lundi 23 mai 2016

Le Canadien, prisonnier de son histoire?

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5fm Sports le dimanche 22 mai 2016 à 22h16. Modifié à 22h22.
Le Canadien, prisonnier de son histoire?
FlashQuébec / Carey Price
(98,5 Sports) - Il y a quelques décennies, le mois de mai était synonyme de défilés célébrant les conquêtes de la Coupe Stanley par le Canadien de Montréal.
En entrevue à «Que le Québec se lève» dimanche matin, Philippe Cantin s’est remémoré les plus récentes conquêtes de la Coupe Stanley par le Canadien, soit en 1976, 1977, 1978, 1979, 1986 et 1993.
Le chroniqueur sportif s’est par la suite posé quelques questions, notamment, «est-ce que le Canadien a la bonne approche pour remporter une autre Coupe Stanley en misant sur Carey Price?»
Selon ce qu’il voit en séries actuellement, la réponse est non.
«Les gardiens de but vedettes, les grandes stars, n’ont pas un impact déterminant. Ce ne sont pas ces joueurs-là qui font gagner leur équipe. On y va beaucoup plus avec l’attaque», a-t-il expliqué à Guy Simard.
Prisonnier de son histoire?
Les Coupes Stanley de 1986 et 1993 ont largement été gagnées en raison du brio du gardien Patrick Roy.
«Il a eu un tel impact dans ces triomphes, et ça s’ajoute à l’impact de Ken Dryden dans les années 1970, qu’on en a développé, dans l’ADN du Canadien, une place pour les gardiens de but qui est tellement grande. Encore aujourd’hui, on voit ça avec Carey Price. Le Canadien bâtit tout autour de Price. C’est vraiment la carte maîtresse et il y a sans doute des raisons historiques pour ça. Et c’est à se demander si le Canadien n’est pas prisonnier de son histoire.»
Avec un tel niveau d’importance placé sur son gardien, pas surprenant que lorsque Carey Price se blesse, comme la saison dernière, l’équipe s’écroule.
«Il y a quelque chose d’anormal, ça ne devrait pas être comme ça. Imaginez la pression qu’il a sur ses épaules? Je pense que le Canadien devrait diversifier cette pression au sein de l’équipe parce que je pense qu’on en demande trop à nos gardiens», estime Cantin.
Pour entendre les suggestions de Philippe Cantin, écoutez l’intégral de cette entrevue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire