dimanche 18 octobre 2015

McDavid s'éclate à Calgary et les Oilers battent les Flames 5-2

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Oilers 5 - Flames 2


CALGARY - Connor McDavid a marqué deux fois et ajouté une aide pour enregistrer le premier match de plus d'un point de sa jeune carrière alors que les Oilers d'Edmonton ont battu les Flames de Calgary 5-2, samedi.
McDavid a donné les devants aux Oilers pour de bon en brisant l'égalité de 1-1 à 16:31 de la deuxième période.
Avec ses parents dans la foule, McDavid a ensuite complété la marque à 16:20 de la troisième période en mettant la touche finale au jeu préparé par Taylor Hall.
Hall a aussi connu un match de trois points pour les Oilers, avec un but et deux aides. Ryan Nugent-Hopkins et Nail Yakupov ont aussi touché la cible alors que les Oilers ont obtenu des buts de leurs quatre premiers choix au repêchage.
David Jones a marqué les deux buts des Flames (1-4-0), ce qui lui en fait trois, cette saison. Les Flames avaient gagné sept matchs de suite contre les Oilers.
Cam Talbot n'a eu qu'à repousser 22 lancers pour remporter son premier match dans l'uniforme des Oilers.
Jonas Hiller a effectué 23 arrêts dans la défaite.
Rien ne va plus pour les Blue Jackets
Sommaire
Artem Anisimov et Teuvo Teravainen ont marqué dans un intervalle de 1:05 en fin de deuxième période et les Blackhawks de Chicago ont défait les Blue Jackets de Columbus 4-1, leur infligeant un sixième revers de suite.
Marian Hossa a ajouté un but en avantage numérique au dernier engagement et a récolté une aide alors que les champions en titre de la coupe Stanley ont rebondi après des revers consécutifs à Philadelphie et à Washington, où ils n'ont marqué qu'une fois.
Patrick Kane a complété la marque avec son quatrième but, un tir dans un filet désert avec 1:27 à faire.
Jack Johnson a marqué sur un tir de la pointe gauche avec 3:39 à écouler en troisième période pour gâcher le jeu blanc de Corey Crawford. Ce dernier a terminé la rencontre avec 22 arrêts.
Le vétéran réserviste Curtis McElhinney a amorcé le match devant le filet des Jackets en remplacement de Sergei Bobrovsky et a repoussé 26 lancers.
Bergeron mène les Bruins vers une victoire
Sommaire
Patrice Bergeron a marqué deux fois dans les 11 dernières minutes de la troisième période menant les Bruins de Boston vers une victoire de 5-3 contre les Coyotes de l'Arizona.
Tyler Randell, Dave Krejci et Brad Marchand ont aussi marqué chez les Bruins. Le gardien Tuukka Rask a repoussé 20 tirs pour signer sa première victoire de la saison.
Shane Doan a amassé un but et deux aides. Tobias Rieder et Kyle Chipchura ont aussi marqué pour les Coyotes.
Rieder et Chipchura ont touché la cible à 2:30 d'intervalle lors de la troisième période pour égaler la marque avec environ 13:30 à jouer.
Patrice Bergeron a alors redirigé une passe de Ryan Spooner dans le filet pour donner les devants aux siens en avantage numérique à 9:10 de la période. Bergeron a ensuite inscrit son troisième de la saison avec 1:06 pour sceller l'issue de la rencontre.

Les joueurs du Canadien sont encore affamés

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/



Éric Leblanc
MONTRÉAL – Bien sûr, Michel Therrien apprécie grandement l’éloquent début de saison de sa troupe, mais il ne veut rien savoir de parler de ce départ historique. Par contre, ses joueurs n’ont pas hésité qu’ils visent encore beaucoup plus.

La déclaration forte de sens est venue du capitaine Max Pacioretty.

