mercredi 13 juillet 2016

Nordiques: Québecor ne s'est pas protégé contre le taux de change

http://affaires.lapresse.ca/economie/medias-et-telecoms/

Publié le 13 juillet 2016 à 07h22 | Mis à jour à 07h22
La Ligue nationale de hockey avait fixé à... (Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil)
PHOTO ERICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL
La Ligue nationale de hockey avait fixé à 500 millions le prix d'acquisition d'une équipe lors du dernier processus d'expansion, au mois de juin. Seule la ville de Las Vegas a été retenue.

Dans le cadre de son projet de ramener une équipe de la LNH à Québec, Québecor ne s'est pas protégée contre les fluctuations du huard. La valeur et les fluctuations du dollar canadien sont parmi les raisons citées par la LNH le mois dernier pour son refus d'accorder une équipe d'expansion à Québec.
Le centre Vidéotron à Québec.... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 1.0
Le centre Vidéotron à Québec.
PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE
Québecor a toutefois pris « la bonne décision » en ne se protégeant pas contre les variations du taux de change sur le prix de 500 millions US pour l'acquisition d'une équipe de la LNH, selon deux experts consultés par La Presse.
« La décision de ne pas couvrir le risque de dépréciation du dollar canadien devant une transaction très incertaine et lointaine pour l'achat d'une équipe de hockey était la bonne décision de gestion de risques pour Québecor. [...] On ne se « hedge » pas contre une transaction potentielle dans deux ans. Il faut que ça serve à couvrir quelque chose », indique Richard Guay, professeur en finance à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.
« Si le dollar américain baisse et que vous n'avez pas l'équipe, vous êtes dans le trouble. Vous allez être obligés de montrer une perte aux états financiers. » - Michel Magnan, professeur en comptabilité à l'Université Concordia
À la demande de La Presse, les professeurs Richard Guay, Michel Magnan et Stéphane Rousseau (professeur de droit des marchés financiers à l'Université de Montréal) ont étudié les états financiers de Québecor au 31 décembre 2015. Ils en sont arrivés à la même conclusion : Québecor n'a pas utilisé d'instruments financiers dérivés afin de couvrir les risques de fluctuations du taux de change pour l'acquisition d'une équipe de la LNH. 
Dans le cours normal de ses activités, Québecor se protège contre les fluctuations du huard pour plusieurs centaines de millions de dollars américains parce que l'entreprise se finance en partie aux États-Unis (environ 60 % de sa dette à long terme est en dollars américains, soit 2,6 milliards US). Elle souhaite ainsi se protéger contre la fluctuation du huard sur ses paiements de capital et d'intérêts. Québecor se protège aussi sur les devises sur ses achats de matières premières aux États-Unis. Au 31 décembre 2015, la valeur comptable des instruments financiers dérivés de Québecor liés au taux de change était de 954,5 millions. 
Les professeurs Richard Guay et Michel Magnan font valoir que toute couverture contre les fluctuations du huard rattachée à une transaction hypothétique - comme la possibilité d'acheter une équipe de la LNH pour 500 millions US en participant au processus d'expansion de la LNH l'été dernier - aurait vraisemblablement été qualifiée de couverture spéculative. Dans son rapport de gestion pour l'année 2015, Québecor précise qu'aucun de ses instruments financiers dérivés ne sont « détenus ou émis à des fins spéculatives ». Québecor répète cette même affirmation dans son dernier rapport trimestriel (au 31 mars 2016).
AUCUNE OBLIGATION FINANCIÈRE
Au contraire de son financement bancaire qui lui impose des obligations déterminées en dollars américains, Québecor n'a aucune obligation financière rattachée au projet de ramener une équipe de la LNH. De juillet 2015 à juin 2016, l'entreprise de télécoms a participé au processus d'expansion de la LNH, mais elle n'était pas assurée d'avoir une équipe (et elle n'en a pas eu).
Les lois sur les valeurs mobilières exigent que les entreprises inscrites en Bourse comme Québecor donnent les détails sur leur couverture de risques sur les devises en vertu du règlement 51-102. « Il y a une obligation de divulgation des instruments financiers et vous devriez expliquer pourquoi vous le faites », dit le professeur Stéphane Rousseau.
Québecor a indiqué n'avoir « aucun commentaire à formuler » quand on lui a demandé si l'entreprise s'était protégée des fluctuations du taux de change dans le dossier de l'acquisition d'une équipe de la LNH. Lors d'une entrevue le mois dernier, le président du conseil d'administration de Québecor, Brian Mulroney, indiquait que la question relevait des « affaires internes » de Québecor. 
La LNH a cité trois raisons pour lesquelles elle n'a pas accordé une équipe d'expansion à Québec : la valeur et les fluctuations du dollar canadien, l'équilibre géographique de la LNH et sa réticence à accorder deux équipes d'expansion en raison du nombre de joueurs qui seraient perdus par les équipes actuelles.

