vendredi 23 octobre 2015

L'entrée en scène de John Tortorella gâchée

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Blue Jackets 2 - Wild 3


ST. PAUL, Minn. - Thomas Vanek a enfilé le but victorieux en deuxième période et le Wild du Minnesota a défait les Blue Jackets de Columbus 3-2, jeudi soir, gâchant le retour de John Tortorella derrière le banc d'une formation de la Ligue nationale de hockey.
Les Blue Jackets ont subi un huitième revers en autant de matchs. Il s'agit de la plus longue séquence de défaites en début de saison depuis que les Rangers de New York avaient perdu leurs 11 premières parties, en 1943-44.
Tortorella a été nommé au poste d'entraîneur-chef mercredi à la suite du licenciement de Todd Richards.
Zach Parise a ouvert la marque avec son sixième but de la saison après cinq minutes de jeu.
Alexander Wennberg a égalé le score quelque cinq minutes plus tard, et Brandon Dubinsky a permis aux Blue Jackets de se donner une avance d'un but, déjouant Devan Dubnyk à 19:39 de l'engagement initial.
Nino Niederreiter a ramené les deux formations à la case de départ à 5:41 de la période médiane. Vanek a enchaîné avec son troisième de la saison lors d'une attaque à cinq, avec un peu moins de neuf minutes à jouer à la période.
Les Blue Jackets ont limité le Wild à seulement quatre tirs en troisième période, et 23 au total en direction de Sergei Bobrovsky. Ils en ont dirigé 29 vers Dubnyk.

Les Predators portent leur fiche à 6-1
Sommaire
Colin Wilson et Ryan Ellis ont récolté un but et deux passes chacun alors que les Predators de Nashville ont battu les Ducks d'Anaheim 5 à 1.
Ellis avait raté le dernier match des siens à cause d'une blessure dans le bas du corps.

Mike Ribeiro, Eric Nystrom et Mattias Ekholm ont complété le score pour les Preds, dont la fiche est de 6-1, à la suite de ce troisième gain d'affilée.

Pekka Rinne a effectué 27 arrêts devant le filet des vainqueurs, qui sont invaincus en quatre matches à domicile.

Jiri Sekac a marqué et Anton Khudobin a bloqué 24 rondelles pour les Ducks, qui ont prévalu une seule fois en six rencontres.

Nystrom a inscrit le premier but du match à 3:40 en deuxième période; Ellis a doublé l'avance environ neuf minutes plus tard, puis Ribeiro a fait 3-0 avec trois minutes au cadran dans la période, avec un tir frappé du cercle gauche.

Sekac a privé Rinne d'un jeu blanc avec un tir sur réception en avantage numérique, à mi-chemin au troisième tiers. C'était le tout premier but des Ducks avec l'avantage d'un homme cette saison, à leur 17e essai.

Kane et Seabrook totalisent six points
Sommaire
Patrick Kane et Brent Seabrook ont chacun fourni un but et deux passes pour mener les Blackhawks de Chicago vers un gain de 3-2 face aux Panthers de la Floride.
Artem Anisimov a aussi fait entendre la sirène pour les champions de la coupe Stanley. Corey Crawford a stoppé 16 tirs, portant sa fiche à 5-1 en carrière face aux Panthers.
Jaromir Jagr et Vincent Trocheck ont marqué pour la Floride, qui échappait un troisième match de suite. Roberto Luongo a fait 24 arrêts.
Jagr a profité d'un avantage numérique pour récolter un cinquième but, un sommet chez les Panthers.
Le joueur de 43 ans totalise 206 filets avec un rival au cachot, ce qui lui donne le 13e rang de l'histoire à ce chapitre, devant Joe Sakic.
Jeff Carter et Jhonas Enroth font le boulot
Sommaire
Jeff Carter a compté ses deux premiers buts de la saison en plus d'amasser deux passes alors que Milan Lucic récoltait son premier but dans l'uniforme des Kings de Los Angeles qui l'ont emporté 4-1 sur les Sharks de San Jose.
Tyler Toffoli a marqué l'autre but des Kings, qui signent une troisième victoire de suite.
Joel Ward a été l'unique buteur des Sharks, qui ont perdu leurs trois dernières rencontres.
À son premier départ avec sa nouvelle équipe, Jhonas Enroth a fait face à 40 lancers pour être crédité de la victoire.
Le portier des Sharks Martin Jones a été victime des quatre buts sur 29 tirs.
Ovechkin porte le coup fatal aux Canucks
Sommaire
Alexander Ovechkin a réussi le but déterminant à 15:05 en troisième période et les Capitals de Washington ont défait les Canucks de Vancouver 3-2.
Ovechkin a marqué avec un tir frappé de l'enclave, sur une passe d'Evgeny Kuznetsov. Ce dernier avait profité d'une longue remise de Dmitry Orlov pour filer sur le flanc droit et créer un deux contre un.

