samedi 30 avril 2016

«J'ai déjà eu des menaces de mort» - Chantal Machabée

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le vendredi 29 avril 2016 à 16h58. Modifié par Valérie Beaudoin à 19h01.
«J'ai déjà eu des menaces de mort» - Chantal Machabée
Chantal Machabée/RDS.ca
(98,5 Sports) - Si la violence faite aux femmes est malheureusement une réalité au quotidien, cette dernière existe tout autant dans l'univers des journalistes sportives.
« Ça fait partie de notre quotidien, a expliqué Chantal Machabée à l'émissionDutrizac, elle qui assure la couverture des activités du Canadien de Montréal pour le réseau de télévision RDS depuis des années.
« Ça fait partie de notre quotidien, note la journaliste et animatrice. Cela fait 32 ans que je fais ce métier et à l’époque, avant les médias sociaux, il y avait des gars qui prenaient la peine de m’écrire une lettre et de la poster. C’étaient des lettres d’insultes et de menaces.
« Avec Twitter et Facebook, c’est maintenant instantané. Quand le Canadien est dans une mauvaise séquence, c’est là que la frustration est plus grande. Je me suis fait escorter par des collègues quatre ou cinq fois à l’extérieur du Centre Bell ou de celui de Brossard lors de la dernière saison, parce qu’on m’avait menacé de « m’arranger le portrait ».
« J’aime beaucoup trop ce que je fais. Je suis une passionnée. Il n’y a personne qui va me faire craquer. Ça, c’est sûr. »
En revanche, la journaliste et animatrice s’inquiète plus des répercussions sur sa famille, elle qui a deux garçons dans la vingtaine qui ne veulent voir personne s’en prendre à leur mère.
« Ça affecte la famille. En général, ça ne me dérange pas, parce que je suis tellement habituée. Mais il y a des jours où je suis moins en forme, ou le moral n’est pas au beau fixe. »
Et il y a eu des cas extrêmes, où Chantal Machabée a dû faire appel aux forces de l’ordre.
« J’ai déjà eu des menaces de mort. Deux fois, j’ai dû impliquer la police dans ces dossiers-là. Un enquêteur m’a dit qu’il fallait que je prenne ça au sérieux. Je ne prenais pas ça au sérieux. Mais à un moment donné, il faut le faire, car tu deviens craintive.
« La dernière fois que j’ai été menacée, c’est il y a un mois, un peu avant l’élimination du Canadien. Le gars disait : « Moi, je suis au Centre Bell ce soir et je vais t’arranger le portrait. J’y vais avec un chum qui sort de prison et je vais t’organiser ça ».
La journaliste ne peut toutefois indiquer pourquoi on veut rabaisser et violenter les femmes à ce point.
« Probablement que je suis une cible plus facile. Je ne sais pas… Ils n’osent pas s’en prendre à un ancien joueur de la LNH de 6 pieds et 4 pouces. »
Chantal Machabée note que ses collègues masculins sont aussi victimes d’intimidation, mais pas du même genre.
« Ils reçoivent aussi des courriels où on les traite d’imbéciles. Mais pour les femmes c’est: « t’es grosse, t’es laide, tu ne devrais pas porter ça, tu es trop vieille (50 ans), tu ne devrais plus faire de télé, laisse ça aux jeunes, tu dois être une salope… » On s’en va dans le plus personnel et dans le plus violent. »
La vidéo virale faite par des journalistes féminines de Chicago où des hommes lisent à haute voix, devant elles, toutes les insultes proférées à leur endroit, est nécessaire pense la journaliste.
« Déjà, prendre conscience du problème, c’est déjà bien beau. Je trouve cette vidéo percutante, parce que tu vois autant la réaction des femmes que des gars, qui ont une compassion extraordinaire. C’est bon que ça circule. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire