vendredi 20 novembre 2015

Les Coyotes ont le dessus sur le Canadien

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 19 novembre 2015 à 22h20 | Mis à jour le 20 novembre 2015 à 08h43
Greg Pateryn se fait accrocher par Max Domi.PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Carey Price effectuera un retour au jeu, vendredi soir à Brooklyn contre les Islanders de New York. Peut-être saura-t-il contrer ces déficits de trois buts dans lesquels le Canadien s'est retrouvé lors des trois derniers matchs...
Encore jeudi, les hommes de Michel Therrien se sont creusés un trou dont ils ont eu peine à sortir. Les coriaces Coyotes de l'Arizona ne leur ont pas ouvert la porte comme l'avaient fait les Canucks de Vancouver lundi soir, et les visiteurs l'ont finalement emporté 3-2.
Dale Weise a redonné espoir aux siens en marquant avec seulement 50 secondes à faire dans le match, mais ça n'a pas été suffisant pour colmater la brèche. 
En matinée, il était question dans le vestiaire du CH des débuts de match qu'il fallait corriger. Ce n'est pas jeudi que ça s'est réglé, car il a accordé un premier but à Martin Hanzal dès la sixième minute de jeu. Mike Condon a cédé de nouveau quatre minutes plus tard lorsqu'il a donné un vilain retour de la mitaine. Le capitaine Shane Doan a rabattu le disque pour inscrire son cinquième but de la saison, ce qui l'approche à six buts de Dale Hawerchuk, le meilleur buteur dans l'histoire de la concession Jets/Coyotes.
Mine de rien, le Canadien a maintenant accordé dix buts en première période au cours des cinq derniers matchs. Il n'y a pas si longtemps, c'était une force chez lui. Mais pour l'instant, ces débuts léthargiques le mettent dans l'embarras.
Oliver Ekman-Larsson a augmenté l'avance des Coyotes en deuxième période après que Lars Eller se soit fait prendre à fermer la main sur la rondelle. Ce n'est jamais ce qu'on peut appeler «une bonne punition»! Même si les Coyotes possèdent la pire unité d'avantage numérique en ce début de saison, ce n'était pas un cadeau à leur faire.
Ça n'a pas été la meilleure performance de Condon, mais ce serait un peu injuste de lancer la pierre à un jeune gardien qui, fraîchement débarqué dans la LNH, vient d'aligner neuf départs consécutifs pendant la blessure à Price. Voilà de grands patins à chausser et Condon a fait un boulot plus qu'honorable dans les circonstances.
Mais on s'entendra tous pour dire que le retour de Price est plus que bienvenu.
Smith a été supérieur
Pour poursuivre dans la thématique du filet, force est d'admettre que Mike Smith a été supérieur, jeudi.
Il n'a peut-être pas un dossier gagnant en carrière face au Canadien (3-3-3), mais il affichait de bonnes statistiques  contre lui avant cette rencontre. (2,06 et ,932). S'il a obtenu l'aide de ses poteaux devant Tomas Fleischmann, il s'est quand même dressé quand la situation le commandait.
Le Canadien a dominé ses adversaires au chapitre des lancers dans un huitième match de suite mais, outre le tir d'Andrei Markov qu'a dévié Weise en fin de match, un seul est parvenu à déjouer Smith.
Max Pacioretty, qui avait obtenu une belle chance de marquer en tout début de deuxième période lors d'un avantage numérique, a mis le CH au tableau en surprenant le gardien des Coyotes du revers. Son compagnon de trio Brendan Gallagher et lui surfent désormais tous deux sur une séquence de six matchs avec au moins un point.
Il y a eu cette avance que se sont forgée les Coyotes en première moitié de rencontre, mais le brio de leur infériorité numérique a également eu son mot à dire dans leur victoire. Le Tricolore a été réduit au silence en cinq supériorités numériques, ne devant se contenter que de quatre tirs au but.
L'attaque à cinq connaît son premier passage à vide de la saison, ayant été tenu en échec dans les trois derniers matchs (0 en 13).
À noter que Torrey Mitchell, qui agissait comme ailier droit aux côtés d'Alex Galchenyuk, a quitté la rencontre en milieu de troisième période, blessé au bas du corps. Il aurait quitté après avoir chuté devant le filet adverse. Ce qui est d'ores et déjà acquis, c'est qu'il n'accompagnera pas l'équipe à New York pour y affronter les Islanders. L'équipe se contentera-t-elle d'utiliser Alexander Semin ou fera-t-elle appel à un attaquant des IceCaps de St.John's?
Il s'agit d'une série aller-retour contre ces Islanders puisqu'ils seront au Centre Bell dès dimanche soir.
______________________________________