Jason Chimera et Jay Beagle ont aussi fait bouger les cordages pour les Caps, qui ont remporté leurs quatre derniers matches.

Braden Holtby a fait 23 arrêts pour Washington, qui va essayer de poursuivre sur la lancée vendredi soir, à Edmonton.

Les Oilers les attendront de pied ferme, forts de trois gains d'affilée.

La réplique des Canucks est venue de Henrik Sedin et Radim Vrbata, tandis que Ryan Miller a stoppé 30 tirs. Le club a perdu ses trois dernières rencontres.

La gratitude de Gallagher envers Gorges a des limites

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Se méfier des Sabres


BROSSARD, Qc - Brendan Gallagher continue d'entretenir des liens étroits avec son ancien coéquipier et mentor Josh Gorges, plus d'un an après le départ du vétéran défenseur maintenant rendu chez les Sabres de Buffalo.
« On s'échange des textos habituellement à tous les dimanches après une défaite des Colts d'Indianapolis (de la NFL) », a lancé à la blague le jeune ailier droit du Canadien, jeudi.
Gallagher est très reconnaissant pour tout ce que Gorges a fait pour lui à son arrivée chez le Tricolore, en 2013. Gorges et sa conjointe, Maggie, l'ont accueilli en pension à leur domicile pendant deux saisons, incluant la saison 2013 écourtée. Mais la gratitude à une limite pour le pugnace Gallagher. Une limite qui ne franchit jamais les bandes d'une patinoire!
Gorges et Gallagher comptent déjà quelques bonnes batailles ensemble devant le filet des Sabres, la saison dernière.
Gorges n'a pris part qu'à deux des quatre premiers duels contre son ancienne équipe puisqu'il a dû s'absenter en raison de blessures.
On ne doit pas s'attendre à ce que les deux hommes s'épargnent, vendredi, à l'occasion de la première confrontation entre les équipes cette saison.
« J'ai réellement apprécié les deux saisons que j'ai passées chez Josh, a rappelé Gallagher. Tout ce que Maggie et lui ont fait pour moi, ça représente énormément. Josh m'a aidé à devenir un professionnel, et je ne le remercierai jamais assez pour ça. »
Gorges ne doit pas s'attendre pour autant à recevoir des politesses de Gallagher sur la glace.
« Josh est très compétitif, comme moi. Il ne me ménagera pas, comme il le fait avec quiconque, a-t-il opiné. Pour l'avoir affronté la saison dernière, je sais qu'il ne me traite pas comme un ami dans le feu de l'action et je l'apprécie. On s'est coltaillé et ç'a été le ''fun''. Après les matchs, on redevient des amis. »
Gorges a fort mal digéré son départ de Montréal, où il était devenu un leader incontesté du Canadien. Après avoir refusé d'être échangé aux Maple Leafs de Toronto, il est passé aux Sabres en retour d'un choix de deuxième tour en 2016, en juillet 2014. Il a ainsi pu aller rejoindre son ancien coéquipier et capitaine du CH Brian Gionta, qui venait d'accepter l'offre contractuelle de 12,75 millions $ US pour trois ans.
Gallagher a dit s'attendre à ce que ses deux anciens coéquipiers soient gonflés à bloc et ce que les Sabres soient animés de la forte volonté de mettre fin à la série de victoires du Canadien.
« Nos rivaux veulent tous nous infliger notre première défaite. La motivation ne manquera pas chez les Sabres. »
Vendredi, le CH va tenter de réussir le premier but pour la septième fois en huit matchs cette saison. Les Predators de Nashville et lui sont les deux seules équipes de la LNH qui n'ont pas encore cédé de but en première période.
« Il n'y a pas de matchs faciles et les Sabres vont être compétitifs. Nous devrons être prêts, sinon ça n'ira pas bien », a résumé Gallagher.

