléances à sa famille, ses amis et les équipes pour lesquelles il a travaillé, sans oublier les innombrables jeunes joueurs dont il a découvert le potentiel.»
En 1206 matchs en saison régulière, Marcel Pronovost a totalisé 345 points, dont 88 buts. Il a aussi participé à 134 rencontres éliminatoires, récoltant 31 points. Il a été élu au Temple de la renommée du hockey, en 1978.
Après sa retraite comme joueur, le Québécois est devenu entraîneur des Sabres de Buffalo pendant deux campagnes et a agi comme adjoint chez les Wings durant deux ans.
Ayant planché comme recruteur au sein de la centrale de la ligue, il a ensuite assumé des fonctions similaires chez les Devils du New Jersey en supervisant le talent dans les rangs mineurs de l’Ontario.
«Le monde du hockey est en deuil à la suite de cette perte importante, a commenté le président-directeur général des Devils, Lou Lamoriello. Marcel était un homme attentionné qui a consacré sa vie au sport et à sa famille. Il a été un membre important de notre organisation et nous allons le manquer.»
Par ailleurs, les détails entourant les funérailles de l’ex-homme de hockey ne sont pas encore connus.

BRENDAN GALLAGHER SE MICRO-MOQUE DE MARK STONE – VINE

http://25stanley.com/
Brendan Gallagher joue une grosse série contre les Senators. En plus de foncer au filet avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles, il ne se gêne pas pour sortir sa langue ou faire des blagues une fois que le sifflet a été entendu. En 2e période du match #6, le petit tannant du Habs a demandé à Mark Stone si sa micro-fracture au poignet lui faisait toujours souffrir.
Vine – Gallagher vs Stone


*
Photo souvenir – Gallagher vs Neil
Brendan Gallagher

Ouf... merci Carey!

http://www.journaldequebec.com/

Ouf...  merci Carey!
PHOTO USA TODAY SPORTS
OTTAWA | Avez-vous encore des ongles?
Si vous ne jurez que par le Canadien, ils sont probablement rongés jusqu’à l’os.
Non mais quelle fin de match!
Ces Sénateurs ont du mérite, ils n’ont jamais lâché le morceau de la saison, jusqu’aux derniers instants, hier soir.
Un club courageux, bien dirigé, plein de fougue.
Mais Carey Price s’est levé, après sa ­prestation bien ordinaire de vendredi.
Dans le vestiaire, le gardien, fidèle à son habitude, a gardé profil bas. C’est à peine s’il a souri. Il garde ça en dedans, faut croire...
«C’était le fun», a-t-il cependant confié en parlant du blitz de fin de rencontre, une ­étincelle dans les yeux.
Tant mieux si ce gars-là carbure aux ­moments cruciaux.
Que le Canadien affronte le Lightning ou les Red Wings au deuxième tour, il aura ­besoin d’un Price au sommet de sa forme.
Québec : ça va coûter un bras !
Gary Bettman est un fin renard. Jamais le commissaire n’a semblé si au-dessus de ses affaires. Malgré la chute du dollar canadien et quelques marchés boiteux, la Ligue ­continue d’engranger de jolis profits.
Souriant et affable, sans cravate, Bettman a bien voulu répondre aux questions des journalistes avant le match.
Aucune équipe n’est en danger de relocalisation, a-t-il répété.
Par contre, il n’a pas hésité à revenir sur le coût d’une expansion, lui qui, quelques jours auparavant, s’est dit ouvert à un système de 17 équipes dans l’Est et de 15 dans l’Ouest.
Un scénario qui permettrait d’intégrer des villes comme Québec et Las Vegas.
«Je n’ai jamais dit qu’une équipe coûterait 500 millions, a dit Bettman, qui n’avait rien de nouveau à dire au sujet de la candidature de la vieille capitale.
«On m’a posé la question à savoir si ce chiffre pouvait être raisonnable. J’ai répondu que c’était possiblement le cas, mais je n’ai jamais demandé aux gouverneurs de trancher pour le montant exact. Nous ne parlons pas encore d’une expansion. Et si je pouvais obtenir plus de 500 millions, je ne dirais pas non!»
Bettman a le gros bout du bâton. Il le sait. Et ne comptez pas sur lui pour faire baisser les enchères.
Ça va coûter un bras!

Les Flames devront trouver le moyen de gagner à Anaheim

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 26 avril 2015 à 17h37. Modifié par 98,5 Sports à 18h10.
Les Flames devront trouver le moyen de gagner à Anaheim
Jeff McIntosh / La Presse Canadienne
CALGARY - Si les Flames de Calgary veulent poursuivre leur conte de fées en séries éliminatoires, ils devront maintenant conquérir le Honda Centre.
Les Flames amorceront leur série demi-finale de l'Association de l'Ouest face aux Ducks d'Anaheim à l'étranger, plus tard cette semaine. La LNH n'a pas encore dévoilé le calendrier puisque toutes les séries de premier tour ne sont pas terminées.