dimanche 10 juillet 2016

Bergevin se confie au sujet de la transaction Subban | Les 15 joueurs trop bons pour leur équipe | En rafale

http://www.danslescoulisses.com/fr


Image de l'auteur
Publié le 10 juillet 2016 à 07:50 par

Harrison Kingsley

Transaction Subban : Bergevin dit être passé à autre chose
Dans une entrevue où Marc Bergevin s’est ouvert à Dave Stubbs au sujet de la transaction P.K. Subban contre Shea Weber, sur le site officiel de la LNH (LNH.com) on a pu apprendre une multitude de détails entourant la négociation ayant mené à ce marché d’une ampleur qui dépasse les cadres du sport. Le patron du CH a dit qu’il n’avait même pas en tête d’échanger Subban, à moins d’une offre incroyable qui se serait présentée sur son bureau…
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Tout d’abord, Bergevin a détaillé comment la chose s’est passée, réitérant que le nom de Weber était apparu tout juste avant le repêchage et que le DG des Predators de Nashville et lui ont décidé de s’atteler à la sélection des joueurs amateurs pour reprendre les discussions le lundi suivant. C’est un détail qu’avait déjà révélé Bergevin au préalable.
Pour la suite des événements, Bergevin a confié avoir tenté, avec Poile, d’ajouter des éléments à la transaction afin de la rendre encore plus importante, mais en vain.
C’est sans consulter son propriétaire, Geoff Molson, que le patron hockey du CH a négocié les droits de son défenseur étoile, Molson lui offrant, selon les dires de son homme de confiance, l’entière discrétion au sujet des mouvements de personnel.
À savoir si Subban a été échangé pour faire plaisir à Michel Therrien, encore-là, Bergevin affirme que son pilote n’était même pas au courant des pourparlers à ce sujet. Ici, Bergevin y va d’une légère contradiction quand il affirme qu’il a parlé à tout son personnel hockey pour peser le pour et le contre d’une telle transaction, avant de prendre la décision finale, décision dont il accepte l’entière responsabilité.
C’est le 28 juin que le tout s’est intensifié, alors que Bergevin a passé la nuit à ressasser ses idées, et le lendemain matin, l’échange a été finalisé, mais comme les deux joueurs n’étaient pas encore avisés de leur nouvelle destination, on a attendu au 29 juin en après-midi pour en faire l’annonce officielle.
Après la transaction conclue, le DG a également confié avoir parlé avec le groupe de leaders de son équipe, soit Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher, afin de s’assurer que tous soient sur la même longueur d’onde et que la nouvelle soit bien reçus par les joueurs de l’équipe.
makov-plekanec-subban-pacioretty
Pour l’ancien défenseur de la LNH maintenant en charge de l’équipe la plus scrutée de toute la planète hockey, Shea Weber apporte un élément d’une importance capitale au Tricolore : une crédibilité et une présence. Weber lui a par ailleurs affirmé qu’il n’était pas un P.K. Subban, qu’il était tout simplement Shea Weber. Quand au comportement de P.K. Subban, décrié par certains anciens coéquipiers, Bergevin dit ne pas avoir tenu compte de ce fait dans sa décision.
En fin de l’entretien, Bergevin a expliqué avoir consulté Weber suite à l’acquisition d’Alexander Radulov et il a vanté la haine de la défaite de son autre récente acquisition, Andrew Shaw. Quand à l’embauche du gardien Alvaro Montoya, on peut s’imaginer que ce dernier aura bel et bien le poste d’auxiliaire à Carey Price, qu’il a dit remis à 100% de sa blessure. Bergevin a également abordé d’autres sujets dans une autre partie d’entrevue. (NHL.com).
Des joueurs trop bons pour leur équipe…
Carey Price sera à son poste, ce soir, même s'il semblait avoir quelques raideurs à la jambe droite hier Photo : Sébastien Gervais
Photo : Sébastien Gervais
Thesportster.com a publié un drôle d’article où on a élaboré une liste très arbitraire des joueurs « trop bons » pour leur équipe. La liste contient 15 noms et elle a de quoi faire sourire.
15- Erik Karlsson, des Sénateurs d’Ottawa.
14- Morgan Reilly, des Maple Leafs de Toronto.
13- Jeff Skinner, des Hurricanes de la Caroline.
12- Matt Duchene, de l’Avalanche du Colorado.
11- Seth Jones, des Blue Jackets de Columbus.
10- Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg.
9- Oliver Ekman-Larsson, des Coyotes de l’Arizona.
8- Ryan O’Reilly, des Sabres de Buffalo.
7- Ryan Miller, des Canucks de Vancouver.
6- Max Domi, des Coyotes de l’Arizona.
5- Carey Price, des Canadiens de Montréal.
4- Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary.
3- Taylor Hall, des Devils du New Jersey.
2- Jack Eichel, des Sabres de Buffalo.
1- Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton.
En rafale
– Certains n’en démordent pas et remettent la compétence de Marc Bergevin en doute.

