mardi 12 mai 2015

Les partisans de Tampa Bay sont des pissous

http://www.journaldequebec.com/

Richard Martineau
Afin de s’assurer que les gradins de l’Amalie Arena seront remplis de partisans de Tampa Bay, ce soir, la direction du Lightning a restreint la vente des billets aux résidents de la Floride et interdit le port du chandail du Canadien, sauf dans quelques sections bien précises — comme les toilettes du troisième sous-sol, j’imagine.
Plus pissous que ça, tu portes une couche en dessous de ton jack-strap.
Comme l’a écrit un fan sur le site de TVA Sports : «Les États-Unis ne sont-ils pas censés être the land of the free ? Elle est où, la liberté, dans cette décision ?»
MAMAN, ILS ONT APPLAUDI PRICE !
La prochaine fois qu’un Américain vous vantera les vertus du libre marché, vous lui rappellerez la fois où une équipe de hockey a interdit la vente de billets à ses adversaires...
Méchant libre marché, en effet ! On se croirait en Corée du Nord.
Et pour les snowbirds québécois qui ont une adresse en Floride, on fait quoi ? On les fait jurer sur la Bible qu’ils ne sont pas des fans des Canadiens et qu’ils vont crier « Chou ! » chaque fois que Carey Price va effectuer un arrêt ?
Assez intense, comme façon de faire...
C’est quoi, l’affaire ? Les joueurs du Lightning sont des petites choses fragiles qu’il faut protéger ?
Ils vont se rouler en boule et brailler toutes les larmes de leur corps si jamais ils entendent des fans de la Sainte Flanelle applaudir P.K. Subban ou Brendan Gallagher ?
Je savais que les Américains ont tendance à être protectionnistes, mais là, c’est carrément ridicule.
Et ce n’est pas parce que les Sénateurs d’Ottawa ont utilisé la même méthode que c’est plus intelligent ou plus acceptable...
PREMIER ARRIVÉ, PREMIER SERVI
On fait quoi, alors ? On boycotte les oranges de la Floride ? On organise un autodafé d’affiches de Mickey Mouse ?
Un message aux Américains de passage à Montréal : si jamais il y a un septième match, vous êtes les bienvenus au Centre Bell.
Nous ne pratiquons aucune forme de discrimination ou de profilage, vous pourrez assister à la partie même si vous chiquez du tabac, jouez du banjo et portez des bas blancs dans vos sandales...
Vous pourrez même vous déguiser en astronaute comme l’autre taouin qui faisait des simagrées devant notre gardien de but.
Nous n’avons pas peur de l’adversité, au contraire, ça nous stimule. On n’a qu’une seule et unique politique concernant la vente des billets : premier arrivé, premier servi.
Le hockey est peut-être une religion, chez nous, mais tout le monde peut entrer dans notre temple, même pas besoin d’enlever vos souliers ou de laisser votre chapeau de cow-boy au vestiaire.
Juste votre revolver.
CANADIENS-NORDIQUES
Louis-Simon Lapointe, qui couvre le sport au Québec Matin, sur les ondes de LCN, m’apprenait hier que lorsqu’il coachait les Nordiques, Michel Bergeron déplorait que certains soirs, il y avait trop de partisans du Canadien dans les gradins du Colisée quand son équipe affrontait le Bleu-Blanc-Rouge.
Désolé, mais si les fans des Nordiques n’allaient pas encourager leur équipe, ou s’ils étaient moins rapides quand on mettait les billets en vente, c’était LEUR problème, non ?