Dix ans plus tard : Sidney Crosby ou Carey Price?

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Sidney Crosby et Carey Price
Sidney Crosby et Carey Price (Source d'image: Getty )

« Il est le meilleur joueur de hockey au monde. »
C'est ce qu'a déclaré cette semaine Max Pacioretty au Journal de Montréal en parlant de Carey Price. Et très franchement, Pacioretty a « un excellent bon point » comme dirait l'autre. Avant le début de la saison, la question était de savoir si Price pouvait répéter ses exploits de la saison dernière. À la lumière de ce qu'il a démontré jusqu'à maintenant, la réponse est oui. Ce qui nous ramène 10 ans en arrière, à Ottawa.  
Si vous aviez à refaire le repêchage de 2005, qui serait votre premier choix : Sidney Crosby ou Carey Price? Après la victoire du Canadien sur les Blues de St Louis, mon collègue Stéphane Leroux a posé la question à Ron Fournier dans le cadre de son émission au 98,5.
Carey PriceD'entrée de jeu on, s'entend sur une chose : 10 ans plus tard, Price ne serait pas sélectionné au cinquième rang; il serait premier ou deuxième, mais pas plus loin.
Crosby a eu un impact immédiat sur les Penguins. Il est arrivé dans la ligue à 18 ans et a amassé 102 points à son année recrue. Il a enchaîné avec quatre autres saisons de 100 points et plus, dont une de 120 points en 2006-2007. Il a participé à deux finales et gagné la coupe Stanley une fois. Mais depuis, les choses se sont gâtées. Les Penguins ont atteint la finale de l’Association Est une seule fois (ils ont été battus en quatre par les Bruins) et ont été éliminés dès le premier tour trois fois. Cependant, il faut aussi dire que Crosby a été ennuyé par toutes sortes de blessures et commotions cérébrales.  Aussi, l'arrivée de Crosby avec les Penguins a probablement sauvé le hockey à Pittsburgh. Sans lui, les Penguins seraient peut-être morts depuis longtemps.
Mais comme l'a si bien dit Stéphane, est-ce qu'une carrière dans la LNH est un sprint ou un marathon?
Les premiers pas de Carey Price avec les Canadiens ont été pas mal moins spectaculaires. Qui a oublié les séries de 2010 et le débat qui a suivi : « Price ou Jaroslav Halak »? Si le débat a divisé les amateurs, il n'y a jamais eu de doute dans l'esprit des dirigeants de l'équipe. 
La carrière de Price a véritablement pris son envol avec l'arrivée de Stéphane Waite.  Puis il y a eu les Jeux olympiques de Sotchi et la consécration en 2014-2015 avec les trophées Hart, Vézina, William-M.-Jennings et Ted-Lindsay. Price arrive dans ses meilleures années et l'avenir est prometteur. Comme on le disait à l'époque de Dominik Hasek, on dit aujourd'hui qu’il y a Carey Price et les autres gardiens. Crosby et Price ont remporté une médaille d'or olympique et le Championnat du monde de hockey junior.  Seule ombre au palmarès de Price, la coupe Stanley. Mais  j'aime mieux les chances de Carey Price de remporter le gros trophée que celles de Sidney Crosby.
Alors, Price ou Crosby?
Pour ceux qui auraient oublié, Bobby Ryan, Jack Johnson et Benoit Pouliot avaient été choisis aux positions 2, 3 et 4, derrière Crosby et devant Carey Price!    
Essais et erreurs