Ils ont dit

> Michel Therrien, sur Alex Galchenyuk: «Il a fait de bons jeux, surtout en début de match. Il a provoqué des chances de marquer. Il faut continuer en ce sens-là.»
> Dale Weise: «Les Coyotes se défendent bien. Ils manipulent bien leurs bâtons et la grandeur moyenne de leurs défenseurs est 6 pi 9 po. Ils sont énormes! On a essayé de gagner l'intérieur de l'enclave et de récupérer des retours, mais on s'est buté à un bon gardien et de bons joueurs.»
> Mike Smith: «Notre infériorité numérique a été fantastique. Elle est bonne depuis le début de la saison, mais ce soir on affrontait l'une des meilleures attaques massives du circuit. Les gars étaient engagés à bloquer des lancers et à éliminer les lignes de tir. Ils m'ont facilité la vie.»
- Propos recueillis par Guillaume Lefrançois et Marc-Antoine Godin

La fidélité de Shane Doan

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 20 novembre 2015 à 08h29 | Mis à jour à 08h29
Shane Doan (au centre) est félicité par ses... (Photo Bernard Brault, La Presse)
PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Shane Doan (au centre) est félicité par ses coéquipiers Antoine Vermette et Tobias Rieder après avoir inscrit un but en première période hier contre le Canadien.