La famille de Steve Montador compte poursuivre la LNH

http://www.journaldequebec.com/

Steve Montador
PHOTO D'ARCHIVES

AGENCE QMI
MISE à JOUR 
TORONTO - Les proches de Steve Montador auraient l’intention de poursuivre la Ligue nationale de hockey (LNH). Le rapport d’autopsie du défunt joueur avance qu’il souffrait d’encéphalopathie traumatique chronique (ETC), un syndrome parfois présent chez des athlètes ayant souffert de multiples commotions cérébrales.
Le site web du réseau TSN mentionne par ailleurs que le Krembil Neuroscience Centre, basé à Toronto, a aussi pratiqué des autopsies sur les corps de l’ancien joueur de la Ligue canadienne de football John Forzani et sur celui d’un donneur anonyme. L'encéphalopathie a été détectée dans les cerveaux de Montador et de l’athlète inconnu, mais pas dans celui de l’ancien joueur de ligne des Stampeders de Calgary.
«Ces résultats indiquent que pour certains athlètes, des commotions cérébrales répétées peuvent mener au développement du ETC, mais aussi que certains individus peuvent être plus enclins que d’autres à développer le syndrome à la suite de commotions cérébrales», a précisé la docteure Lili-Naz Hazrati, la spécialiste en neuropathologie qui a procédé aux autopsies.
Avant sa mort en février dernier, le joueur de 35 ans avait retenu les services de l’avocat Bill Gibbs pour le représenter comme plaignant dans un possible recours collectif contre la LNH dans le dossier des commotions cérébrales.
Montador, qui a perdu la vie à peine cinq jours suivant la naissance de son fils, est au minimum le cinquième joueur de la LNH à souffrir de ce syndrome. Derek Boogaard, un ancien batailleur décédé d’une overdose en 2011, fait aussi partie de la liste. On savait que Montador a souffert d’alcoolisme, de dépendance à la drogue et de dépression. La cause exacte de sa mort n’a toutefois jamais été divulguée.
En 571 parties dans la LNH, Montador a inscrit 33 buts en plus de récolter 98 mentions d’aide. Il a reçu 801 minutes de punitions.

Un événement spécial pour marquer la remise des clés du Centre Vidéotron à Québecor

http://www.journaldequebec.com/

Centre Vidéotron
PHOTO COURTOISIE

Québecor et la Ville de Québec ont l’intention de souligner par un événement spécial la fin de la construction de l’amphithéâtre et la remise des clés au gestionnaire, le 15 juillet.
Les ouvriers en sont au dernier droit de la construction de l’amphithéâtre. Le tout doit être complété pour le 15 juillet. Y aura-t-il un événement spécial pour marquer cette étape? «Je suis prêt à en faire un. Je ne sais pas si Québecor va vouloir en faire un», a répondu le maire, Régis Labeaume, en mêlée de presse, lundi. Appelé à préciser, son attaché de presse, Paul-Christian Nolin, a indiqué que si un tel événement avait lieu, «ce serait quelque chose de très symbolique».
La porte-parole de Québecor pour le dossier de l’amphithéâtre, Lise-Andrée Roy, a confirmé que l’entreprise compte marquer le coup. «Définitivement, on va souligner cette journée. De quelle façon, je ne le sais pas encore. Est-ce que ce sera un événement grand public ou uniquement médiatique? Ce n’est pas déterminé.»
Le 15 juillet marque l’installation officielle de son gestionnaire, Québecor. C’est le début de la période de rodage de l’aréna.
Le maire dit avoir surtout hâte de recevoir «le chèque» de son gestionnaire. L’entreprise médiatique doit en effet remettre 33 millions $ à la Ville de Québec pour le droit d’apposer le nom de Vidéotron pour les 25 prochaines années. Un loyer de 3,15 millions $ en moyenne par an doit aussi lui être versé. Mais il devra patienter un peu, puisque l’entente prévoit que les sommes seront versées le 15 septembre.
Portes ouvertes
L’administration Labeaume est en pleine réflexion pour l’organisation des journées portes ouvertes au Centre Vidéotron. Tel que le révélait Le Journalrécemment, la Ville permettra au public de visiter l’aréna avant le party officiel d’ouverture. Cela permettra en même temps de roder l’édifice et de corriger les lacunes le cas échéant.
«C’est toute une logistique. On pense qu’il va y avoir un certain nombre de personnes, mais on est obligé de prévoir qu’il y en aura plus. C’est pas rien. Alors on va essayer de prévoir tous les scénarios. Et on ne peut pas l’échapper», a commenté Régis Labeaume.