Au Centre Bell mardi soir, on a beaucoup parlé du but de Brendan Gallagher contre les Red Wings de Detroit. Tout le monde s'entendait sur un point : le but aurait dû être refusé. Le jeu aura eu le mérite cependant de démontrer que l'application du nouveau règlement qui permet aux entraîneurs d'en appeler d'une décision en est encore au stade des essais et erreurs.
D'abord, les officiels ont appelé à Toronto pour savoir si le but était bon, si Gallagher n'avait pas donné un coup de patin sur la rondelle (« kicking motion ») pour marquer son but. Après une attente interminable, la réponse a été non. Le geste était accidentel.  Mais la vraie question était de savoir s’il y avait eu obstruction de la part de Gallagher à l'endroit du gardien des Red Wings. Et pour le savoir, il aurait fallu que l'entraîneur des Red Wings demande aux officiels de revoir la séquence, parce qu'il n'y a que les arbitres qui peuvent revoir un jeu semblable sur une tablette électronique mise à leur disposition au banc de l'annonceur. Toronto n'a rien à voir là-dedans. Et selon ce qu'on a pu entendre, les arbitres auraient refusé le but. Sauf que Jeff Blashill a choisi de ne pas en appeler, il a donc été l'artisan de son propre malheur. Par contre, est-ce que les arbitres avaient vraiment besoin d'un appel de Blashill pour voir qu'il y avait eu obstruction à l'endroit de Petr Mrazek?
Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Il serait si simple d'interdire TOUS les contacts avec le gardien de but dans son rectangle. On arrête le jeu et on reprend à l'extérieur du territoire. Les joueurs ont 200 x 85 pieds à leur disposition pour s'amuser. Par contre, si le gardien s'aventure à l'extérieur de sa zone réservée, il devient un sixième joueur avec tout ce que ça implique. Comme au football : le quart-arrière jouit d'une protection accrue dans la pochette, mais s'il décide de courir avec le ballon, c'est à ses risques et périls. 
Puisqu'il est question d'essais et erreurs, les Blue Jackets de Columbus devront donner un choix de deuxième ronde aux Canucks de Vancouver pour la mise sous contrat de John Tortorella comme entraîneur-chef en vertu d'un nouveau règlement en vigueur cette année. Sauf qu'au départ, l'esprit du règlement était de compenser une organisation pour la perte d'un membre de sa direction toujours à son emploi. Dans ce cas-ci, Tortorella a été congédié il y a un an. La ligue a reconnu l'anomalie et devrait corriger le tir. Tout de même étonnant qu'on n’ait pas pensé à ça avant.

Condon face aux Sabres

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le jeudi 22 octobre 2015 à 12h23. Modifié par Charles Payette le vendredi 23 octobre 2015
Condon face aux Sabres
(98,5 Sports) - Les joueurs du Canadien tenteront d'étirer à huit leur série de victoires en début de saison quand ils affronteront les Sabres, ce soir, à Buffalo.

«Je me sens bien, je suis en santé et l'équipe joue bien», a dit le gardien auxiliaire, Mike Condon, qui sera envoyé dans la mêlée pour la deuxième fois depuis le début du calendrier.
Fort de ses sept victoires consécutives depuis le début de la saison, le Tricolore (7-0-0; 14 points) disputera deux matchs en autant de soirs contre des rivaux de division, dont les succès se font plutôt rares.

D'abord, les Sabres (2-4-0; 4 points), ce soi, puis, samedi soir au Centre Bell,contre les Maple Leafs de Toronto (1-3-2; 4 points).

