MONTRÉAL – Le Canadien avait quitté pour la pause du match des étoiles en subissant deux défaites en l’espace de 24 heures. La fatigue ne devait pas être la source du problème puisque le retour au travail, après six jours de repos, s’est effectué dans des conditions similaires.
Au lendemain d’un revers encaissé à Philadelphie, les hommes de Michel Therrien en ont subi un deuxième en autant de jours et un quatrième consécutif, mercredi, en s’inclinant par la marque de 4-2 devant les Sabres de Buffalo.
Pour la cinquième fois de la saison, le Tricolore a laissé filer une avance qu’il détenait après 40 minutes de jeu. Son coussin d’un but s’est dégonflé en troisième période quand Jamie McGinn et Johan Larsson ont marqué dans un intervalle d’un peu plus de quatre minutes.
Profitant d’une passe parfaite du jeune défenseur finlandais Rasmus Ristolainen, McGinn a créé l’égalité à 7:34, pendant une punition à Tom Gilbert. Larsson a inscrit le but vainqueur à 11:46, s’immisçant sans opposition entre Gilbert et Nathan Beaulieu pour faire dévier une passe de Jake McCabe derrière la ligne rouge.
Sans nommer de nom, Michel Therrien a ciblé des coupables facilement identifiables après la défaite. Sa sortie n’a pas eu l’ampleur de la célèbre montée de lait qu’il avait faite il y a dix ans, à sa première saison à la barre des Penguins de Pittsburgh, mais elle laissait néanmoins transpirer un certain degré d’exaspération.
« Encore une fois, on était en bonne position pour gagner, mais si tu es incapable de défendre autour de ton filet, tu n’as aucune chance. Aucune chance de gagner, a insisté Therrien. Sur le troisième but, on ne défend pas. Sur le premier but qu’on a donné, encore une mauvaise réaction de notre défenseur. Tu n’as pas de chance de gagner de ce temps-là! »
« En avance 2-1 pour commencer la troisième période, à la maison, c’est un match qu’il faut gagner », a sèchement énoncé Max Pacioretty dans le vestiaire des perdants.
« C’est encore la même chose, a poursuivi le capitaine. Ça devient difficile de me pointer ici et de parler, je ne sais plus quoi dire. Ça revient toujours au même. La déception est totale. »
Brian Gionta a complété la marque en envoyant un dégagement dans un filet désert avec une douzaine de secondes au cadran.
Le Canadien, qui visait une première victoire en temps réglementaire depuis le 6 janvier, a plutôt subi un neuvième revers à ses dix dernières sorties. Sa fiche (24-24-4) pourrait passer sous la barre de ,500 pour la première fois de la saison lorsqu’il accueillera les Oilers d’Edmonton et les Hurricanes de la Caroline pour la traditionnelle fin de semaine du Super Bowl.
Pour l’heure, Montréal possède une avance de six points sur Buffalo au 13e rang du classement de l’Association Est. Les Sabres ont disputé un match de moins.
Dale Weise et Alex Galchenyuk ont marqué les buts du CH, qui a perdu ses cinq derniers matchs au Centre Bell.
Envoyé devant le filet dans un deuxième match de suite, Mike Condon a effectué 28 arrêts. Son vis-à-vis Robin Lehner en a réussi 33.
Retour laborieux pour Emelin
Laissé de côté à Philadelphie, Alexei Emelin avait retrouvé sa place dans la formation au détriment de Mark Barberio. Le défenseur montréalais a été rayé de l’alignement pour la première fois depuis son rappel de la Ligue américaine en décembre.
Il aura fallu bien peu de temps pour qu’on remette en doute les bienfaits de cette substitution. Il y avait à peine cinq minutes d’écoulées à la rencontre quand une entrée de zone en apparence inoffensive des Sabres s’est transformée en surnombre après une décision douteuse d’Emelin, qui a suivi son partenaire Jeff Petry vers la rampe pour couvrir Zemgus Girgensons.
Le Letton a fait la bonne lecture et a aussitôt repéré Marcus Foligno laissé complètement seul devant le filet. Son tir précis entre les jambières de Condon plaçait encore une fois le Canadien dans le rôle du retardataire.
Tombé à plat dans un moment critique la veille, le jeu de puissance bleu-blanc-rouge s’est rapidement vu offrir l’occasion de se racheter, mais a de nouveau failli à la tâche. Pour un troisième match de suite, le CH est rentré pour l’entracte avec un déficit à combler.
Les unités spéciales ont rempli leur mission au retour de la pause. À 3:19, Pacioretty a pour une rare fois levé le nez sur une chance de décocher un tir, optant plutôt pour une passe à un coéquipier à l’embouchure du filet. La décision fut la bonne. Weise a inscrit son premier but depuis son retour au jeu, mettant fin à une disette de sept parties.
Mais Emelin a failli tout gâcher en commettant une autre bourde peu de temps après. Après une mise en jeu remportée par le Canadien en zone offensive, le Russe a fait dans la dentelle à la ligne bleue et a remis la rondelle directement sur la palette d’Evander Kane. Une échappée s’en suivit, mais Condon a sauvé les meubles en sortant le biscuit.
Trop souvent laissé à lui-même, Condon a finalement reçu un peu de reconnaissance concrète pour son travail. À la douzième minute du deuxième tiers, Galchenyuk a hérité d’une mise en jeu gagnée par Tomas Plekanec à la droite de Lehner, s’est avancé au filet en déculottant Ryan O’Reilly et a déjoué le gardien d’un tir du revers entre les jambières.
Galchenyuk inscrivait ainsi un point dans un troisième match d’affilée. Est-ce qu’on peut parler ici d’une mince consolation?
Après le but égalisateur de McGinn, Lehner a réalisé deux arrêts cruciaux, l’un sur une échappée de Pacioretty et l’autre sur un tir à bout portant de Plekanec. La douche froide a suivi peu de temps après.