Bergevin se confie au sujet de la transaction Subban | Les 15 joueurs trop bons pour leur équipe | En rafale

http://www.danslescoulisses.com/fr


Image de l'auteur
Publié le 10 juillet 2016 à 07:50 par

Harrison Kingsley

Transaction Subban : Bergevin dit être passé à autre chose
Dans une entrevue où Marc Bergevin s’est ouvert à Dave Stubbs au sujet de la transaction P.K. Subban contre Shea Weber, sur le site officiel de la LNH (LNH.com) on a pu apprendre une multitude de détails entourant la négociation ayant mené à ce marché d’une ampleur qui dépasse les cadres du sport. Le patron du CH a dit qu’il n’avait même pas en tête d’échanger Subban, à moins d’une offre incroyable qui se serait présentée sur son bureau…
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Tout d’abord, Bergevin a détaillé comment la chose s’est passée, réitérant que le nom de Weber était apparu tout juste avant le repêchage et que le DG des Predators de Nashville et lui ont décidé de s’atteler à la sélection des joueurs amateurs pour reprendre les discussions le lundi suivant. C’est un détail qu’avait déjà révélé Bergevin au préalable.
Pour la suite des événements, Bergevin a confié avoir tenté, avec Poile, d’ajouter des éléments à la transaction afin de la rendre encore plus importante, mais en vain.
C’est sans consulter son propriétaire, Geoff Molson, que le patron hockey du CH a négocié les droits de son défenseur étoile, Molson lui offrant, selon les dires de son homme de confiance, l’entière discrétion au sujet des mouvements de personnel.
À savoir si Subban a été échangé pour faire plaisir à Michel Therrien, encore-là, Bergevin affirme que son pilote n’était même pas au courant des pourparlers à ce sujet. Ici, Bergevin y va d’une légère contradiction quand il affirme qu’il a parlé à tout son personnel hockey pour peser le pour et le contre d’une telle transaction, avant de prendre la décision finale, décision dont il accepte l’entière responsabilité.
C’est le 28 juin que le tout s’est intensifié, alors que Bergevin a passé la nuit à ressasser ses idées, et le lendemain matin, l’échange a été finalisé, mais comme les deux joueurs n’étaient pas encore avisés de leur nouvelle destination, on a attendu au 29 juin en après-midi pour en faire l’annonce officielle.