Les Flames n'ont pas gagné à Anaheim en saison régulière depuis le 19 janvier 2004, une séquence de 20 revers.

Ils ont tout de même gagné un match en séries éliminatoires le 25 avril 2006, lors de la seule série précédente entre les deux équipes. Les Ducks avaient gagné la série en sept matchs, remportant leurs trois autres parties à domicile.

Les Flames affronteront une équipe aussi déterminée que la leur, mais qui aura profité de plus de temps de repos. Les deux équipes ont récolté 24 points cette saison quand ils tiraient de l'arrière après deux périodes, derrière seulement les Red Wings de Detroit et leurs 25 points.

Les Flames sont venus de l'arrière à deux reprises face aux Canucks de Vancouver lors du premier tour, dont samedi dans une victoire de 7-4 lors du match no 6, ce qui leur a permis de gagner une première série depuis 2004.

Lors de leur balayage des Jets de Winnipeg, les Ducks sont devenus la première équipe de l'histoire de la LNH à gagner trois matchs d'une série après s'être retrouvés devant un déficit après 40 minutes de jeu.

«Ils ont défait une bonne équipe, a rappelé le défenseur des Flames Kris Russell en parlant de la victoire des Ducks face aux Jets. Ils les ont balayés, nous devrons donc être prêts.»

Les Ducks auront eu environ une semaine pour recharger les batteries entre les deux séries. Les Flames se fient énormément à leurs trois meilleurs défenseurs — T.J. Brodie, Russell et Dennis Wideman.

«Nous allons quand même avoir quelques jours pour nous reposer, a dit l'attaquant des Flames Michael Ferland. Les Ducks sont une équipe physique et nous devons être en mesure de répliquer.»

Les Ducks (51-24-7) ont dominé l'Association de l'Ouest avec 109 points. Les Flames (45-30-7) ont terminé huitième dans l'association avec 97 points, mais ont obtenu la troisième place de la section Pacifique, ce qui leur a permis de commencer les séries face aux Canucks et non face aux Ducks.

Les Ducks ont gagné trois des cinq matchs entre les deux équipes cette saison, mais les Flames ont signé une victoire de 6-3 lors de leur plus récent duel, le 11 mars, à Calgary.

«Aucune équipe n'est en danger d'être délocalisée» - Gary Bettman

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 26 avril 2015 à 18h22. Modifié par 98,5 Sports à 18h27.
«Aucune équipe n'est en danger d'être délocalisée» - Gary Bettman
Gary Bettman/PC
OTTAWA - Aux amateurs de hockey de Québec qui souhaitent un malheur à des concessions de la LNH afin d'accueillir une équipe en difficulté, Gary Bettman avait un message très clair à leur livrer, dimanche.
« Ça n'arrivera pas. Aucune équipe n'est en danger d'être délocalisée », a lancé le commissaire qui a répondu aux questions des journalistes avant le sixième match de la série entre les Sénateurs d'Ottawa et le Canadien.
Bettman s'est dit heureux qu'on lui pose la question parce qu'il voudrait que les spéculations sur le sujet cessent.

« Il y a des villes qui voudraient obtenir une équipe et qui souhaiteraient voir une équipe échouer afin qu'elle puisse être délocalisée, mais ça ne se produira pas. Pas du tout », a-t-il élaboré.

Interrogé précisément quant aux aspirations de Québec, le commissaire a répondu qu'il n'y avait rien de nouveau.

« Aucune équipe ne va déménager et nous ne planchons sur aucun projet d'expansion actuellement. Il n'y a donc rien de nouveau. »

Bettman a réitéré que l'intérêt de Las Vegas à joindre les rangs de la LNH sera abordé au cours de la prochaine réunion des gouverneurs de la ligue, en juin.

La ligue a fourni son consentement aux gens d'affaires intéressés à obtenir une concession à une campagne de vente d'abonnements, qui a franchi dernièrement le plateau des 10 000 clients potentiels.