Rares sont les joueurs actifs qui ont disputé 1000 matchs dans la Ligue nationale et qui ont toujours joué pour la même organisation.
Ils ne sont que six au total. Et tout en haut de la liste se trouve Shane Doan, qui en est à sa 20e saison dans la Ligue nationale, toujours chez les Coyotes de Phoenix ou les Jets de Winnipeg, première mouture.
L'Albertain de 39 ans fait partie d'une espèce en voie de disparition.
«J'ai grandi en voyant bon nombre de joueurs passer toute leur carrière avec la même équipe, explique Doan. Pour ceux-là, la ville devenait leur nouveau foyer. Ils tissaient des liens avec les employés et les anciens joueurs devenaient comme une famille. Ce sentiment-là a joué d'une certaine façon.»
À la lumière des problèmes récurrents qu'ont connus les Coyotes au fil des ans, on peut s'étonner que Doan ait choisi de demeurer fidèle à cette concession. Si l'on inclut sa première saison passée chez les Jets de Winnipeg, le vétéran ailier droit a joué pour six propriétaires!
Si lui a toujours été loyal envers l'organisation, il comprend que ce sont des gens différents qui lui ont retourné l'ascenseur.
«Cette loyauté-là va dans les deux sens, fait-il remarquer. Les Coyotes aussi ont été loyaux. Je suis très chanceux qu'on m'ait donné la chance de passer toute ma carrière au sein de la même organisation.
«À mes débuts, ils auraient très bien pu se défaire de moi. Je leur suis reconnaissant de ne pas l'avoir fait.»
On a tendance à l'oublier parce qu'il est devenu un nom bien connu au fil des ans, mais ce n'est qu'à sa cinquième saison dans la LNH que Doan a vraiment pris son envol.
Lors de ses 249 premiers matchs, il s'était contenté de 22 buts et 62 points. Voilà pourquoi, des années plus tard, Doan est reconnaissant de la patience dont les Coyotes ont fait preuve à son endroit.
Un club sélect
À peine trois joueurs dans l'histoire de la LNH ont passé toute leur carrière avec la même équipe et joué davantage de matchs que Doan.
Peu de joueurs sont en position de le déclasser à ce chapitre. Des rumeurs d'échange persistantes entourent Patrick Marleau, des Sharks de San Jose, tandis que Patrik Elias, des Devils du New Jersey et Chris Phillips, des Sénateurs d'Ottawa, ne joueront pas assez de matchs pour espérer rejoindre Doan.
En fait, il n'y a que les jumeaux Henrik (1112) et Daniel Sedin (1081) qui ont une chance au cours des prochaines années. Mais ils accusent un retard de plus de 300 matchs sur Doan et sont tout de même âgés de 35 ans.
«Le temps gagne toujours»
Doan, qui a terminé premier marqueur des Coyotes à sept reprises au cours de sa carrière et qui devrait dépasser prochainement Dale Hawerchuk en tant que meilleur buteur dans l'histoire de la concession, sait bien que la fin approche.
Avant le match d'hier, il avait récolté huit points en 18 matchs et affichait le pire différentiel de son équipe (-8). L'usure se fait sentir.
«Le temps gagne toujours, rappelle-t-il. Que ce soit les mains ou le coup de patin, il y a des situations qui se présentent où l'on se dit: "Je devrais être capable de faire ça." Je ne suis plus capable de faire ce que je veux soir après soir. Il y a des matchs où tout fonctionne, et d'autres où j'en arrache davantage. Je dois veiller à ce que ces soirs-là ne deviennent pas trop nombreux.
«Je me sens bien, physiquement, et je sens que je pourrais jouer encore un bout de temps. Mais je ne sais pas si je vais pouvoir appuyer mon équipe autant que je le veux. Tous les joueurs finissent par avoir de la misère avec ça. On ne veut pas être dans les jambes et empêcher l'équipe de grandir. On veut continuer de l'aider...»

Jouer pour une seule équipe

JoueurÉquipeMatchs
1. Nicklas LidstromDetroit1564
2. Alex DelvecchioDetroit1549
3. Steve YzermanDetroit1514
4. Shane Doan *Winnipeg/Arizona1412
5. Stan MikitaChicago1394
6. Joe SakicQuébec/Colorado1378
7. Patrick Marleau *San Jose1347
8. Ken DaneykoNew Jersey1283
9. Henri RichardMontréal1256
10. Patrik Elias *New Jersey1224
13. Chris Phillips *Ottawa1179
17. Henrik Sedin *Vancouver1112
18. Daniel Sedin *Vancouver1081
* Joueurs actifs; Matchs d'hier non compris

Pas de remontée cette fois pour le Canadien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Coyotes 3 - Canadiens 2


