mardi 16 février 2016

Coyotes: un banquier appelé d'urgence pour agir comme gardien

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour 98,5fm Sports le mardi 16 février 2016 à 07h35. Modifié à 08h19.
Coyotes: un banquier appelé d'urgence pour agir comme gardien
Nathan Schoenfeld, le gardien-banquier/AP
(98,5 Sports) - Quand Anders Lindback n'a pu participer à la prériode de réchauffement, les Coyotes de l'Arizona se retrouvaient sans gardien auxiliaire à Louis Domingue à quelques minutes su match d'hier soir face au Canadien.
L'équipe a logé un appel d'urgence à Nathan Schoenfeld, un employé d'une banque et gardien à temps partiel lors des matchs des anciens Coyotes.

Schoenfeld, le fils de l'ancien entraîneur de la LNH Jim Schoenfeld, est aussi le gendre du gérant de l'équipement des Coyotes Stan Wilson.

«J'ai reçu l'appel à 18h, suis arrivé à l'aréna à 18h30», a révélé en souriant le ''gardien d'urgence''. J'étais en train de donner le bain aux jumeaux quand l'appel est entré. Ma femme m'a dit: tu me laisses seule avec les enfants ? J'ai répondu que j'allais appeler sa mère en route vers l'aréna. Il n'y avait pas de circulation, je n’ai pas eu à enfreindre la loi pour arriver à temps.»

«Il aurait pu remporter sa première victoire dans la LNH ! » -Domingue

«Ce n'était pas plaisant de voir Andy (Anders Lindback) ne pouvoir participer au match, mais c'était ''cool'' de voir Nathan au banc, blaguait Louis Domingue, le seul ''vrai'' gardien des Coyotes, hier soir. De la façon dont nous avons joué, je crois qu'il aurait été OK devant le but. Je pense qu'il aurait pu remporter sa première victoire dans la LNH ! ».

Domingue n'a fait face qu'à 19 tirs du Canadien dans la victoire de 6-2 des Coyotes. Parions toutefois que Schoenfeld priait pour que Domingue ne se blesse pas durant la rencontre. Âgé de 31 ans, le gardien d'un jour concervera le souvenir d'un journée vraiment unique.

«Comme c'était congé férié, je n'ai pas eu à me rendre à la banque. Et mon fils est arrivé juste à temps pour me voir ''à l'oeuvre''. Je vais garder mon contrat et mon chandail», a conclu celui qui était encore sur un nuage d'avoir pu vivre son rêve de jouer dans la LNH.