«Les gars ont vidé leur réservoir» - Dave Cameron

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par 98,5 Sports pour 98,5fm Sports le dimanche 26 avril 2015 à 21h47. Modifié à 22h10.
«Les gars ont vidé leur réservoir» - Dave Cameron
Les joueurs des Sénateurs après la défaite./PC/Adrian Wyld.
(98,5 Sports) - Les amateurs des Sénateurs d'Ottawa seront-ils hantés à l'avenir par le but refusé à Jean-Gabriel Pageau contre le Canadien? Le temps le dira. Mais les joueurs et entraîneurs n'ont pas jeté le blâme de leur défaite sur le dos de l'arbitre Chris Lee.
En deuxième période, Carey Price a échappé une rondelle après un arrêt et l’attaquant des Sénateurs a poussé la rondelle dans le filet du Canadien. Malheureusement pour lui, l’arbitre Chris Lee, qui ne voyait pas la rondelle en raison de sa position sur la patinoire, a trop rapidement signalé l’arrêt du jeu. Le but n'a pas été accordé.
« Il faut donner le bénéfice du doute à l’arbitre, a déclaré Pageau après la rencontre. Il était placé du mauvais côté. On se battait pour ce but-là. C'est sûr que c'est plate. Mais ça arrive. ».
L’entraîneur chef Dave Cameron abondait dans le même sens.
« Le jeu va tellement vite, a dit Cameron, Ce sont des choses qui arrivent. Parfois, la différence dans un match, c’est un bond chanceux (puck luck) de la rondelle. Je pense qu’ici, l’arbitre a eu droit à un bon défavorable (bad puck luck) ».
Même son de cloche auprès du gardien Craig Anderson.
« Ça semblait être un arrêt de routine..., a noté Anderson. C'est décevant, mais nous avions encore le temps de créer l'égalité. Nous n'avons pas profité de nos chances. »
« Nous sommes évidemment déçus du résultat, a poursuivi Cameron. Mais nous avons été battus par une bonne équipe. On déteste perdre. Mais quand nous allons revenir, nous allons apprécier notre performance. Pour un entraîneur, c'est plus facile à digérer quand les gars ont tout donné. Et ces gars ont vidé leur réservoir depuis deux mois. »
« Je pense que l’on peut garder la tête haute après avoir tiré de l’arrière 3-0 dans cette série, a renchéri Curtis Lazar. Ce soir, on a tout donné. »
Et les Sénateurs ont vraiment tout tenté dans les dernières minutes du match afin de tenter de créer l’égalité.
« On a eu tout ce qu’on voulait (même une pénalité au Canadien) à la fin de la rencontre. Tout, sauf un but », a noté Clarke MacArthur qui a joué en dépit d’une blessure à la hanche, tout comme Marc Methot.

Comme un septième match

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 27 avril 2015 à 05h46. Modifié par Charles Payette à 08h38.
Comme un septième match
Anderson et Price se serrent la pince/PC
OTTAWA - Le Canadien a surmonté de l'adversité dans cette série de premier tour. Une autre expérience positive pour le groupe de jeunes de l'équipe qui avait beaucoup grandi en séries éliminatoires, l'an dernier.

«Il n'y a pas de mal à faire face à de l'adversité, a souligné l'entraîneur Michel Therrien. On a dû en surmonter et, vous savez quoi, nous aurons à en surmonter encore! Le plus important, c'est de réagir de la bonne façon et c'est ce que nous avons fait.»
On en parle en ondes :

Écouter
Mis en ligne le dimanche 26 avril 2015 dans Après-match du Canadien, Hockey - Canadiens et Les amateurs de sports weekend avec Martin McGuire
Expérience contre les Bruins
Max Pacioretty a fait remarquer que l'expérience acquise dans la série de premier tour contre les Bruins de Boston, il y a un an, avait été très formatrice.

«D'être allé gagner le match numéro sept à Boston, contre les champions du Trophée des présidents, nous a permis de grandir comme équipe», a argué Pacioretty, qui aurait pu ajouter à la liste d'expériences enrichissantes la défaite du Tricolore en cinq matchs contre ces mêmes Sénateurs en 2013.

«Personne n'a jamais gagné la Coupe Stanley sans être confronté à de l'adversité, a-t-il continué. Chacune des équipes qui a du succès doit composer avec ça et s'attaquer aux défis. Ça aide à façonner votre avenir.»

Comme un match 7
Après avoir scellé l'issue de la rencontre, Pacioretty a admis que ses coéquipiers et lui avaient le sentiment de disputer un septième match à Ottawa, dimanche.
«On ne voulait absolument pas retourner à Montréal avec une égalité de 3-3 dans la série. Les Sénateurs venaient de nous vaincre au Centre Bell. Ils seraient revenus gonflés à bloc. Ils auraient été encore plus confiants. Ils ont été très coriaces et on vient de me dire que c'est la première fois cette saison qu'ils sont blanchis. Ç'a en dit long sur la force de caractère et la qualité de leur équipe.»

Gary Bettman en faveur d'un déménagement de l'aréna des Sénateurs

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par 104,7 fm Outaouais pour (Outaouais) 104,7 Outaouais le lundi 27 avril 2015 à 07h44. Modifié à 08h13.
Gary Bettman en faveur d'un déménagement de l'aréna des Sénateurs
Le commissaire de la Ligue nationale de hockey Gary Bettman donne son appui au déménagement de l'aréna des Sénateurs vers les Plaines LeBreton.
Selon lui, ça serait une excellente occasion pour les Sénateurs et pour la ville d'Ottawa.
Gary Bettman a fait cette déclaration la journée même où il est arrivé en retard pour le 6e match de la série
opposant les Sénateurs aux Canadiens, en raison de la congestion routière.
Monsieur Bettman est convaincu que le déménagement de l'équipe sur les Plaines permettrait à l'organisation de se rapprocher de ses partisans.
La Commission de la capitale nationale devrait mettre sur pied un plan pour le développement des plaines Lebreton d'ici l'an prochain.