Nicolas Landry
MONTRÉAL – Combler un retard de trois buts, c’est bien. Mais le faire deux fois? Et dans la même semaine de surcroît? Faudrait quand même pas charrier.
Le Canadien a encore creusé sa propre tombe, jeudi soir, au Centre Bell. S’il avait été capable de s’en extirper en début de semaine contre les Canucks de Vancouver, les Coyotes de l’Arizona n’ont pas été si cléments.
Victime d’un autre début de match erratique, le Tricolore a subi une troisième défaite en quatre matchs en s’inclinant par la marque de 3-2 devant les jeunes loups de Dave Tippett.
À son neuvième départ consécutif, Mike Condon n’a fait face qu’à 20 lancers, mais il a donné au moins trois buts dans un troisième match de suite. Son vis-à-vis Mike Smith a réalisé 31 arrêts.
Condon aura maintenant la chance de prendre un peu de repos puisque Michel Therrien a confirmé après la rencontre que Carey Price était prêt à effectuer un retour au jeu. Blessé au bas du corps depuis le 29 octobre, Price sera d’office vendredi soir alors que le Canadien disputera le premier match d’une série aller-retour contre les Islanders de New York.
Dustin Tokarski a quant à lui été cédé aux IceCaps de St. John’s, dans la Ligue américaine.
« Il faut regarder le portrait d’ensemble, a affirmé Therrien quand on lui a demandé d’évaluer le jeu de Condon, qui a maintenu une fiche de 5-2-2 en remplacement de Price. Ce n’était pas une situation facile pour lui, mais il nous a donné du bon hockey. On a été capable de ramasser beaucoup de points pendant cette période-là. C’est comme ça que je le vois. »
Martin Hanzal et Shane Doan ont placé les locaux en position de recul dans les dix premières minutes de la rencontre. Oliver Ekman-Larsson a creusé l’écart en tout début de deuxième période et cette fois, la pente s’est avérée trop abrupte pour le Canadien.
Max Pacioretty a inscrit son dixième but de la campagne en fin de deuxièmeet Dale Weise a fait dévier un tir d'Andrei Markov derrière Smith dans la dernière minute du match. Trop peu, trop tard.
Paul Byron était de retour dans la formation à la place d’Alexander Semin. Torrey Mitchell, qui a servi d’ailier à Alex Galchenuyk sur le trio complété par Lars Eller, n’a toutefois effectué que trois présences en troisième période.
Therrien n’avait pas d’explication à donner après le match, mais le département des communications de l’équipe a plus tard fait savoir, par l’entremise des réseaux sociaux, que Mitchell souffrait d’une blessure au bas du corps et qu’il ne ferait pas le voyage à Brooklyn.
Trois buts sur six lancers
Dans chacun de ses quatre matchs précédents, le Canadien avait concédé un but dans les quatre premières minutes de jeu. La tendance, sans être dramatique, était claire et méritait qu’on s’y attarde. Le problème serait-il finalement réglé avec la visite des Coyotes?
Pas du tout. Les chiens du désert n’ont pas été aussi expéditifs que leurs prédécesseurs, mais ils ont eux aussi réussi à prendre l’ascendant sur le CH en début de rencontre. Dès la sixième minute, Anthony Duclair a débordé Andrei Markov et a tenté de surprendre Condon en contournant son filet. La manœuvre n’a que partiellement échoué, puisque la rondelle a figé dans le demi-cercle du gardien et y est restée jusqu’à ce que Hanzal ne vienne la pousser dans une cage ouverte.
Duclair, qui a grandi à Montréal, récoltait un troisième point en autant de matchs de la LNH au Centre Bell.
Quatre minutes plus tard, après un jeu de puissance improductif du Canadien, un cadeau de Condon a permis aux Coyotes d’en remettre. Le tir de Tobias Rieder aurait dû mourir dans le gant du titulaire par défaut, mais s’est plutôt retrouvé dans l’air du temps, dans l’enclave. Doan, qui passait par là, a frappé la rondelle au vol pour doubler l’avance des siens.
Le Canadien, même s’il passait le plus clair de son temps en zone adverse, venait de concéder un neuvième but en première période à ses quatre derniers matchs.
L’avantage numérique des locaux a de nouveau fendu l’air au tout début de l’engagement médian. Le manque d’opportunisme s’est avéré coûteux parce que dès qu’ils se sont vu offrir une occasion semblable, les Coyotes l’ont saisie sans perdre un instant. Pendant une pénalité à Eller, Ekman-Larsson a intercepté une mauvaise passe de Jeff Petry et a secoué les cordages.
Alors que le défenseur suédois inscrivait son nom à la feuille de pointage dans un septième match d’affilée, Condon venait pour sa part d’être battu pour la troisième fois sur six lancers.
Le Canadien, malgré les apparences, ne jouait pourtant pas un vilain match. Les occasions se sont présentées pour lui permettre de s’accrocher, mais comme on dit dans le jargon, ça ne voulait pas rentrer.
Devante Smith-Pelly a eu l’occasion de briser la glace, mais a été incapable de lever le disque par-dessus la jambière d’un Mike Smith miraculeux. Tomas Fleishmann, l’un des artisans du retour gagnant contre les Canucks, a ensuite envoyé deux tirs sur le poteau à quelques minutes d’intervalle.
« Il y a des soirs comme ça. Je ne crois pas que c’était un manque d’effort », a dit Therrien.
L’espoir a finalement été ravivé par Pacioretty. Au terme d’une séquence un peu décousue, le capitaine est allé à la rencontre d’une rondelle bondissante, s’est imposé devant Duclair et a déjoué Smith d’un tir du revers. Brendan Gallagher a récolté un point dans un sixième match de suite sur la séquence. 
Weise en a remis à la toute fin avec son neuvième de la campagne, mais la remontée ne s’est jamais concrétisée. Le Canadien a obtenu deux chances de déployer son jeu de puissance en troisième période, mais celui-ci a été blanchi dans un troisième match de suite (0-en-12). 
« L’exécution n’était pas à point. Nos unités spéciales doivent être meilleures. On a perdu cette bataille-là ce soir », a déploré Therrien.

