mercredi 4 novembre 2015

Les Coyotes déménageraient... à Phoenix

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour 98,5fm Sports le mercredi 04 novembre 2015 à 06h55.
Les Coyotes déménageraient... à Phoenix
(98,5 Sports) - Alors qu'à Québec, on suit depuis plusieurs années la saga des Coyotes de l'Arizona dans l'espoir d'un transfert de concession, voilà que l'équipe du désert déménagerait ses pénates de Glendale... à Phoenix.
Selon le quotidien Le Journal de Québec, le propriétaire des Coyotes, Anthony Leblanc, a mentionné que la recherche d'un nouveau domicile «avançait rapidement». Ce dernier est pris dans des démêlés qui n'en finissent plus avec la location de l'actuel aréna du club, le Gila River Arena, à Glendale.
La concession s'était établie au America West Arena de Phoenix lors du transfert des Jets de Winnipeg en 1996. Cet aréna, maintenant appelé le Talking Stick Resort Arena, est toujours le domicile de Suns de Phoenix, de la NBA.
Avec Le Journal de Québec

Le Canadien s'incline 2-1 devant les Sénateurs

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le mardi 03 novembre 2015 à 18h45. Modifié par Charles Payette le mercredi 04 novembre 2015
Le Canadien s'incline 2-1 devant les Sénateurs
Le gardien des Sénateurs, Craig Anderson, bloque un tir de l'attaquant du Canadien Lars Eller./Photo: archives PC, Graham Hughes
(98,5 Sports) - l'attaquant Kyle Turris a marqué en prolongation et les Sénateurs d'Ottawa l'ont emporté par la marque de 2-1 face au Canadien de Montréal, mardi soir, au Centre Bell.

Les Sénateurs ont ainsi infligé au Tricolore son premier revers à domicile de la saison.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mardi 03 novembre 2015 dans Bonsoir les sportifs et Après-match du Canadien avec Ron Fournier, Martin McGuire et Dany Dubé
Durant une bonne partie de la soirée, les spectateurs présents au Centre Bell ont pu assister à un brillant duel de gardiens de but.

C'est Kyle Turris qui est venu seller l'issue de la rencontre en inscrivant le second but des siens à la suite d'une magnifique passe de Mike Hoffman, à la 34e seconde de la période supplémentaire.

La première expérience du Canadien à trois contre trois en surtemps aura donc été de courte durée.

Le seul but du Tricolore a été compté par Dale Weise, son septième de la saison.

Trois minutes avant, l'attaquant des Sénateurs Jean-Gabiel Pageau (4e) avait inscrit le premier de la rencontre sur une échappée.

Film de la rencontre

Première période

Aucun changement à la formation chez le Canadien.

Les hommes de Michel Therrien passent pas mal de temps dans la zone adverse en début de période.

Un peu plus tard, les défenseurs du Canadien Alexei Emilin et Jeff Petry jouent un peu mollement près du filet de Mike Condon.

Après cinq minutes de jeu, on constate que les joueurs du Tricolore effectuent un bon échec avant en plus de bien contrôler la rondelle.

De ce fait, les Sénateurs sont un peu débordés par la qualité de jeu du Canadien.

Notons la belle la montée du trio Byron-Mitchell-Flynn qui permet à l'ailier gauche de prendre un bon lancer vers Craig Anderson.

Enfin, l'attaquant des Sénateurs Jean-Gabriel Pageau tente de créer une étincelle au sein de son équipe en livrant de beaux efforts en territoire du Tricolore, en vain.

Le disque est libre devant Craig Anderson sur un retour de lancer, mais ni Tomas Plekanec ni Max Pacioretty ne peuvent saisir l'occasion.

Le Canadien fait la loi sur la patinoire.

Rare attaque d'Ottawa, le jeune défenseur des Sénateurs Cody Ceci décoche un bon tir sur réception, mais Condon ferme la porte, à 9:54.

Jusqu'à maintenant, il y a très peu d'arrêts de jeu.

