mercredi 26 août 2015

Nordiques: Marceau rejette une participation financière de l'État

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 26 août 2015 à 10h09. Modifié par Charles Payette à 10h31.
Nordiques: Marceau rejette une participation financière de l'État
Pierre Karl Péladeau et Nicolas Marceau/PC
RIMOUSKI, Qc - Le député péquiste Nicolas Marceau s'est opposé mercredi à tout soutien financier du gouvernement pour le retour des Nordiques.
Dans un bref échange avec des journalistes avant une réunion du caucus péquiste, M. Marceau a estimé que l'État n'a pas à financer ce projet, qui doit selon lui relever uniquement du secteur privé.

Le conglomérat Québecor, dont l'actionnaire de contrôle est le chef péquiste Pierre Karl Péladeau, a déposé cet été un dossier de candidature dans le cadre du processus d'expansion de la Ligue nationale de hockey.

En septembre 2014, le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, avait évoqué la possibilité d'un partenariat avec Québecor pour ramener une équipe de la LNH à Québec, bien que l'entreprise n'ait alors formulé aucune demande à ce sujet.

Le ministre de l'Économie et du Développement économique, Jacques Daoust, était demeuré plus réservé sur la possibilité que le gouvernement accorde une garantie de prêt à Québecor.

Mercredi, M. Marceau, porte-parole péquiste en matière de finances et revenu, a exclu l'option d'une participation de l'État.

«Moi je ne vois pas de ce genre de choses, a-t-il dit. C'est une entreprise privée qui doit faire des sous, c'est tout.»

L'amphithéâtre de Québec, construit par le Ville de Québec et le gouvernement dans le but de favoriser un retour des Nordiques, doit être inauguré au début du mois de septembre prochain.

Par ailleurs, au dernier jour d'un caucus qui vise à préparer la rentrée parlementaire, le PQ a réclamé la scission d'un projet de loi s'attaquant aux discours haineux et aux mariages forcés.

La leader parlementaire adjointe Agnès Maltais a estimé mercredi que les péquistes seraient favorables à l'adoption des articles interdisant les mariages forcés.

Selon Mme Maltais, en voulant lutter contre les discours haineux, le projet de loi 59 a pour effet de restreindre la liberté d'expression.

Avant d'aller rejoindre ses collègues en réunion, Mme Maltais a proposé de scinder le projet de loi en deux, pour permettre d'adopter plus facilement les dispositions contre les mariages forcés après quelques amendements.

Mme Maltais croit que la partie sur les discours haineux, que le PQ rejette, nécessite encore du travail de la part du gouvernement.

Selon la députée péquiste, les libéraux auraient intérêt à faire preuve d'ouverture.

«C'est eux qui ont proposé cette idée de brimer la liberté d'expression pour contrer la radicalisation, a-t-elle dit. C'est à eux à revoir s'ils peuvent faire quelque chose avec. À notre avis, il n'est pas amendable, c'est pour ça qu'on veut séparer les deux. Il y a une partie sur laquelle on peut travailler rapidement, avoir de bons résultats.»