Ovechkin marque enfin son 484e but, mais les Stars battent les Capitals 3-2

http://www.rds.ca/hockey/lnh/l

Stars 3 - Capitals 2


WASHINGTON - Alexander Ovechkin a inscrit un 484e but dans la LNH, devançant Sergei Fedorov en tant que meilleur buteur natif de Russie dans l'histoire du circuit, mais les Stars de Dallas ont vaincu les Capitals de Washington 3-2, jeudi.
Ovechkin a marqué le but historique à 7:01 du troisième vingt, ce qui créait l'égalité 2-2. Il a profité d'une belle passe à l'aveuglette de Nicklas Backstrom pour tirer dans une cage béante.
La salle comble a scandé « Ovie! Ovie! » pour célébrer l'accomplissement de leur préféré. On a ensuite diffusé une vidéo en son honneur, incluant un message de Fedorov félicitant son compatriote.
« Je pense qu'il aurait préféré une victoire, mais c'est bien entendu un bel accomplissement, a dit Backstrom. Je suis très heureux pour lui. »
Ovechkin n'avait pas fait bouger les cordages lors de ses quatre matchs précédents, gaspillant plusieurs belles occasions avant de finalement battre le record.
« Je savais que ça allait se produire éventuellement », a-t-il dit.
Tout comme ses coéquipiers, mais cela n'a quand même pas diminué leur enthousiasme.
« J'ai dû sauter quatre pieds dans les airs, a dit l'entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz. Probablement plus quatre pouces! Je pense que tout le monde était content parce que c'est une page d'histoire. »
Ovechkin a marqué 484 buts en 777 matchs, tandis que Fedorov a eu besoin de 1248 rencontres pour inscrire 483 buts dans la LNH.
« C'est fou. Quand on y pense, il est le meilleur buteur parmi les Russes dans la LNH et il est seulement âgé de 30 ans, a rappelé le défenseur des Capitals Taylor Chorney. On sait tous qu'il va marquer encore une tonne de buts et il va établir un record qui va être difficile à battre. »
Cependant, Jason Spezza est venu gâcher la fête à peine quatre minutes après le but d'Ovechkin, profitant d'un revirement de Jason Chimera pour inscrire le but gagnant.
Les Stars ont gagné leurs huit dernières parties face aux Capitals, dont cinq de suite à Washington. Kari Lethonen a stoppé 33 rondelles devant le filet des Stars, qui dominent l'Association de l'Ouest avec 32 points.
Tyler Seguin et Cody Eakin ont aussi touché la cible pour les Stars.
Backstrom a inscrit l'autre but des Capitals, tandis que Philipp Grubauer a effectué 28 arrêts.