Condon devant le filet

Condon a signé une victoire contre les Sénateurs à Ottawa, le 11 octobre dernier.

«C'est dur de ne pas jouer beaucoup, mais c'est une situation auquelle je suis habitué. C'est mon rôle. Coach Waite s'assure que je suis prêt à chacune des parties», de dire celui qui regarde Carey Price briller de tous ses feux.

Price retrouvera son filet contre les Maple Leafs, samedi soir.

Pour le reste de sa formation, l'entraîneur-chef du Tricolore n'effectuera pas d'autre changement. Donc, les défenseurs Jarred Tinordi et Greg Pateryn ainsi que l'attaquant Paul Byron seront à nouveau laissés de côté.

Un match à la fois

Même si à priori, les Sabres ne représentent pas la meilleure opposition alors qu'ils se retrouvent au 26e rang de la LNH, Michel Therrien ne prend aucun match pour acquis. Chacun de ses adversaires mérite toute son attention et ils préparent sa formation en conséquence.

«Ils ont fait des changements importants au courant de l'été, ils ont un jeune prodige en (Jack) Eichel. Ils ont beaucoup plus d'énergie qu'ils en ont démontré l'an dernier. Dans la Ligue nationale, ce sont toujours des matchs qui sont difficiles à jouer», a indiqué Therrien lors de son point de presse, jeudi.

«Ils ont beaucoup de talent. Ils ont un super bon jeune joueur avec Jack Eichel. Il dégaine rapidement et il patine vite. On doit toujours l'avoir à l'oeil lorsqu'il est sur la patinoire. Ils ont très bien joué contre Toronto hier soir. Ça va être un match difficile», a ajouté Condon qui connaît assez bien la recrue des Sabres pour avoir joué contre lui cet été dans une ligue au Massachusetts.

Et Therrien ne se laisse pas distraire par les succès récents de sa troupe. Pas question de s'assoir sur ses lauriers.

«Quand je conduis ma voiture, je ne regarde pas trop souvent dans mon miroir en arrière. Je regarde bien plus ce qui se passe en avant, a imagé l'entraîneur d'expérience. C'est un peu la même chose avec une équipe de hockey. À l'occasion, tu regardes ce qui s'est passé dans les matchs précédents, mais ce qui est le plus important, c'est le prochain match.»

Therrien a confié qu'il ne sentait pas que son équipe jouait avec une pression additionnelle en raison des succès inespérés du début de saison.

«C'est un groupe qui a beaucoup d'enthousiasme, beaucoup d'énergie et beaucoup de plaisir. Ce sont des signes qui me font dire qu'on ne ressent pas la pression. On veut juste connaître un autre bon match demain.»

«On est très conscients que les équipes nous attendent. C'est un défi. Mais on continue de se concentrer sur nous», a ajouté Therrien.

Record en vue

Avec ses matchs contre les Sabres et les Maple Leafs, le Canadien tentera de s'approcher à deux gains du record de la LNH de 10 d'affilée en ouverture de saison. Les Maple Leafs de Toronto (1993-94) et les Sabres de Buffalo (2006-07) sont les codétenteurs de la marque.

Le Tricolore connaît sa première série de sept victoires, peu importe la période de la saison, depuis la saison 2005-06. Mercredi, la réputée firme Sports Elias Bureau avait erronément rapporté que la dernière fois que l'équipe avait obtenu sept gains de suite remontait en avril 2002. Elle a apporté la correction.

La dernière fois que l'équipe a signé huit victoires d'affilée en temps réglementaire, ça remonte à novembre 1992.

Bournival patine

À noter qu'avant l'entraînement du Canadien, Michaël Bournival, qui est sur la liste des blessés en raison d'une commotion cérébrale, a patiné en compagnie du thérapeute sportif, Vincent Roof-Racine. Durant cette séance de patinage, le jeune attaquant portait une visière teintée pour atténuer les effets de la luminosité.

(Avec La Presse Canadienne)