« On a mieux joué au fil du match et on ressent l’inspiration d’accomplir encore plus que ce bon départ », a proposé Pacioretty avec conviction.
Quelques minutes plus tard, Therrien a été invité à quelques occasions à commenter cette sortie fulgurante des blocs de son club, mais il a refusé d’aller dans cette direction.

L’entraîneur a préféré cette option puisqu’il ne veut pas que son équipe s’emballe aussi hâtivement. Il peut se rassurer puisque Pacioretty a également eu ce message à lancer.

« C’est notre travail de ne pas être trop confortable et se placer dans une situation pour gagner les matchs », a-t-il mentionné.

Avare de commentaires sur la question, Therrien s’est réjoui de plusieurs autres aspects. Avant tout, il s’est régalé de l’effort collectif de sa troupe qui n’a plus à se fier uniquement sur Carey Price pour récolter des victoires.

« C’est agréable de voir que les joueurs retirent beaucoup de fierté de se comporter de manière responsable, ce fut un autre bel effort d’équipe. On a procédé à des changements pendant l’été (dont au niveau de la philosophie de jeu) et on trouve que ça aide le groupe », a indiqué Therrien.

Parmi les modifications implantées, les défenseurs jouissent d’une liberté encore plus grande pour se joindre à l’attaque. Ceci dit, aucun défenseur n’avait encore touché la cible cette saison avant le but de Jeff Petry samedi soir.

Étrangement, l’excellent numéro 26 avait lui-même prédit la fin de cette disette.
« Personne n’en parlait vraiment, mais je me suis retourné vers (Tom) Gilbert en deuxième période et je lui ai mentionné que j’avais le sentiment qu’un défenseur allait marquer dans ce match. Il riait quand je suis revenu au banc », a raconté Petry dont le travail ne passe pas inaperçu.

« Il a bien joué, il patine avec beaucoup de confiance. Il a compté un but très important et on aime sa façon de pouvoir s’impliquer dans l’attaque. En plus, il joue bien en défense et il forme un duo difficile à affronter avec Alexei Emelin », a exprimé son entraîneur.

Le but de Petry est survenu au cours de la sensationnelle troisième période du Canadien. Durant cet engagement, le Tricolore a prouvé qu’il sera une menace pour n’importe quelle équipe de la LNH grâce à son intensité.

« L’une de nos forces demeure qu’on utilise tous les trios et ça nous permet de maintenir le rythme au dernier tiers. On peut parfois avoir plus d’énergie que l’adversaire », a convenu Brendan Gallagher.

Étant donné que les Red Wings avaient croisé le fer avec les Hurricanes de la Caroline la veille, le portrait a été facilité. Tout de même, le Canadien détient maintenant un reluisant dossier de 10 à 1 pour les buts marqués au dernier tiers face à ses adversaires.

« On sentait que ça finirait par marcher en appliquant une pression soutenue. C’était plus facile pour nous de ne pas voyager et de les attendre dans notre environnement », a conclu Pacioretty sans trop vouloir s’emporter.
Fait à noter que Price a pris congé de la presse pour une rare fois afin de rencontrer un jeune partisan qui l'attendait avec impatience. Il sera donc pardonné pour son mauvais but du match et cette absence pour un motif plus que valable.

Le Canadien a la seule fiche parfaite de la LNH

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Red Wings 1 - Canadiens 4


Éric Leblanc
MONTRÉAL – Le Canadien a prolongé à six triomphes sa poussée historique pour entamer le calendrier 2015-16 en disposant pour une septième fois d’affilée des Red Wings de Detroit, au compte de 4 à 1, au Centre Bell.
La manière n’a peut-être pas été la plus convaincante ni la plus reluisante, mais le Tricolore a conservé son dossier immaculé même s’il s’est retrouvé en déficit pour la première fois de la saison.

En raison de la défaite des Sharks contre les Islanders, le clan montréalais possède rien de moins que la seule fiche parfaite de la LNH.
Contre toute attente, c’est en produisant deux buts en supériorité numérique – via Brendan Gallagher et Jeff Petry - que les protégés de Michel Therrien ont eu le dessus.
 
« Le jeu de puissance a été très bon, il a marqué deux buts très importants dans le match. On a eu la chance de le pratiquer samedi matin et ce fut utile de revenir un peu à la base. On a beau parler de X et de O dans les réunions, mais la meilleure recette demeure de le pratiquer sur la patinoire. On a été très agressif pour aller au filet et diriger les rondelles vers le but, c’est ce qui explique le succès obtenu et recherché », a analysé Therrien.

Tomas Plekanec, l’homme au nouveau contrat, et Brian Flynn dans un filet désert sont venus scier les jambes des Wings qui ont définitivement manqué de jus pendant le tiers final alors qu’ils ont été dominés 20 à 5 pour les lancers.

En effet, les Wings ont débarqué au Centre Bell au lendemain de leur première défaite de la saison et ils n’ont pas été en mesure de renverser la vapeur dans l’amphithéâtre montréalais.
Le match est demeuré à égalité pendant plusieurs minutes puisque Carey Price a éprouvé un rare moment défaillance – qui lui sera facilement pardonné par les partisans – sur le but du camp adverse.

Celui-ci a été enfilé par l’impressionnant Dylan Larkin, âgé de 19 ans seulement. Il faut remonter à 2003-04 avec Jiri Hudler pour retrouver le dernier joueur de moins de 20 ans à évoluer pour les Wings.
Même s’il n’a pas été fidèle à ses habitudes sur cette séquence, Price a tout de même sauvé les meubles dans la dernière minute du tiers initial quand il a muselé Gustav Nyquist qui a filé en échappée.
Ayant marqué le premier but lors de ses cinq matchs précédents, le CH a été plongé dans une situation différente, mais il a repris le contrôle du match grâce à son acharnement qui est venu à bout des visiteurs.
Heureusement que le Canadien a touché la cible sur le jeu de puissance puisqu’il a nettement manqué de finition dans cette rencontre avant les buts en fin de match de Plekanec et Flynn. Les hommes de Michel Therrien ont orchestré quelques chances de qualité sans vraiment en profiter. Dale Weise, qui a décoché quatre lancers, Andrei Markov et Plekanec qui ont été frustrés par un poteau et Max Pacioretty ont notamment raté des occasions intrigantes.

Il importe de préciser que le but de Gallagher a été marqué d’une façon plutôt particulière. La petite peste a littéralement trouvé le fond du filet alors qu’il a poussé le disque avec ses patins en chutant à toute vitesse vers le but tout en fonçant sur le gardien Petr Mrazek, impuissant sur la scène.

« Évidemment, ce n’était pas très beau, mais je vais le prendre », a commenté Gallagher en étant capable de rire de lui-même.

Étant donné que le but avait déjà été révisé par la LNH, les Wings n’ont pas pu contester la décision.
« Je n’avais aucune idée de ce qui allait arriver, mais je croyais bien que la rondelle avait pénétré dans le filet avant que je rentre en contact avec le gardien », a-t-il expliqué.

« J’étais un peu biaisé et je pensais que le but était bon donc j’essayais de convaincre les autres que c’était le cas. En fait, la rondelle était sous mon patin quand j’ai chuté pour me retrouver dans le filet », a poursuivi le combatif attaquant.
Sans surprise, le numéro 11 s’est fait agacer par ses pairs sur le banc.

« On m’a taquiné en me disant que mon premier but aurait pu être plus beau », a avoué Gallagher avec le sourire.

« On savait qu’il marquerait son premier de cette façon et ça ne sera pas son dernier », a noté Pacioretty en se payant gentiment la tête de son partenaire.

Sur le côté moins rose des choses, le Canadien n’a pas connu le départ le plus inspiré et le Russe Alexander Semin a encore éprouvé des moments d’égarement.

De plus, notons que Therrien a confirmé que David Desharnais est ennuyé par un pépin physique, qui n’est pas majeur, ce qui l’empêche de se charger des mises au jeu. Ceci dit, il a joué un rôle clé sur le but de Petry en venant voiler la vue du cerbère tchèque tout en contribuant à une autre forte soirée de son trio.

Il s’agissait du 1000e match en carrière de l’arbitre québécois Marc Joannette, qui jouit d’une réputation de premier plan, et il a eu droit à un hommage mérité avant la partie.

Le CH recevra ensuite mardi les Blues de St. Louis, autre puissance et ça constituera le premier test contre un rival de l’Association ouest.

Une domination complète en 3e

Les Red Wings le savaient et c’était tout aussi vrai pour le Canadien. Ce n’était donc pas un secret que la troisième période s’annonçait éreintante pour les visiteurs en raison de leur match de la veille.
Therrien a donc insisté sur cet aspect lors du deuxième entracte et ses joueurs ont répondu avec brio avec une période très efficace.
« On se devait d’imposer beaucoup de pression et j’apprécie le fait que les joueurs se défoncent des deux côtés de la patinoire. Ils travaillent pour créer des chances de marquer et empêcher l’adversaire d’en faire autant », a louangé l’entraîneur québécois.

« C’est ce qu’il faut faire, tu ne peux pas lever le pied dans la LNH et modifier ton style de jeu. Quand tu commets cette erreur, l’autre équipe parvient à en profiter. La meilleure défense demeure de jouer dans leur territoire », a rappelé Gallagher.

« On n’a pas changé notre vision, on savait que nos chances viendraient. On savait que leur énergie allait baisser en troisième période et on a fini par en profiter », a convenu Petry qui savourait encore plus son but étant donné qu’il a été inscrit contre l’équipe de sa région natale.

Ce beau travail s’est conclu avec les buts de Plekanec et Flynn tandis que le gardien des Wings n’a rien eu à se reprocher stoppant 38 rondelles au bilan final.

Le Canadien a une petite faiblesse sur les mises en jeu

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Tomas Plekanec
Tomas Plekanec (Source d'image: Getty )

Roger Leblond
Loin de chercher le nuage noir dans le ciel bleu, il reste que le Canadien de Montréal, malgré son départ extraordinaire, a certaines faiblesses à corriger.
En effet, la formation dirigée par Michel Therrien, qui affiche un dossier parfait de 6-0-0 après ses six premiers matchs, n’a pas été très efficace sur le plan des mises en jeu lors de cette séquence.
Le CH a une fiche de 188-198 sur ses 386 mises en jeu, une moyenne de 48,70 %, et occupe le 21e rang du circuit à ce chapitre, mais il a réussi à avoir une moyenne de 50,00 % dans quatre de ses six rencontres.
Il y aussi le jeu de puissance, qui a un rendement de 15,38 %, ayant réussi quatre buts en 26 avantages numériques, dont un rendement de 2 en 5, dans le gain de 4-1 face aux Red Wings de Detroit samedi soir.
Chez les centres réguliers, Tomas Plekanec est le seul à présenter une fiche victorieuse sur ce plan, ayant une moyenne de 52,86 %, Alex Galchenyuk, qui en est à sa première saison à ce poste, a une moyenne de 49,25 % (33 gains en 67 occasions), Torrey Mictchell (29 gains en 62 occasions), a une efficacité de 46,77 % et David Desharnais en arrache, ayant une moyenne de seulement 36,00 %, ayant remporté 18 de ses 50 confrontations.
Deux autres joueurs ont été impliqués dans un total de 25 mises en jeu, Brian Flynn, ayant une moyenne de 50,00 % (12 gains en 24 tentatives) et Lars Eller, qui évoluait à ce poste avant la présente saison, a une moyenne de 46,15 %, ayant remporté 12 de ses 26 confrontations.
L’an dernier, le Canadien avait terminé au 4e rang du circuit, affichant une moyenne d’efficacité de 52,09 % (2695 gains en 5174 tentatives), sans oublier que Manny Malhotra, qui n’est plus avec l’équipe, avait terminé avec une efficacité impressionnante de 59,27 % (537 gains sur 906 tentatives), terminant au 2e rang du circuit, tout juste derrière Patrice Bergeron, des Bruins de Boston, dont le rendement avait été de 60,23 %, gagnant 1175 de ses 1951 confrontations.
LE RENDEMENT DU CANADIEN LORS DES SIX PREMIERS MATCHS
NO-DATES-RÉSULTATS-TOT-VIC-DÉF-MOY.
1) 7 oct. 2015-Mtl 3 Tor 1-64-30-34 (46,88 %)
2) 10 oct. 2015-Mtl 4 Bos 2-67-37-30 (55,22 %)
3) 11 oct. 2015-Mtl 3 Ott 1-70-28-42 (50,00 %)
4) 13 oct. 2015-Mtl 3 Pit 2-52-23-29 (44,23 %)
5) 15 oct. 2015-Ran 0 Mtl 3-71-38-33 (53,52 %)
6) 17 oct. 2015-Det 1 Mtl 4-62-32-30 (51,61 %)
Aspirants à la Coupe Stanley, les Ducks d’Anaheim battent de l’aile
Avant de penser à gagner la Coupe Stanley, les Ducks d’Anaheim devront commencer à gagner, mais aussi à marquer des buts!
En effet, la troupe dirigée par Bruce Boudreau, qui est favorite pour gagner la Coupe Stanley cette saison, connaît l’un des pires départs de son histoire, ayant une fiche de 0-3-1 après ses quatre premiers matchs.
Elle a perdu 2-0, face aux Sharks de San Jose, 2-1, en tirs de barrage, face aux Canucks de Vancouver, 4-0, contre les Coyotes de l’Arizona et 3-0, contre l’Avalanche du Colorado.
Pis, les Ducks n’ont réussi qu’un but en quatre rencontres, ayant été blanchis dans trois des quatre parties.
C’est le défenseur Sami Vatanen qui est l’auteur de leur unique but, ayant marqué à 1:56 de la deuxième période du revers de 2-1, en tirs de barrage (contre le gardien Ryan Miller), face aux Canucks de Vancouver, lundi dernier, au Honda Center et les Ducks ont été neutralisés lors de leurs 163:04 dernières minutes de jeu.
Ils ont réussi un but en 128 tirs contre les gardiens adverses et leurs meilleurs attaquants ont été vraiment neutralisés, car les Ryan Getzlaf (moins trois), Ryan Kesler (moins trois), Corey Perry (moins deux), Carl Hagelin (moins quatre), Patrick Maroon (égal) et Chris Stewart (moins un), ont un dossier combiné de 0-0-0 avec un différentiel de moins 13 et 54 tirs lors des quatre rencontres.
Soulignons que les Ducks ont un rendement de 0 en 11 sur le jeu de puissance, tout juste devant les Penguins de Pittsburgh, qui sont 0 en 17 à ce chapitre.
Le pire début de l’histoire de l’équipe est arrivé en 2003-2004, alors qu’elle avait une fiche de 0-4-0 après quatre matchs (elle n’avait marqué que deux buts) et un dossier de 0-4-1 après ses cinq premières parties.
En 2008-2009, elle avait également une fiche de 0-4-0 après quatre matchs, mais avait remporté une victoire de 4-0,  face aux Sharks de San Jose, lors de sa cinquième rencontre.
Lors des deux dernières saisons, les Ducks avaient perdu leur match inaugural, mais avaient rebondi dans les deux cas, car en 2013-2014, ils avaient signé six gains de suite, alors que l’an dernier, ils avaient eu sept victoires consécutives.
En ce dimanche, les Ducks, qui ont récolté respectivement 116 et 109 points lors des deux dernières saisons et qui ont été éliminés dans la finale de l’Association de l’Ouest (en sept matchs contre les Blackhawks de Chicago) l’an dernier, vont tenter de savourer une première victoire.
La tâche s’annonce très difficile, car ils vont recevoir la visite du Wild du Minnesota, qui affiche un dossier de 3-0-1 après quatre matchs et qui n’a concédé que 11 buts à ses adversaires.
Par contre, les Ducks ont une fiche de 9-1-0 lors de leurs 10 derniers matchs disputés contre le Wild.
Suite à ce match, les Ducks vont avoir un très difficile voyage de cinq parties, face à cinq équipes redoutables, les Predators de Nashville, le Wild du Minnesota, les Blackhawks de Chicago, les Stars de Dallas et les Blues de St Louis.
LE DÉBUT DE SAISON DES DUCKS D’ANAHEIM EN 2015-2016
10 octobre 2015-Anaheim 0 à San Jose 2 (Martin Jones, 27 arrêts)
12 octobre 2015-Vancouver 2 à Anaheim 1 (fus.) (Ryan Miller, 28 arrêts sur 29 tirs)
14 octobre 2015-Arizona 4 à Anaheim 0 (Mike Smith, 37 arrêts)
16 octobre 2015-Colorado 3 à Anaheim 0 (Reto Berra, 35 arrêts)
18 octobre 2015-Minnesota à Anaheim (20h)
LE DÉBUT DE SAISON DES DUCKS D’ANAHEIM EN 2003-2004
8 octobre 2003-Anaheim 1 à Dallas 4
9 octobre 2003-Anaheim 1 à Nashville 3
12 octobre 2003-Phoenix 2 à Anaheim 0
17 octobre 2003-Ottawa 3 à Anaheim 0
19 octobre 2003-Boston 4 à Anaheim 3 (pro.)
21 octobre 2003-Anaheim 2 à San Jose 0 (première victoire)
LE DÉBUT DE SAISON DES DUCKS D’ANAHEIM EN 2008-2009
9 octobre 2008-Anaheim 1 à San Jose 4
12 octobre 2008-Phoenix 4 à Anaheim 2
13 octobre 2008-Anaheim 3 à Los Angeles 6
15 octobre 2008-Edmonton 3 à San Jose 2
17 octobre 2008-San Jose 0 à Anaheim 4 (première victoire)
Une note amusante sur les tirs de pénalité contre Cory Schneider
Certaines statistiques sont spéciales et celle qui implique certains tirs de pénalité contre le gardien Cory Schneider, des Devils du New Jersey est dans cette catégorie.
En effet, c’est la deuxième saison de suite, presque à la même date et contre la même équipe que l’ex-gardien des Canucks de Vancouver est impliqué dans cette situation.
Vendredi soir, il a réussi à arrêter l’attaquant Patrick Marleau, des Sharks de San Jose, dans un revers de 2-1, en tirs de barrage, au Prudential Center et cela ressemble étrangement à la situation de la saison dernière, alors que le 18 octobre 2014, il avait arrêté Tommy Wingels, des Sharks de San Jose, dans un revers de 4-2, au Prudential Center !
On pourrait ajouter que le 20 décembre 2014, il avait réussi un arrêt contre le redoutable Alex Ovechkin, des Capitals de Washington, dans un revers de 4-0, à domicile et sans oublier que le 26 janvier 2014, il avait concédé un but à Derek Stepan, des Rangers de New York, dans un revers de 7-3, lors d’un  match qui avait été disputé au Yankee Stadium !
Une chose est certaine, avec la faible attaque de son équipe, Schneider devra presque tout arrêter s’il veut remporter des victoires cette saison, les Devils ayant une fiche de 0-3-1, n’ayant marqué que six buts, dont quatre en avantage numérique.
Ils tenteront de remporter leur première victoire ce soir, mais la tâche s’annonce difficile, car ils visiteront les Rangers de New York, au Madison Square Garden et soulignons qu’ils ont une fiche de 0-5-1 lors de leurs cinq derniers duels contre la troupe dirigée par Alain Vigneault.