jeudi 4 juin 2015

Gallagher aimerait bien apprendre le français

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le mercredi 03 juin 2015 à 14h41. Modifié à 14h47.
Gallagher aimerait bien apprendre le français
Brendan Gallagher 
(98,5 Sports) - Brendan Gallagher a récemment participé à une campagne publicitaire pour des produits de beauté pour hommes. Dans cette pub, le fougueux attaquant du Canadien s'est prêté à un barrage de questions. Voici les réponses de «Gally» qui vous permettront de mieux le connaître.
As-tu un bâton de hockey chanceux pour les tirs de barrage? Non, j’essaie d’éviter les tirs de barrage!

Du ruban de hockey noir ou blanc? Noir

«Coupe Longueuil» ou la moustache? Moustache

Finis cette phrase : «Une belle coupe de cheveux attire…» De belles filles

Préfèrerais-tu ne pas avoir de l’eau chaude ou l’Internet? L’eau chaude

La meilleure patinoire de la LNH? Montréal

Tir des poignets ou lancer frappé? Lancer frappé

Rigidité du manche de ton bâton? 77

Gretzky ou Lemieux? Gretzky

Qu’est-ce qui est plus épeurant : devenir chauve ou grisonner? Devenir chauve… grisonner peut être beau.

Si tu pouvais apprendre une autre langue parfaitement, quelle serait-elle? Le français.

Si un film sur ta vie serait fait, par quel acteur voudrais-tu qu’on te personnifie? Je ne sais pas… quelqu’un de petit! Tom Cruise.

Les téléséries «Mad Men» ou «House of Cards»? «Mad Men»

Dans le vestiaire, est ce que vous écoutez de la musique hip hop, rock ou classique? Hip Hop

Qui fait le choix de la musique? Subby (P.K. Subban)

Un salon de coiffure huppé ou le barbier du coin? Le barbier du coin

Ketchup ou moutarde? Ketchup

Chat ou chien? Chien

Hot Dog ou Hamburger? Les deux

Si tu étais un lutteur professionnel, quel serait ton nom de personnage? Mini Me (petit moi)

Quel serait ta prise spéciale? Faudrait que j’en invente une!

Voyez Gallagher répondre aux questions:


Bettman refuse de commenter les rumeurs de vente des Penguins

http://www.985sports.ca/hockey/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 03 juin 2015 à 21h07. Modifié par 98,5 Sports à 23h55.
Bettman refuse de commenter les rumeurs de vente des Penguins
le commissaire Gary Bettman
TAMPA, Floride - Gary Bettman s'est abstenu de commenter les rumeurs selon lesquelles les propriétaires des Penguins de Pittsburgh, Ron Burkle et Mario Lemieux, étudient la possibilité de vendre leur équipe.
Mardi, le réseau TSN a rapporté que Burkle et Lemieux avaient fait appel à la banque d'affaires Morgan Stanley afin qu'elle évalue les options relatives à une vente partielle ou totale des actions des Penguins.

Lors d'une conférence de presse tenue avant le premier match de la série finale entre les Blackhawks de Chicago et le Lightning de Tampa Bay, mercredi, Bettman a réagi en disant que «si les Penguins ont une annonce à faire, ils la feront».

«Nous procédons à des révisions périodiques de notre entreprise et, parce que nous avons reçu plusieurs demandes d'information au sujet de notre concession au cours des récentes années, nous avons décidé d'engager Morgan Stanley pour leur perspective et leurs conseils, ont précisé les deux propriétaires dans un communiqué rendu public par les Penguins.

«Après avoir acheté l'équipe et évité qu'elle fasse faillite, assuré son avenir à long terme à Pittsburgh et créé des assises solides pour des succès continus, nous croyons que le temps est venu d'évaluer nos alternatives.»

«Peu importe ce qui survient», a ajouté Lemieux, lui et Burkle conserveraient des parts à titre de propriétaires et demeureraient impliqués au sein de l'organisation.

Par ailleurs, Bettman a rejeté ce qu'il a qualifié de «rumeurs» relatives à la relocalisation d'une équipe de la LNH d'ici la fin du mois. Le commissaire de la LNH a également nié les informations qui circulent selon lesquelles les Coyotes de l'Arizona et les Panthers de la Floride vivaient des difficultés qui pourraient les forcer à déménager.

Bettman a déclaré que les Coyotes «ne bougeront pas» et que les Panthers, avec Vincent Viola comme propriétaire, «étaient absolument sur la bonne voie».

