Qu'est-ce que ce premier grand match entre le Canadien et le Lightning nous laisse comme observation finale? Il nous révèle que la série sera longue, chaudement disputée, et que la suite des choses nécessitera probablement d'autres prolongations.
On est en présence de deux adversaires quasi d'égale force dont le filet est défendu par des gardiens d'une exceptionnelle qualité. Il leur arrivera, comme cela s'est produit sur l'unique but accordé par Ben Bishop, de commettre des erreurs, mais ce sera très souvent grâce à Carey Price et à son vis-à-vis format géant si nous aurons droit à des matchs aussi âprement disputés.

Dans la défaite, le Canadien a disputé un grand match. Dans l'ensemble, ses joueurs ont tout donné, mais l'équipe continue d'être hantée par ses difficultés à marquer des buts. Et au train où vont les choses, il faudra peut-être attendre à l'été avant que ce problème majeur puisse être réglé.

C'est particulièrement coûteux une première défaire à domicile quand on sort d'un congé de quatre jours, dont les deux premiers au cours desquels les joueurs n'ont pas chaussé les patins. On misait sur ce repos pour connaître un départ positif. Le Canadien a perdu 2-1, mais n'eut été du cadeau offert par Bishop, alors que son équipe voguait vers une victoire de 1-0 tard dans le match, les deux camps auraient épargné de précieuses énergies en s'évitant de jouer plus de 22 minutes d'une épuisante prolongation.

Ce but n'aurait jamais dû être marqué. Une rondelle lancée sans trop de conviction, qui avait plutôt l'allure d'un tir de routine par Max Pacioretty, a touché le fond de la mitaine de Bishop pour en ressortir au grand étonnement de ce gardien bâti comme une porte de grange.

Pour une équipe qui connaît toutes sortes d'ennuis à marquer des buts, se retrouver devant un gardien de six pieds et sept pouces (ajoutez deux pouces de plus sur patins), capable d'effectuer des arrêts acrobatiques comme ce fut le cas devant Tomas Plekanec, représente toute une commande. Presque sur le dos, la mitaine relevée dans un geste désespéré pour gober la rondelle, Bishop pourrait fort bien avoir réussi ce qu'on identifiera plus tard comme l'arrêt le plus spectaculaire de toute la série.
Bishop, qui a paru nerveux en première période, ne s'est pas effondré à la suite de cette malchance et malgré les railleries d'une foule dont l'appui à ses joueurs a été aussi bruyant que constant. Il serait presque souhaitable pour le Canadien que Bishop lui fasse un ou deux cadeaux de plus durant la série parce qu'il représente un adversaire coriace qui a eu cinq bonnes raisons de se bâtir une confiance inébranlable contre Montréal cette saison.

Les choses auraient pu se passer différemment si David Desharnais et Pacioretty n'avaient pas tiré directement sur le poteau dans les 11 premières minutes de la rencontre. S'il y a une bonne nouvelle à retenir de ce match, c'est qu'on a reconnu en Pacioretty le joueur menaçant de la saison régulière. Son comportement a été beaucoup plus dynamique que durant la série contre Ottawa. S'il a retrouvé tous ses moyens à la suite de sa commotion cérébrale, les chances du Canadien de faire la vie dure au Lightning seront nettement meilleures.

Chose certaine, le Canadien a assez bien joué pour gagner. Il y aura plusieurs points positifs à relever quand Michel Therrien et ses adjoints feront leur analyse en compagnie des joueurs. L'un d'eux sera certainement le fait qu'on soit parvenu à contenir le toujours dangereux Steven Stamkos qui est empêtré dans une léthargie de 11 parties. On craignait de voir Stamkos exploser, mais c'est plutôt Pacioretty, lui aussi en panne sèche, qui a été le plus visible des deux.

Ce fut une soirée un peu bizarre marquée par des événements inattendus. Il y a d'abord eu cette largesse de Bishop au profit de Pacioretty alors que le Canadien semblait se diriger vers une défaite. Puis, Nikita Kucherov s'est vu refuser un but en première période de prolongation quand il a poussé Price au fond de sa cage avec son bâton à l'occasion de l'unique échappée de la rencontre. Finalement, le but gagnant a été inscrit par le même Kucherov après qu'un juge de lignes eut raté un hors-jeu à la ligne bleue. Une belle macédoine d'erreurs qui n'a toutefois pas porté ombrage à ce grand spectacle.

Gallagher: quel match!

Brendan Gallagher a repris là où il avait laissé durant la très difficile série contre les Sénateurs. Si on fait exception de Price, il a été le meilleur joueur du Canadien. Il a généré plusieurs attaques et il a bien tenté d'ennuyer le gardien du Lightning sans toutefois parvenir à marquer, Mais quelle boule d'énergie que ce Gallagher, une intarissable source d'inspiration pour tous les autres puisque le plus petit joueur de l'équipe doit tenter de se frayer un chemin entre quatre défenseurs dont la stature varie de six pieds trois pouces à six pieds et sept pouces. Bishop lui a même volé un but certain en prolongation.

Il y a eu aussi quelques déceptions dans le camp du Canadien dont le jeu décevant, voire futile, de Devante Smith-Pelly qu'on est allé chercher parce qu'il était soi-disant bâti pour les séries éliminatoires. Pour le moment, son seul atout est d'être gros et fort. On se demande si Michel Therrien n'est pas sur le point d'en avoir assez de Smith-Pelly qui a raté sa couverture défensive sur le but décisif. Kucherov était sa responsabilité, mais il a raté le jeu. Smith-Pelly a été le joueur le moins utilisé, ne jouant que 10 des 82 minutes de cette rencontre.

Toujours dans la colonne des déceptions, on ne peut pas dire que le message ait été bien saisi par Alex Galchenyuk dont le directeur général et l'entraîneur ont dit souhaiter qu'il leur en donne davantage. Pas très menaçant comme c'est le cas depuis un bon moment, il a même écopé de trois des quatre pénalités décernées à son équipe.

Pour le reste, il n'y a pas lieu de paniquer, même si cette défaite place le Canadien dans une position délicate en vue du match de demain. On s'attendait à une grande sortie de l'équipe et c'est ce qu'on a obtenue. L'effort y était et on a tiré suffisamment souvent en direction de Bishop (44) pour gagner.

Ne reste plus qu'à convertir ces nombreuses chances de marquer en un but ou deux car Price a fait la démonstration d'une façon spectaculaire qu'il est capable de tenir tête au Lightning.

Ce qui ne sera pas de la tarte, on en conviendra. Le Canadien a marqué quatre buts à ses quatre derniers matchs. N'eut été du cadeau de Bishop, il aurait donc trois buts en quatre parties en pleines séries éliminatoires. Dans les circonstances, sa victoire contre Ottawa tient presque du miracle. À ce rythme, on ne peut pas s'attendre à ce qu'une équipe fasse long feu en séries.

David Desharnais, Brandon Prust, Smith-Pelly, Jacob De La Rose et Pierre-Alexandre Parenteau (qui n'a joué que trois matchs) n'ont pas donné le moindre but au Canadien dans les présentes séries. C'est décourageant pour Price qui n'a pas de marge de manœuvre et c'est plutôt rassurant pour Bishop qui profite nettement de meilleures munitions.