SAN JOSE - Partis de Montréal sous la neige, Phillip Danault et ses nouveaux coéquipiers du Canadien se sont posés sous le soleil de la Californie en milieu d’après-midi dimanche.
À quelques heures du duel qui les opposera aux Sharks, lundi soir, à San Jose, on se demande si le Canadien changera de visage encore d’ici la partie alors que le couperet sur les transactions tombera à 15 h (heure de l’Est), midi ici en Californie. Marc Bergevin a effectué la longue envolée vers San Jose entouré de tous les membres de son équipe. Il sera avec sa garde rapprochée d’ici l’heure limite afin d’étudier tous les scénarios qui pourraient se présenter. Des scénarios qui mijotent depuis des heures, des jours, voire des semaines, mais aussi d’autres qui pourraient tomber du ciel sans crier gare.
L’an dernier, Marc Bergevin a acquis le défenseur Jeff Petry et les attaquants Torrey Mitchell et Brian Flynn à la date limite des transactions. Trois joueurs qui ont aidé le Canadien en fin de saison et en séries. Il y a deux ans, Bergevin avait réalisé un meilleur coup encore avec l’acquisition de Tomas Vanek.
Cette année, les circonstances sont différentes. Le Canadien n’est pas en quête de joueurs pour venir l’appuyer en séries, mais plutôt en quête des meilleures compensations possible en retour de ses propres joueurs qui pourraient intéresser les 29 autres clubs.
Danault : bonne première impression
Acquis des Blackhawks de Chicago en soirée vendredi, Phillip Danault a fait une très bonne première impression samedi dans la victoire de 4-1 du Tricolore aux dépens des Maple Leafs de Toronto. Au centre d’un troisième trio – une position qui pourrait bien être la sienne d’ici la fin de la saison et encore l’an prochain – Danault a donné raison à Marc Bergevin d’avoir tenu à obtenir ses services – en plus d’un choix de deuxième ronde en 2018 – en retour de Dale Weise et Thomas Fleischmann.
La performance de Danault et du reste du Canadien a apaisé un brin ou deux les critiques qui ont déferlé lorsque la nouvelle est tombée. Parce que Marc Bergevin s’est encore renfloué au sein de ses trios de soutien sans pour autant donner des munitions plus offensives à ses deux premiers trios, plusieurs partisans ont maugréé.
Une réaction normale quand on considère les ennuis profonds du Canadien. Mais une réaction anormale quand on regarde ce que Bergevin a pu obtenir en retour de deux joueurs de location qui sont également des plombiers.
En Phillip Danault, le Canadien obtient un ancien choix de première ronde. Un ancien premier choix qui est encore en développement. Non! Il ne menacera pas Tomas Plekanec au centre du premier trio. Il ne devrait pas menacer non plus le ou les prétendants au titre de centre du deuxième trio. Mais dans un rôle bien défini au centre d’un troisième trio, Marc Bergevin vient peut-être de trouver son homme... en attendant le développement de Michael McCarron. Joueur de centre format géant, McCarron a été rappelé du club-école après les départs de Weise et Fleischmann. Il était lui aussi en uniforme samedi face aux Leafs. Et c’était rafraîchissant de le voir évoluer au centre du quatrième trio – Torrey Mitchell a été muté à l’aile en compagnie de Devante Smith-Pelly – malgré son jeune âge et son manque d’expérience. Si McCarron est pour évoluer au centre avec le Canadien un jour, il est important qu’on lui donne le moyen de le faire en ce moment. Surtout qu’avec une participation aux séries qui est sérieusement menacée, c'est le moins qu'on puisse dire, le Canadien a justement toutes les raisons au monde de vouloir multiplier les expériences.
En passant, est-ce que je suis le seul à avoir apprécié le fait qu’Alex Galchenyuk et les membres de son trio – Lars Eller et Sven Andrighetto – ont été utilisés à profusion. Autant si non plus que les membres du « premier » trio.
Fleischmann et Weise bien compensés
Pour en revenir à Danault, il pourrait faire oublier rapidement Tomas Fleischmann. Et s’il maintient son développement, il représentera une très bonne compensation pour Weise. Ajoutez au Québécois qui vient de célébrer ses 23 ans le fait que le Canadien ajoutera un choix de 2e ronde en 2018 et on obtient une transaction qui devrait satisfaire les partisans.
En attendant le gros du travail bien sûr.
Mais à quelques heures du couperet sur les transactions, il semble peu probable que le ou les grands coups viennent d’ici midi. Malgré son âge et son contrat encore valide pour deux ans, Andrei Markov pourrait certainement aider les Capitals de Washington, les Kings de Los Angeles ou les Stars de Dallas qui aimeraient ajouter de l’expérience à leur ligne bleue à l’aube des séries.
Lars Eller? Tomas Plekanec?
On verra.
Mais s’il ne parvient pas à secouer ses deux premiers trios d’ici 15 h (heure de l’Est), Marc Bergevin devra le faire avant la saison prochaine.
Car l’acquisition de Danault et le fait que le poste de troisième centre soit taillé pour lui remettent en question les rôles de David Desharnais et de Lars Eller, voire de Plekanec lui-même. Car s’il semble acquis que le Canadien doit trouver un centre pour ancrer son premier trio et donner de l’appui à Max Pacioretty et Brendan Gallagher – lui aussi pourrait profiter d’une mutation à la droite du deuxième trio – il y aura soudainement congestion au poste de centre de deuxième trio avec Plekanec, Eller et Desharnais. Sans oublier que les derniers mois ont démontré que Desharnais et Eller sont bien plus en mesure de se faire justice au sein d’un troisième trio plutôt qu’au centre d’un deuxième.
Si je crois très peu probable que Marc Bergevin se penche sur les moyens à prendre pour solutionner ces problèmes d’ici midi lundi, il n’aura pas le choix de le faire au cours de l’été. Et comme l’été du Canadien pourrait être bien plus long que celui de l’an dernier, le directeur général du Tricolore pourra profiter de ce temps supplémentaire pour s’assurer de prendre les meilleures décisions possible. Même si elles s’annoncent difficiles.