Après la transaction conclue, le DG a également confié avoir parlé avec le groupe de leaders de son équipe, soit Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher, afin de s’assurer que tous soient sur la même longueur d’onde et que la nouvelle soit bien reçus par les joueurs de l’équipe.
makov-plekanec-subban-pacioretty
Pour l’ancien défenseur de la LNH maintenant en charge de l’équipe la plus scrutée de toute la planète hockey, Shea Weber apporte un élément d’une importance capitale au Tricolore : une crédibilité et une présence. Weber lui a par ailleurs affirmé qu’il n’était pas un P.K. Subban, qu’il était tout simplement Shea Weber. Quand au comportement de P.K. Subban, décrié par certains anciens coéquipiers, Bergevin dit ne pas avoir tenu compte de ce fait dans sa décision.
En fin de l’entretien, Bergevin a expliqué avoir consulté Weber suite à l’acquisition d’Alexander Radulov et il a vanté la haine de la défaite de son autre récente acquisition, Andrew Shaw. Quand à l’embauche du gardien Alvaro Montoya, on peut s’imaginer que ce dernier aura bel et bien le poste d’auxiliaire à Carey Price, qu’il a dit remis à 100% de sa blessure. Bergevin a également abordé d’autres sujets dans une autre partie d’entrevue. (NHL.com).
Des joueurs trop bons pour leur équipe…
Carey Price sera à son poste, ce soir, même s'il semblait avoir quelques raideurs à la jambe droite hier Photo : Sébastien Gervais
Photo : Sébastien Gervais
Thesportster.com a publié un drôle d’article où on a élaboré une liste très arbitraire des joueurs « trop bons » pour leur équipe. La liste contient 15 noms et elle a de quoi faire sourire.
15- Erik Karlsson, des Sénateurs d’Ottawa.
14- Morgan Reilly, des Maple Leafs de Toronto.
13- Jeff Skinner, des Hurricanes de la Caroline.
12- Matt Duchene, de l’Avalanche du Colorado.
11- Seth Jones, des Blue Jackets de Columbus.
10- Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg.
9- Oliver Ekman-Larsson, des Coyotes de l’Arizona.
8- Ryan O’Reilly, des Sabres de Buffalo.
7- Ryan Miller, des Canucks de Vancouver.
6- Max Domi, des Coyotes de l’Arizona.
5- Carey Price, des Canadiens de Montréal.
4- Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary.
3- Taylor Hall, des Devils du New Jersey.
2- Jack Eichel, des Sabres de Buffalo.
1- Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton.
En rafale
– Certains n’en démordent pas et remettent la compétence de Marc Bergevin en doute.

Bergevin se confie au sujet de la transaction Subban | Les 15 joueurs trop bons pour leur équipe | En rafale