Pour la première fois de la soirée, les Sénateurs s'installent dans la zone du Canadien et effectuent quelques belles passes avant de permettre à Erik Karlsson de prendre un bon lancer.

Dès la mise au jeu en territoire d'Ottawa, Tomas Plekanec refile la rondelle au défenseur, qui la retourne en direction du numéro 14, maintenant positionné dans l'enclave: Plekanec marque aisément, mais les officiels refusent le but en raison de la présence de Gallagher dans le demi-cercle de Craig Anderson.

Michel Therrien conteste par la suite cette décision... Pourtant, à la reprise vidéo, on peut voir que le coude de Brendan Gallagher touche au corps d'Anderson. Le but sera finalement refusé. En outre, l'entraîneur-chef du Tricolore a perdu son temps d'arrêt.

À la 16e minute de jeu, les Sénateurs ont 16 mises en échec contre 4 pour les Canadiens.

Superbe arrêt du gant de Mike Condon à l'endroit de Ceci, qui avait une occasion en or de donner les devants aux siens. C'est Jean-Gabriel Pageau qui lui a fait une magnifique passe lors d'un deux-contre-un.

Soudain, Les Sénateurs semblent prendre du poil de la bête et tirent une nouvelle fois sur Condon, qui est impeccable. Dale Weise n'a pas été des plus efficace sur cette séquence offensive des joueurs de Dave Cameron.

Tirs au but:

Canadiens: 10 - 0 - 0: 10

Sénateurs: 7 - 0 - 0: 7

Deuxième période

À 2:31, Cody Ceci est chassé pour bâton élevé.

En désavantage numérique, Jean-Gabiel Pageau (4e) profite d'une mauvaise manoeuvre (bâton fracassé) de P.K. Subban à la ligne bleue et s'échappe avec la rondelle, Fin seul, il a tout le temps pour tirer à ras la glace, à 3:16. Canadien 0 - Sénateurs 1.

Ce n'est que la troisième fois depuis le début de la saison que le Canadien accorde le premier but.

Autre punition aux Sénateurs. Cette fois, Marc Methot est puni pour obstruction à l'endroit de Brendan Gallagher. 

Trois minutes après le but d'Ottawa, Dale Weise (7e), encore lui, parvient à faire dévier une passe rapide d'Alex Galchenyuk devant le filet. Juste avant, Andrei Markov avait repéré le Russe à la gauche du gardien. La vitesse d'exécution était impressionnante sur ce jeu. Canadien 1 - Sénateurs 1.

Revirement rapide, un deux-contre-un permet à Milan Michalek de décocher un excellent tir du poignet en direction de Mike Condon, qui freine partiellement le disque avant que celui-ci frappe ensuite sur la barre transversale.

À la 11e minute de jeu, les Canadiens peinent à sortir la rondelle de leur zone. C'est Plekanec qui met finalement un terme à la menace des Sénateurs en dégageant son territoire.

Très longue séquence d'Erik Karlsson.

Beau travail de Chris Neil derrière le filet de Condon, qui permet à son coéquipier de soutirer la rondelle au défenseur Nathan Beaulieu. Heureusement pour celui-ci, Tom Gilbert poussera le disque à l'extérieur de la zone quelques secondes plus tard.

Le Canadien est plus souvent dans son territoire comparativement au premier tiers.

David Desharnais sert une passe pratiquement parfaite à Tomas Fleischmann, posté dans l'enclave, mais ce dernier fend l'air.

Revirement en faveur du Canadien: Lars Eller décide de contourner le défenseur afin de foncer vers le filet d'Anderson. Le Danois prend un faible lancer sur le gardien, qui fait l'arrêt en glissant dans le fond de son filet.

Max Macioretty rate une belle occasion de marquer juste devant le but des Sénateurs.

Lars Eller arrive à toute allure dans la zone des Sénateurs et prend un violent tir du poignet dans la partie supérieure, mais Anderson sort la mitaine et bloque le disque.

Desharnais est ébranlé par une mise en échec de Milan Michalek. Plus de peur que de mal.

Tirs au but:

Canadiens: 10 - 12 - 0: 22

Sénateurs: 7 - 7 - 0: 14

Troisième période

Brandon Gallagher et Tomas Plekanec sont tout à tour frustrés par Craig Anderson.

Devante Smith-Pelly pousse la rondelle dans le fond de la zone des Sénateurs espérant pouvoir contourner le défenseur, mais il manque de rapidité.

Le Canadien est pris dans sa zone. Finalement, Weise tente de dégager son territoire par la voie des airs, mais le disque se retrouve chez les spectateurs. Premier avantage numérique de la soirée pour Ottawa.

L'attaquant Mike Zobanejad tente de glisser le disque entre les jambières de Condon, mais ce dernier a bien suivi le jeu.

Escarmouches devant le filet de Mike Condon quand Alex Chiasson pousse la rondelle derrière la ligne rouge du gardien après le coup de sifflet de l'officiel. Malgré tout, on va consulter le reprise vidéo. Le but sera refusé. Il reste 32 secondes à la pénalité de Dale Weise.

Ottawa ne pourra profiter de cette supériorité numérique.

Deux joueurs du Canadiens s'amènent rapidement face à Anderson: David Desharnais choisit de lancer, mais le disque passe par-dessus le filet.

Tout juste après, c'est au tour deMax Pacioretty de rater une chance en or.

Très longue séquence pour le trio de Galchenyuk.

Les hommes de Michel Therrien sont dans l'eau chaude depuis au moins une minute, mais Smith-Pelly parvient à sortir la rondelle de la zone.

Belle incursion de Gallagher au filet, mais il ne peut compter.

Mike Hoffman est frustré par Mike Condon, qui connaît un bon match, à l'instar de l'autre gardien en face de lui.

Coup vicieux de Marc Methot à l'endroit de Torrey Mitchell. Le défenseur des Sénateurs est envoyé au cachot pour deux minutes. Le Canadien à une excellente chance de remporter un 12e gain.

Tomas Plekanec effectue une passe vive à Brendan Gallagher, qui passe bien près de déjoueur Anderson, qui est solide.

Encore une fois, le gardien fait la différence au cours de cet avantage numérique.

Les joueurs du Canadien contrôlent bien la rondelle en zone adverse, mais sont incapables de déjoueur Anderson. Il bloque son 35e lancer quand il se dresse devant le tir Max Pacioretty.

Methot est de retour sur la patinoire.

Pour la première fois de la campagne, Le Canadien jouera en prolongation.

Tirs au but:

Canadiens: 10 - 12 - 15: 37

Sénateurs: 7 - 7 - 11: 26

Période supplémentaire

À 0:34, Mike Hoffman sert une magnifique passe à Kyle Turris dans un deux-conte-un: l'attaquant ne ratera pas pas une telle occasion. Canadien 1 - Sénateurs 2.

Équipes canadiennes : jeunesse et patience!

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Connor McDavid
Connor McDavid (Source d'image: Getty )

En disputant mardi soir un sixième match consécutif contre les équipes canadiennes, le Canadien de Montréal a obtenu une belle occasion de mesurer sa situation propre par rapport aux autres formations du pays. Constatation facile, direz-vous, le Tricolore est largement en avance et pourrait même s’avérer la seule formation du Canada à se qualifier pour les séries 2016. Ce qui ne veut pas dire que l’avenir n’est pas très prometteur à l’ouest de Montréal!
Le potentiel d’avenir aux Oilers
Il ne fait aucun doute, après la récente séquence de matchs que nous avons présentés à RDS, que la meilleure base de très jeunes talents chez les équipes canadiennes de la LNH se trouve dans l’ouest du pays. Et dès que l’on prononce le nom de Connor McDavid, il n’y a même plus de place pour le moindre débat! Les Oilers viennent en tête de lice et seront soulevés, un jour pas si lointain, par leur jeune prodige! Il est tout simplement dommage que le premier choix de 2015 se soit blessé sévèrement mardi lors du match contre les Flyers et qu’il soit absent pour une longue période, lui qui se dirigeait tout droit vers le trophée Calder.
Car à n’en pas douter, McDavid est non seulement mûr pour la LNH, mais il semble déjà prêt à dominer son sport et il est permis de croire que le flambeau lui est déjà tendu par son aîné, un certain Sidney Crosby. Il n’en tient qu’à lui à s’en emparer et à concrétiser dès maintenant son statut de surdoué. Ce que nous avons retenu du match à Edmonton, ce n’est pas seulement le talent brut de McDavid. C’est aussi l’ensemble de son comportement sur la patinoire, digne d’un vétéran. Même si son équipe tirait de l’arrière, il patinait encore à fond de train et semblait refuser la notion de défaite et sa fougue est alors devenue contagieuse, ce qui fut à la base même de la formidable remontée des Oilers.
Je faisais partie de ceux qui croyaient qu’il y avait « trop » de talents semblables à Edmonton. J’en suis aujourd’hui moins sûr. Connor McDavid peut devenir tellement dominant, qu’il ne sera même pas en compétition directe avec les Taylor Hall, Ryan-Nugent Hopkins, Leon Draisaitl et Nail Yakupov. Il pourrait cependant forcer ces jeunes joueurs à travailler encore plus fort et concrétiser davantage leur potentiel énorme. Et si Jordan Eberle revient en parfaite santé quelque part au cours de la présente saison, il ajoutera non seulement une couche supplémentaire de mordant à l’attaque des Oilers, mais aussi un leadership dont s’accommodera très bien le nouvel entraîneur-chef, Todd McLellan.
C’est toujours en regardant vers la défense et vers le filet que le doute s’installe à Edmonton. Mais en voyant évoluer le jeune Darnell Nurse, récemment rappelé du club-école de Bakersfield, on peut dire qu’il y a de l’espoir. Nurse, 20 ans, possède toutes les qualités pour réussir à son poste, dont un physique imposant et un excellent coup de patin. Griffin Reinhart, 21 ans, est aussi un colosse qui deviendra rapidement une présence rassurante en zone défensive, selon la plupart des observateurs. Oskar Klefbom, 22 ans, a aussi un physique imposant et possède un sens inné pour l’attaque. Voilà donc un fort potentiel à la ligne bleue, trois défenseurs aux qualités complémentaires. Si vous ajoutez le talent offensif de Justin Schultz, présentement blessé et l’expérience de Mark Fayne, sous contrat pour trois ans, le portrait est fort intéressant. Reste à voir si Cam Talbot peut faire un travail à tout le moins respectable devant le filet surtout quand les jeunes défenseurs auront gagné en maturité. Sinon, il faudra transiger pour espérer se rendre en séries et aller le plus loin possible.
Il a tout lieu de croire que le retour des Oilers d’Edmonton en séries éliminatoires pourrait très bien se faire dès la saison prochaine, en coïncidence avec leur entrée dans leur nouvel amphithéâtre.
Flames et Jets sont mûrs si…
Le mauvais début de saison des Flames de Calgary ne change rien à l’évaluation objective que l’on peut faire de cette équipe, qui a surpris la plupart des observateurs la saison dernière. Elle possède tout simplement l’un des meilleurs groupes de défenseurs de la LNH et compte, elle aussi, sur quelques brillants jeunes attaquants en Johnny Gaudreau (22 ans), Sean Monahan (21 ans) et Sam Bennett (19 ans). Le très gros problème se situe devant le filet. Même en santé, Jonas Hiller soulève des doutes, et visiblement, les Flames ont perdu confiance en Karri Ramo. Joni Ortio, affreux contre le Canadien, n’est certainement pas une solution à long terme valable pour Calgary. C’est donc à Brad Treliving que revient le défi de trouver la solution. Il devra peut-être sacrifier dès maintenant l’un de ses défenseurs et trouver un gardien adéquat sinon les Flames pourraient rater cette occasion de succès qui s’offre à eux dès maintenant. C’est l’équipe de l’Ouest la mieux placée pour aller en séries…si elle déniche un gardien!
Les Jets de Winnipeg ont eux aussi soulevé les passions de leurs partisans le printemps dernier en participant aux séries de fin de saison, ce que les amateurs de hockey de la ville n’avaient pas connu en 20 ans! La direction de l’équipe a pris quantité de bonnes décisions la saison dernière : remplacer Claude Noël par Paul Maurice au poste d’entraîneur-chef ainsi qu’envoyer à Buffalo le très embarrassant Evander Kane et obtenir en retour des joueurs importants comme Tyler Myers et Drew Stafford.

En ajoutant à ces changements positifs et au rendement constant de Bryan Little, Blake Wheeler et Andrew Ladd l’émergence de Mark Scheifele, Adam Lowry et Jacob Trouba, on peut dire que les Jets ont des atouts solides pour connaître leur part de succès. Eux aussi comptent sur deux très jeunes joueurs au fort potentiel, Nikolaj Ehlers et Nic Petan. Le danger pour les Jets? Vouloir pousser trop loin l’image de durs qu’ils souhaitent projeter. C’est bien beau le marketing, mais cela a coulé l’équipe dimanche dernier à Montréal!
Préparer « l’après-Sedin » à Vancouver
La situation des Canucks, quant à elle, est un peu différente. Cette équipe manque tout simplement de joueurs talentueux dans la mi-vingtaine, un facteur qui explique largement les succès du Canadien ces temps-ci. Les jumeaux Sedin ont 35 ans, tout comme le gardien numéro un, Ryan Miller. Alexandre Burrows a 34 ans et Dan Hamhuis en a 32.

À l’autre bout du spectre, nous avons vu à l’œuvre deux excellents jeunes joueurs d’âge junior que les Canucks ont choisi de garder avec eux, Jared McCann et Jake Virtanen. Le premier a déjà 5 buts et le deuxième a amassé trois points en plus de frapper tout ce qui bouge sur la patinoire. Mais à 19 ans tous les deux, il leur faudra encore du temps pour se développer et sans transactions éventuelles, les Canucks pourraient mettre au moins quatre ou cinq ans à rebâtir une équipe gagnante. Ils doivent passer par un processus obligatoire : vivre « l’après-Sedin »!

Les Sénateurs pas très loin, les Leafs à des lunes
À Ottawa, le processus de refonte s’est amorcé il y a quelques années déjà et il est permis de conclure qu’il repose sur des bases solides. Les Sénateurs devaient d’abord eux aussi passer à travers une phase obligatoire, soit celle de « l’après-Alfredsson ». Cette phase s’est rapidement transformée en mouvement plus imposant et fut marquée par le départ de Jason Spezza. Progressivement, les jeunes ont pris la relève avec en tête de lice, un défenseur au talent exceptionnel du nom de Erik Karlsson.

