dimanche 9 août 2015

Les Coyotes viables à Glendale?

http://www.journaldequebec.com/

Le copropriétaire de l’équipe croit encore qu’elle peut profiter d’un marché rentable à Phoenix


AGENCE QMI
MISE à JOUR 
HKN-DALLAS-STARS-V-PHOENIX-COYOTESGLENDALE, Arizona | Malgré les ennuis de sa concession à l’extérieur de la patinoire, le copropriétaire des Coyotes de l’Arizona, Anthony LeBlanc, croit encore à la viabilité de ceux-ci dans la région métropolitaine de Phoenix.
Interrogé par le site Yahoo! Sports, l’homme d’affaires a admis que la saison estivale est pour le moins difficile, surtout qu’il lui a fallu conclure une nouvelle entente avec les autorités de la Ville de Glendale pour la location du Gila River Arena; le tout a été ficelé le 25 juillet, soit plus d’un mois après la résiliation du contrat précédent par la municipalité.

Résultats de recherche d'images pour « Anthony LeBlanc »
Anthony LeBlanc
« Ce n’est pas Pluton ! »
«On a effectivement beaucoup de gens qui se présentent à nos matchs avec le chandail de la formation adverse sur le dos; les Cardinals (NFL), les Suns (NBA) et les Diamondbacks (MLB) vivent d’ailleurs la même chose que nous.»–Anthony LeBlanc
«Il serait inapproprié de ne pas écouter les autres offres au terme de ce contrat de deux ans, mais nous croyons en Glendale, a mentionné LeBlanc. Les gens situés à l’extérieur de la zone de Scottsdale et de Phoenix ne comprennent pas que l’aréna, dans les faits, n’est pas situé si loin que ça. Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas sur Pluton ! L’autre fois, ça m’a pris 20 minutes pour me rendre à l’aréna à partir de mon bureau.»
Maintenant, cela incitera-t-il les partisans à assister en plus grand nombre aux matchs des Coyotes?
«Je ne pense pas que l’aspect géographique représente un problème. Ça peut nous affecter quand nous connaissons une saison aussi ardue que celle de l’an passé, a ajouté le dirigeant. Toutefois, lorsque l’équipe joue bien, c’est différent. Il y a quatre ans, notre club s’est rendu en finale d’association et vous étiez incapable de trouver un siège libre dans la bâtisse. Personne n’a eu d’ennuis à conduire son véhicule jusqu’à Glendale.»
Un marché sportif hétéroclite
L’un des principaux obstacles à surmonter, aux yeux de LeBlanc, est la présence de plusieurs amateurs de différents sports qui ne soutiennent pas nécessairement les organisations de Phoenix. «On a effectivement beaucoup de gens qui se présentent à nos matchs avec le chandail de la formation adverse sur le dos; les Cardinals (NFL), les Suns (NBA) et les Diamondbacks (MLB) ont d’ailleurs le même problème que nous, a expliqué LeBlanc.
«Par contre, ce qui est intéressant, c’est que le père de famille qui débar­que ici appuiera l’autre équipe, tandis que son fils va soutenir davantage les Coyotes. Notre défi est de convaincre le parent de revenir afin de faire plaisir à sa progéniture.»

Le joueur étoile des Blackhawks Patrick Kane embauche un avocat pour le défendre

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Associated Press le samedi 08 août 2015 à 21h03. Modifié par Jacques Thériault le dimanche 09 août 2015
Le joueur étoile des Blackhawks Patrick Kane embauche un avocat pour le défendre
BUFFALO, N.Y. ? Le joueur étoile Patrick Kane, des Blackhawks de Chicago, a embauché un avocat et annulé une activité mondaine à laquelle il devait participer avec la coupe Stanley, samedi, parce qu'il fait l'objet d'une enquête policière à la suite d'un incident qui pourrait s'être produit à son domicile le week-end dernier.
Sans fournir de détails, l'avocat Paul Cambria a confirmé par texto à l'Associated Press qu'il avait été engagé pour représenter Kane. Me Cambria avait joué un rôle semblable auprès de la vedette des Blackhawks, en 2009, alors que Kane avait reconnu sa culpabilité à une sanction à caractère non pénal, après avoir été accusé de voies de fait sur un chauffeur de taxi de Buffalo.

Me Cambria est un avocat réputé qui se spécialise dans les questions liées au premier amendement de la Constitution américaine. Il a notamment représenté Larry Flynt, ancien éditeur de la revue Hustler, et les musiciens Marilyn Manson et DMX.

Ces récents développements surviennent au lendemain d'un point de presse de la police de Hamburg qui a confirmé que Kane faisait l'objet d'une enquête pour «un incident qui se serait produit» à la résidence d'été du hockeyeur en banlieue de Buffalo. Le chef de police de Hamburg, Gregory Wickett, a refusé de dévoiler la nature de l'enquête. Il a dit que les policiers amassaient encore des informations et qu'ils attendaient les résultats des tests médico-légaux.

Par ailleurs, Brandon Faber, un porte-parole des Blackhawks, a fait savoir que Kane passerait la journée à Buffalo avec la coupe Stanley, mais en privée avec des membres de sa famille et des amis. En 2010 et en 2013, Kane avait sillonné divers secteurs de la ville avec le précieux trophée. Kane a notamment laissé tomber une fête privée qui devait avoir lieu samedi soir dans un populaire bar du centre-ville de Buffalo.

D'autres événements qui avaient été planifiés ont été tout simplement annulés à partir du moment où l'enquête s'est retrouvée dans la sphère publique. Il avait notamment été question que Kane amène le trophée dans un hôpital pour femmes et enfants de Buffalo, dans le cadre d'une visite privée. Il devait aussi amener la coupe Stanley à sa pizzeria favorite, non loin de l'endroit où il a grandi, dans le quartier de sud Buffalo.

Kane, qui porte le numéro 88, avait choisi cette journée pour son activité avec la coupe Stanley parce qu'elle coïncide avec le huitième jour du huitième mois.

Par ailleurs, l'entraîneur-chef Joel Quenneville a participé à «Blackhawks Day» à Arlington Park, mais n'a pas été rendu disponible pour rencontrer les médias. Quenneville a signé des autographes pendant environ une heure.