http://www.danslescoulisses.com/fr


Image de l'auteur
Publié le 10 juillet 2016 à 07:50 par

Harrison Kingsley

Transaction Subban : Bergevin dit être passé à autre chose
Dans une entrevue où Marc Bergevin s’est ouvert à Dave Stubbs au sujet de la transaction P.K. Subban contre Shea Weber, sur le site officiel de la LNH (LNH.com) on a pu apprendre une multitude de détails entourant la négociation ayant mené à ce marché d’une ampleur qui dépasse les cadres du sport. Le patron du CH a dit qu’il n’avait même pas en tête d’échanger Subban, à moins d’une offre incroyable qui se serait présentée sur son bureau…
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Tout d’abord, Bergevin a détaillé comment la chose s’est passée, réitérant que le nom de Weber était apparu tout juste avant le repêchage et que le DG des Predators de Nashville et lui ont décidé de s’atteler à la sélection des joueurs amateurs pour reprendre les discussions le lundi suivant. C’est un détail qu’avait déjà révélé Bergevin au préalable.
Pour la suite des événements, Bergevin a confié avoir tenté, avec Poile, d’ajouter des éléments à la transaction afin de la rendre encore plus importante, mais en vain.
C’est sans consulter son propriétaire, Geoff Molson, que le patron hockey du CH a négocié les droits de son défenseur étoile, Molson lui offrant, selon les dires de son homme de confiance, l’entière discrétion au sujet des mouvements de personnel.
À savoir si Subban a été échangé pour faire plaisir à Michel Therrien, encore-là, Bergevin affirme que son pilote n’était même pas au courant des pourparlers à ce sujet. Ici, Bergevin y va d’une légère contradiction quand il affirme qu’il a parlé à tout son personnel hockey pour peser le pour et le contre d’une telle transaction, avant de prendre la décision finale, décision dont il accepte l’entière responsabilité.
C’est le 28 juin que le tout s’est intensifié, alors que Bergevin a passé la nuit à ressasser ses idées, et le lendemain matin, l’échange a été finalisé, mais comme les deux joueurs n’étaient pas encore avisés de leur nouvelle destination, on a attendu au 29 juin en après-midi pour en faire l’annonce officielle.
Après la transaction conclue, le DG a également confié avoir parlé avec le groupe de leaders de son équipe, soit Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher, afin de s’assurer que tous soient sur la même longueur d’onde et que la nouvelle soit bien reçus par les joueurs de l’équipe.
makov-plekanec-subban-pacioretty
Pour l’ancien défenseur de la LNH maintenant en charge de l’équipe la plus scrutée de toute la planète hockey, Shea Weber apporte un élément d’une importance capitale au Tricolore : une crédibilité et une présence. Weber lui a par ailleurs affirmé qu’il n’était pas un P.K. Subban, qu’il était tout simplement Shea Weber. Quand au comportement de P.K. Subban, décrié par certains anciens coéquipiers, Bergevin dit ne pas avoir tenu compte de ce fait dans sa décision.
En fin de l’entretien, Bergevin a expliqué avoir consulté Weber suite à l’acquisition d’Alexander Radulov et il a vanté la haine de la défaite de son autre récente acquisition, Andrew Shaw. Quand à l’embauche du gardien Alvaro Montoya, on peut s’imaginer que ce dernier aura bel et bien le poste d’auxiliaire à Carey Price, qu’il a dit remis à 100% de sa blessure. Bergevin a également abordé d’autres sujets dans une autre partie d’entrevue. (NHL.com).
Des joueurs trop bons pour leur équipe…
Carey Price sera à son poste, ce soir, même s'il semblait avoir quelques raideurs à la jambe droite hier Photo : Sébastien Gervais
Photo : Sébastien Gervais
Thesportster.com a publié un drôle d’article où on a élaboré une liste très arbitraire des joueurs « trop bons » pour leur équipe. La liste contient 15 noms et elle a de quoi faire sourire.
15- Erik Karlsson, des Sénateurs d’Ottawa.
14- Morgan Reilly, des Maple Leafs de Toronto.
13- Jeff Skinner, des Hurricanes de la Caroline.
12- Matt Duchene, de l’Avalanche du Colorado.
11- Seth Jones, des Blue Jackets de Columbus.
10- Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg.
9- Oliver Ekman-Larsson, des Coyotes de l’Arizona.
8- Ryan O’Reilly, des Sabres de Buffalo.
7- Ryan Miller, des Canucks de Vancouver.
6- Max Domi, des Coyotes de l’Arizona.
5- Carey Price, des Canadiens de Montréal.
4- Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary.
3- Taylor Hall, des Devils du New Jersey.
2- Jack Eichel, des Sabres de Buffalo.
1- Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton.
En rafale
– Certains n’en démordent pas et remettent la compétence de Marc Bergevin en doute.

Bergevin se confie au sujet de la transaction Subban | Les 15 joueurs trop bons pour leur équipe | En rafale