Petit à petit, les autres choix de repêchage de l’équipe ont aussi pris leur place et sont aujourd’hui en pleine éclosion. Mark Stone est devenu l’un des meilleurs pointeurs du circuit et il entraîne dans sa foulée un autre choix des Sénateurs, Mike Hoffman. À 22 ans, Mika Zibanejad devient de plus en plus solide au poste de centre tandis qu’à 21 ans à peine, Cody Ceci démontre des qualités exceptionnelles comme défenseur. La dernière pièce à ajouter à ce virage jeunesse, à Ottawa, est au poste de gardien de but. À 34 ans, Craig Anderson n’est pas la solution à long terme, pas plus que le « Hamburglar », Andrew Hammond. Si Matthew O’Connor se développe au rythme prévu, c’est sur lui que reposeront les plus grands espoirs. Jusqu’ici il connaît une saison très difficile à Binghampton mais a montré un très beau potentiel au camp d’entraînement. Les Sénateurs atteindront la maturité d’ici trois ans selon moi, maturité qui pourrait les mener très loin.
C’est à Toronto que la situation est la plus désastreuse, bien sûr. Il fallait d’abord apporter des changements majeurs à la direction de l’équipe, ce qui fut fait au cours de la dernière année. L’équipe est maintenant entre bonnes mains, dans les bureaux et derrière le banc. Reste maintenant le plus difficile : rebâtir correctement et implorer la patience des amateurs et freiner ce mouvement de dérision malsain qui existe chez les partisans et dans les médias.
En Kasperi Kapanen, William Nylander et Mitchell Marner, les Leafs ont trois excellents espoirs en attaque, des jeunes que nous avons vus à l’œuvre lors des matchs préparatoires. Mais à part Nazem Kadri et peut-être James van Riemsdyk, les Leafs représentent une équipe peu convaincante en attaque. Et en défense, il serait peut-être temps de réaliser que Dion Phaneuf est surévalué et qu’il n’est pas celui autour duquel il faut bâtir l’unité du futur.
Nous disions « patience » dans le titre de cette chronique? Il en faudra une grande dose surtout à Toronto!

Les Oilers gagnent, mais perdent Connor McDavid pour longtemps

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Lourde chute pour McDavid


EDMONTON - L'attaquant étoile des Oilers d'Edmonton Connor McDavid a quitté la rencontre de lundi contre les Flyers de Philadelphie en raison d'une fracture de la clavicule qui gardera l'attaquant à l'écart du jeu pour une longue période.
Dans le cas d'une fracture de la clavicule, la durée de l'absence est habituellement de six semaines au minimum.
Une chirurgie pourrait être nécessaire mais aucune information en ce cas n'a été confirmée pour l'instant.
Le match s'est conclu 4-2 en faveur des Oilers.
Tandis que les Flyers menaient 2-1 avec 1:44 à jouer en période médiane, McDavid a bénéficié d'une échappée partielle en infériorité numérique. En voulant couper vers le filet, il a cependant chuté sans pouvoir se protéger et a été poussé contre la rampe par les défenseurs des Flyers Michael Del Zotto et Brandon Manning, qui avaient perdu leur équilibre sur la séquence.
McDavid a quitté la patinoire en se tenant l'épaule gauche. Il a été vu portant une attelle dans le corridor menant au vestiaire, et il n'est pas revenu au jeu en troisième période.
Après la rencontre, l'entraîneur-chef des Oilers, Todd McLellan a déclaré que McDavid était blessé au haut du corps et qu'il s'agissait d'une absence à long terme. Le directeur général de l'équipe, Peter Chiarelli, donnera une mise à jour sur la condition du jeune joueur mercredi matin.
McDavid, le premier choix du repêchage de la LNH en 2015, a amassé 12 points à ses 12 premiers matchs dans le circuit Bettman . Il fut aussi nommé la recrue du mois d'octobre.
Ryan Nugent-Hopkins (deux fois), Taylor Hall et Matt Hendricks ont marqué les buts des Oilers, lundi.
Scott Laughton et Ryan White ont offert la réplique des Flyers, qui ont perdu leurs cinq derniers matchs.

La réalité du 3 contre 3 a frappé le Canadien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

« Le 3 contre 3 ne pardonne pas »