Par ailleurs, quelques heures après que Bill Foley, un propriétaire potentiel d'une éventuelle concession à Las Vegas, eut annoncé la vente de 11 500 dépôts en vue d'achats d'abonnements de saison, Bettman a fait savoir qu'il rapportera les chiffres au bureau des gouverneurs plus tard en juin.

«En supposant que ce chiffre est précis, et je n'ai aucune raison d'en douter, il semble que son initiative ait connu un certain degré de réussite, à tout le moins», a fait savoir Bettman.

Si le bureau des gouverneurs est satisfait de la campagne d'abonnements, Bettman recommandera de mettre en marche un processus formel d'expansion. Une telle mesure ne garantirait pas l'octroi d'une concession à Las Vegas, mais serait un autre pas vers l'avant.

«Ça permettrait, possiblement, d'évaluer les manifestations d'intérêt et de les analyser un peu plus sérieusement que ce que nous avons fait», a précisé Bettman.

Sept minutes ont suffi

http://www.journaldemontreal.com/

<strong></strong>
Les Blackhawks

Les Blackhawks l’emportent 2 à 1 sur le Lightning


Jonathan Bernier
TAMPA | Les Blackhawks ont attendu 53 minutes avant de se mettre en marche. Mais les sept dernières minutes de la rencontre furent tout ce dont ils avaient besoin.
Les buts de Teuvo Teravainen et Antoine Vermette, inscrits à deux minutes d’intervalle tard en troisième période, ont permis aux Blackhawks de se sauver avec une victoire de 2 à 1, hier soir à Tampa, et d’ainsi remporter le premier match de cette finale de la coupe Stanley.
Le Lightning avait pourtant dominé la majeure portion de la rencontre.
En donnant le ton à la rencontre dès les premiers instants du match, Alex Killorn et ses coéquipiers donnaient l’impression d’être l’équipe qui atteignait la finale de la coupe Stanley pour la troisième fois en six ans.
Killorn a rapidement pris les choses en main. Après avoir raté une première occasion en or, dès sa présence initiale sur la patinoire, il s’est racheté en faisant dévier de façon peu orthodoxe un tir d’Anton Stralman.
Crawford se dresse
Flanqué de ses compagnons de trio, Steven Stamkos et Valtteri Filppula, l’attaquant de 25 ans a été une menace constante pour Corey Crawford durant les deux premières périodes. Le gardien de Châteauguay a dû s’illustrer à plusieurs occasions pour permettre aux Hawks de demeurer dans le coup le plus longtemps possible.
Cependant, il a réalisé le plus important de ses 22 arrêts aux dépens de Ryan Callahan, parvenu devant lui en échappée, quelques instants avant que Teravainen n’égalise la marque.
En mode défensif
Les champions de 2010 et 2013 sont chanceux de mener cette série. En plus de quelques bêtes erreurs, ils étaient loin d’être les maîtres de la glace.
À la suite du but de Killorn, le Lightning n’a pas mis de temps à passer en mode défensif.
Désirant garder le contrôle de la zone neutre, les locaux se sont efforcés de diriger le porteur de la rondelle le long des rampes en plus de se camper à quatre sur la ligne bleue. Les rapides attaquants des Hawks n’ont eu d’autres choix que de passer la soirée à jeter le disque profondément en territoire ennemi et espérer l’atteindre en premier.
Certains diront que Cooper a opté trop rapidement pour la stratégie défensive. Peut-être avec raison. On ne contient pas une attaque comme celle des Hawks pendant longtemps. En troisième période, la troupe de Joël Quenneville a dirigé huit tirs au but. Elle en avait décoché 13 au cours des deux premiers vingts.
Mission accomplie pour Paquette
Dans cette cause perdante, Cédric Paquette a réussi à la perfection le difficile mandat que lui avait confié son entraîneur: surveiller de près Jonathan Toews.
L’homme des grandes occasions des Hawks, auteur de cinq buts à ses quatre derniers matchs, ne s’est pratiquement pas approché de Ben Bishop de la soirée. Il a terminé la rencontre avec un seul tir au but.
D’ailleurs, le travail de Paquette fut si efficace qu’à un certain moment du deuxième vingt, Quenneville a choisi de séparer Toews et Patrick Kane, plaçant ce dernier à la droite de Brad Richards.
Le Gaspésien a finalement terminé sa soirée en se blessant à la main gauche en bloquant un tir de Brent Seabrook avec l’intérieur de la main, en début de troisième période. Dans le cinquième match contre les Rangers, il avait subi une blessure similaire à l’autre main en bloquant un tir de Derick Brassard.