samedi 9 janvier 2016

«Tout le monde est souriant quand tu gagnes» - Huberdeau

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le vendredi 08 janvier 2016 à 21h43. Modifié à 22h07.
«Tout le monde est souriant quand tu gagnes» - Huberdeau
Jonathan Huberdeau/AP
(98,5 Sports) - Si le Canadien de Montréal a amorcé la saison 2015-2016 avec 9 victoires d'affilée, ce sont les Panthers de la Floride qui ont présentement une séquence de 11 gains consécutifs.

Et pour Jonathan Huberdeau, tout est au beau fixe.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le vendredi 08 janvier 2016 dans Bonsoir les sportifs avec
« Je ne suis pas surpris, a dit Huberdeau, joint à Edmonton où les Panthers affronteront les Oilers, dimanche. On n’a pas eu un bon début de saison, mais on savait qu’on avait une bonne équipe. »

De son propre aveu, Huberdeau admet avoir eu un « lent » début de saison.

« Depuis un mois et demi, je joue mieux. Je suis revenu à la base et je suis plus confiant. Notre ligne va bien, mais toutes les lignes vont bien… »

En effet.

Huberdeau et ses deux compagnons de trio, Jaromir Jagr et Aleksander Barkov, ont eu leur mot à dire dans les succès de l’équipe jusqu’ici.

En 41 matchs, Huberdeau a inscrit 5 buts et amassé 24 mentions d’aide. Jagr a marqué 14 buts et récolté 16 assistances en 38 rencontres, tandis que Barkov a ajouté 12 buts et 14 passes en 31 parties.

« Jagr et Barkov sont deux joueurs exceptionnels, note Huberdeau. Jagr a une éthique de travail incroyable, Il adore jouer au hockey et il est tellement fort physiquement. Mais on a tous des forces différentes. »

En dépit de leur formidable séquence, Huberdeau et ses coéquipiers ne regardent pas plus loin que le prochain match. Quoique les contrats à long terme accordés au directeur général Dale Tallon et à l’entraîneur Gerard Gallant ainsi que les succès de l’équipe ont transformé l’atmosphère.

« L’atmosphère est plaisante. Tout le monde est souriant quand tu gagnes 11 matchs de suite. Il y a plus de partisans des Panthers aux parties. Contre Columbus, il y avait 17 000 personnes. C’était le fun de voir ça. Si on commence à gagner, on va amener plus de partisans. Mais pour l’instant, on veut rester en santé et faire les séries. »