Éric Leblanc
Ce n’est pas que les hommes de Michel Therrien n’étaient pas au courant, mais ils l’ont concrètement réalisé. D’ailleurs, même si la première expérience à trois contre trois du Tricolore a été brève, elle aura été éducative.
« Ce fut assez long pour apprendre! », n’a pas eu le choix d’admettre Therrien qui semblait nettement moins frustré que ses joueurs étant donné la prestation générale de son club.
Coupable du but gagnant, Max Pacioretty fulminait encore quelques minutes après la rencontre et il a écourté la plupart de ses réponses pour ne pas trop s’emporter.
Le capitaine a refusé d’attribuer la défaite au manque d’expérience de sa troupe dans de telles circonstances.
« Non, on devrait savoir à quoi s’attendre », a-t-il jugé.
Tout de même, le contrôle de la rondelle devient primordial et critique avec autant d’espace sur la patinoire. Coincé derrière le filet, Pacioretty a tenté une passe trop audacieuse vers Jeff Petry à la ligne bleue et les Sénateurs n’en demandaient pas tant pour se présenter à trois contre un vers la cage de Mike Condon qui n’a pu stopper le tir de Kyle Turris.
« C’était notre première occasion, on parle souvent de possession de la rondelle et on a été en mesure de le constater. On a perdu la rondelle et ça ne pardonne pas », a reconnu Therrien.
« On sait qu’il y aura beaucoup de chances de marquer à trois contre trois. Malheureusement, ils ont compté dès leur première occasion », a déclaré Tomas Plekanec qui a failli accomplir un repli défensif salvateur sur la séquence finale.
Même s’il a été battu par ce lancer, Condon était probablement le joueur le moins étonné de cette poussée offensive sur la patinoire.
« J’ai pu observer cette phase de jeu plusieurs fois l’an passé dans la Ligue américaine donc ce n’était pas une surprise pour moi. Mais c’est vrai que c’est encore plus rapide », a précisé Condon.
« On l’a pratiqué quelques fois, mais on doit leur donner du crédit pour le jeu réussi », a-t-il soumis.
Étrangement, malgré tout leur bagage dans le monde du hockey et leurs connaissances poussées de ce sport, les équipes de la LNH se retrouvent un peu à court de solutions pour cette réalité visant à réduire les conclusions en tirs de barrage.
« C’est important de comprendre qu’il n’y a pas de grosse stratégie à trois contre trois. Dans le fond, il faut avant tout contrôler la rondelle, c’est la clé. Il n’y a pas tant de structure dans ces circonstances », a avoué Therrien.
« Personne ne sait vraiment ce qui est la meilleure chose à faire. Tu veux contrôler la rondelle, mais dès qu’il y a un revirement, ça provoque une chance et ils ont pu en profiter », a admis Plekanec.
La contribution remarquée de Weise et Byron
À travers la production de 37 lancers sur le filet de Craig Anderson, plusieurs joueurs de premier plan ont frappé à la porte plus d’une fois. Brendan Gallagher et Plekanec ont dominé le groupe avec des récoltes respectives de six et cinq lancers.
Affichant quelques rougeurs au visage prouvant son éternel acharnement près du filet adverse, Gallagher croyait que le but refusé à Plekanec était bon. Même s’il a provoqué la décision des arbitres en touchant à Anderson et qu’il a subi les foudres des joueurs des Sénateurs, le petit numéro 11 ne veut pas modifier sa recette particulière.
« C’est la seule manière que je peux jouer, je dois me méfier un peu sur certaines de mes actions, mais c’est ainsi que je peux avoir du succès », a confié le combatif ailier.
Tout comme Gallagher, Dale Weise n’a pas ménagé ses efforts et il a encore été récompensé avec son septième but de la saison alors qu’il avait été envoyé sur la patinoire en avantage numérique.
« Je suis très confiant en mes moyens, je n’avais pas eu ces chances auparavant. J’obtiens beaucoup de minutes et du temps en supériorité numérique. Maintenant, je peux jouer avec d’excellents joueurs et je me dois de contribuer dans ces circonstances », a exprimé Weise qui veut battre sa marque personnelle de 10 buts en 79 matchs la saison dernière.
Paul Byron n’a peut-être pas trouvé le moyen de marquer un troisième but avec le CH, mais il a encore gagné des points si l’on se fie aux propos de Therrien.
« On aime son jeu, il est intense et il finit ses mises en échec parce qu’il est toujours impliqué dans les jeux; il a la vitesse nécessaire. Il fait plusieurs bonnes choses pour nous : il joue de manière très responsable à cinq contre cinq, il travaille bien en infériorité numérique et les joueurs apprécient sa présence », a conclu Therrien dans un message qui aurait pu s’adresser à Alexander Semin.