http://www.danslescoulisses.com/fr


Image de l'auteur
Publié le 10 juillet 2016 à 07:50 par

Harrison Kingsley

Transaction Subban : Bergevin dit être passé à autre chose
Dans une entrevue où Marc Bergevin s’est ouvert à Dave Stubbs au sujet de la transaction P.K. Subban contre Shea Weber, sur le site officiel de la LNH (LNH.com) on a pu apprendre une multitude de détails entourant la négociation ayant mené à ce marché d’une ampleur qui dépasse les cadres du sport. Le patron du CH a dit qu’il n’avait même pas en tête d’échanger Subban, à moins d’une offre incroyable qui se serait présentée sur son bureau…
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Photo: Matin Chevalier, Agence QMI
Tout d’abord, Bergevin a détaillé comment la chose s’est passée, réitérant que le nom de Weber était apparu tout juste avant le repêchage et que le DG des Predators de Nashville et lui ont décidé de s’atteler à la sélection des joueurs amateurs pour reprendre les discussions le lundi suivant. C’est un détail qu’avait déjà révélé Bergevin au préalable.
Pour la suite des événements, Bergevin a confié avoir tenté, avec Poile, d’ajouter des éléments à la transaction afin de la rendre encore plus importante, mais en vain.
C’est sans consulter son propriétaire, Geoff Molson, que le patron hockey du CH a négocié les droits de son défenseur étoile, Molson lui offrant, selon les dires de son homme de confiance, l’entière discrétion au sujet des mouvements de personnel.
À savoir si Subban a été échangé pour faire plaisir à Michel Therrien, encore-là, Bergevin affirme que son pilote n’était même pas au courant des pourparlers à ce sujet. Ici, Bergevin y va d’une légère contradiction quand il affirme qu’il a parlé à tout son personnel hockey pour peser le pour et le contre d’une telle transaction, avant de prendre la décision finale, décision dont il accepte l’entière responsabilité.
C’est le 28 juin que le tout s’est intensifié, alors que Bergevin a passé la nuit à ressasser ses idées, et le lendemain matin, l’échange a été finalisé, mais comme les deux joueurs n’étaient pas encore avisés de leur nouvelle destination, on a attendu au 29 juin en après-midi pour en faire l’annonce officielle.
Après la transaction conclue, le DG a également confié avoir parlé avec le groupe de leaders de son équipe, soit Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher, afin de s’assurer que tous soient sur la même longueur d’onde et que la nouvelle soit bien reçus par les joueurs de l’équipe.
makov-plekanec-subban-pacioretty
Pour l’ancien défenseur de la LNH maintenant en charge de l’équipe la plus scrutée de toute la planète hockey, Shea Weber apporte un élément d’une importance capitale au Tricolore : une crédibilité et une présence. Weber lui a par ailleurs affirmé qu’il n’était pas un P.K. Subban, qu’il était tout simplement Shea Weber. Quand au comportement de P.K. Subban, décrié par certains anciens coéquipiers, Bergevin dit ne pas avoir tenu compte de ce fait dans sa décision.
En fin de l’entretien, Bergevin a expliqué avoir consulté Weber suite à l’acquisition d’Alexander Radulov et il a vanté la haine de la défaite de son autre récente acquisition, Andrew Shaw. Quand à l’embauche du gardien Alvaro Montoya, on peut s’imaginer que ce dernier aura bel et bien le poste d’auxiliaire à Carey Price, qu’il a dit remis à 100% de sa blessure. Bergevin a également abordé d’autres sujets dans une autre partie d’entrevue. (NHL.com).
Des joueurs trop bons pour leur équipe…
Carey Price sera à son poste, ce soir, même s'il semblait avoir quelques raideurs à la jambe droite hier Photo : Sébastien Gervais
Photo : Sébastien Gervais
Thesportster.com a publié un drôle d’article où on a élaboré une liste très arbitraire des joueurs « trop bons » pour leur équipe. La liste contient 15 noms et elle a de quoi faire sourire.
15- Erik Karlsson, des Sénateurs d’Ottawa.
14- Morgan Reilly, des Maple Leafs de Toronto.
13- Jeff Skinner, des Hurricanes de la Caroline.
12- Matt Duchene, de l’Avalanche du Colorado.
11- Seth Jones, des Blue Jackets de Columbus.
10- Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg.
9- Oliver Ekman-Larsson, des Coyotes de l’Arizona.
8- Ryan O’Reilly, des Sabres de Buffalo.
7- Ryan Miller, des Canucks de Vancouver.
6- Max Domi, des Coyotes de l’Arizona.
5- Carey Price, des Canadiens de Montréal.
4- Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary.
3- Taylor Hall, des Devils du New Jersey.
2- Jack Eichel, des Sabres de Buffalo.
1- Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton.
En rafale
– Certains n’en démordent pas et remettent la compétence de Marc Bergevin en doute.