mercredi 13 janvier 2016

Kassian, Beaulieu, Galchenyuk : la liste s'allonge...

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

La vie privée et les performances sur la glace


Images of Francois Gagnon
L’épisode de violence conjugale impliquant Alex Galchenyuk relève de sa vie privée. On sera tous d’accord. Du moins, je l’espère.
Si Galchenyuk avait donné les baffes plutôt que les avoir encaissées, ce serait une autre histoire. Si c’est lui qui avait passé la nuit en prison et qui faisait l’objet d’une enquête afin de déterminer le bien-fondé, ou non, de déposer des accusations criminelles contre lui, ce serait bien sûr une tout autre histoire. L’incident aurait déjà pris des proportions bien plus grandes. Sur toutes les tribunes, on parlerait de l’affaire Galchenyuk et le logo du Canadien serait entaché.
Mais on n’en est pas là.
Le fait que Galchenyuk soit la « victime » dans cette affaire fera simplement du jeune attaquant une cible de choix pour ses adversaires qui trouveront bien une façon de lui rappeler l’incident survenu dans la nuit de samedi à dimanche afin de le déconcentrer sur la patinoire. Comme s’il avait besoin de ça pour rendre plus difficile encore une saison qui l’est déjà pas mal.
Pourquoi alors se pencher sur ce triste épisode de la vie privée de Galchenyuk?
Parce que cet incident hors glace – un appel d’urgence a quand même été logé au service 9-1-1 obligeant ainsi une intervention policière au domicile de Galchenyuk – est le troisième à chambouler la vie privée des joueurs du Canadien cette saison.
Un épisode, c’est un accident de parcours. Deux : c’est un avertissement. Trois : c’est un signal qu’il faudrait peut-être se pencher plus sérieusement sur ce qui se passe dans l’entourage du Canadien.
Zack Kassian avait un passé associé à des ennuis de surconsommation de drogues et/ou de stupéfiants. Et comme il a embouti un arbre avec la camionnette qu’il occupait et qu’il a subi une fracture à une cheville, il lui a été impossible d’échapper à l’attention médiatique. Suspendu illico par la Ligue, il s’est retrouvé en cure et le Canadien l’a échangé dès qu’il est revenu dans l’entourage de l’équipe.
Il y a ensuite eu Nathan Beaulieu et Christian Thomas qui ont entaché leur image personnelle et celle du Canadien en même temps en étant les « vedettes » d’une vidéo compromettante tournée dans un bar d’abord et ensuite dans un appartement. Parce qu’il n’y avait que peu de place, ou pas de place du tout, pour Thomas dans le futur du Canadien, il a vite été échangé.
Mais comme Beaulieu est plus qu’un simple pion dans l’avenir du Canadien à la ligne bleue, il était impossible de le larguer vite fait sans prendre les risques de ne rien obtenir en retour.
Et voilà que c’est au tour de Galchenyuk – qui était accompagné de Devante Smith-Pelly – de se retrouver dans une situation délicate.
Encore une fois très tard dans la nuit. Encore une fois dans des circonstances qui sont loin de favoriser les critères de bonnes formes physiques essentielles – du moins, il me semble – pour maximiser les chances de réussite sur des patinoires de la LNH.
Pour toutes ces raisons, la question qui suit mérite d’être posée : le Canadien est-il miné par des ennuis hors patinoire impliquant un ou des joueurs? Si oui, le problème est-il répandu? Si oui, quels sont les moyens qui doivent être pris, et pris rapidement, pour éviter que ce problème, s’il en est un, s’ajoute à la perte de Carey Price et à la panne offensive de l’équipe et contribue à plonger le Canadien plus creux au classement?
Ces réponses viendront du bureau de Marc Bergevin.
À titre de directeur général, c’est lui qui doit faire le tour de son vestiaire. Il doit obtenir les informations qui lui permettront de brosser le véritable portrait de la situation. Il devra ensuite prendre les moyens nécessaires pour corriger une situation qui semble exiger correction. Tout ça, bien sûr, avec la complicité de son propriétaire Geoff Molson qui, au-delà les mots réconfortants qu’il lance à l’endroit de ses joueurs et de son état-major, pourrait commencer à exiger un retour positif sur l’investissement qu’il verse en salaire. Un retour positif sur la patinoire bien sûr, mais aussi à l’extérieur.
Les joueurs du Canadien, comme ceux des 29 autres équipes de la LNH, deviennent des super-étoiles de plus en plus jeunes. Ces jeunes sont riches. Non... très riches. Ils sont adulés. Ils sont vénérés.
Mais ils sont aussi payés pour jouer au hockey. Pour bien jouer au hockey et contribuer aux succès de leur équipe.
Si le Canadien gagnait en ce moment comme il le faisait en octobre dernier et que Galchenyuk était en voie de connaître une saison du tonnerre, le genre de saison que tous attendent, mais qui ne semble pas vouloir se montrer le bout du nez, le dernier incident n’attirerait pas l’attention. Ou bien peu.
Mais voilà! Non seulement le Canadien perd, perd souvent, perd trop souvent, mais l’équipe ne joue pas à la hauteur des attentes. Et plusieurs joueurs, dont Galchenyuk, sont loin d’offrir le rendement exigé de leur part.
D’où l’importance accrue accordée à la nouvelle entourant la rixe qui a mis fin à une soirée à son domicile et qui a nécessité l’intervention des policiers.
Quand le Canadien, sous Jean Perron, était sans gouvernail autant sur la patinoire qu’à l’extérieur de la glace, le grand Serge Savard a donné le coup de barre qui s’imposait. Il s’est tourné vers Pat Burns pour remplacer Jean Perron. L’ancien policier qui était aussi tout un coach de hockey a mis ses connaissances et ses qualités au service de Savard et du Canadien pour rétablir l’ordre autant dans le vestiaire que sur la patinoire.
Marc Bergevin doit imiter Savard.
Non! Il n’a pas à congédier Michel Therrien sur-le-champ et à se chercher un nouveau Pat Burns. Mais il doit faire équipe avec son coach afin que l’état-major reprenne un contrôle qui semble faire défaut en ce moment. Autant sur la patinoire qu’à l’extérieur.
Avec l’équilibre qui règne autour de la LNH depuis quelques années, il est impensable qu’une équipe qui ne peut compter sur l’implication totale de tous ses joueurs – que ce soit en raison des blessures, de cas de mauvaises attitudes ou encore de mauvaises habitudes à l’extérieur de la patinoire – puisse croire en ses chances de gagner plus souvent qu’elle ne perd.
Bergevin a rencontré Galchenyuk et Smith-Pelly après l’entraînement mardi. Que fera-t-il ensuite pour aider la cause de son équipe? Accentuera-t-il ses efforts pour conclure une transaction significative? Se débarrassera-t-il plus simplement d’un joueur marginal comme l’est DSP simplement pour servir un autre avertissement à ses joueurs? Prendra-t-il des mesures disciplinaires plus sévères pour s’assurer d’être pris au sérieux dans le vestiaire?
Marc Bergevin a refusé de répondre aux questions des journalistes aujourd’hui. Son entraîneur-chef Michel Therrien ne parlera que mercredi à la veille du match contre les Blackhawks de Chicago. Il faudra donc attendre avant d’obtenir une réponse ou à tout le moins une idée des plans de l’état-major.
Cela dit, les actions du Canadien, autant sur la patinoire qu’à l’extérieur de la glace, devraient nous guider vers des formes de réponses au cours des prochains jours.
Et je ne parle pas ici du retour sur patins de Carey Price. Un retour qui est la première vraie bonne nouvelle dans ce dossier depuis un très long moment.
Combien de temps faudra-t-il à Price pour être prêt à revenir devant son but? Je ne le sais pas. Et comme je vous l’ai déjà soumis, cette réponse ne me préoccupe pas trop. Ce n’est pas la date du retour au jeu de Price qui me préoccupe, c’est de savoir si ce retour au jeu sera le bon. S’il pourra garder le filet pour amener le Canadien le plus loin possible en séries au lieu de redonner à Mike Condon et Ben Scrivens le mandat bien ingrat de le remplacer.
Dans ce cas-ci également, les prochains jours devraient nous amener des réponses.

Tours du chapeau de Max Domi et de Brock Nelson dans des victoires de leur équipe respective

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Oilers 3 - Coyotes 4 (Prol.)


GLENDALE, Arizona - Max Domi a réussi le premier tour du chapeau de sa carrière dans la LNH, Oliver Ekman-Larsson a inscrit le but victorieux en prolongation et les Coyotes de l'Arizona l'ont emporté par la marque de 4-3 face aux Oilers d'Edmonton, mardi soir.
Domi a entre autres touché la cible à deux reprises en troisième période pour permettre à son équipe d'effectuer une remontée. Les Coyotes ont remporté leurs quatre dernières rencontres.
Ekman-Larsson a marqué en avantage numérique avec 9 secondes à faire en prolongation. La troupe de Dave Tippett a inscrit trois buts en quatre jeux de puissance au cours du match.
Louis Domingue a remporté un quatrième départ de suite en repoussant 25 rondelles.
Leon Draisaitl, Justin Schultz et Benoit Pouliot ont été les marqueurs des Oilers qui subissent une troisième défaite de suite.
Anders Nilsson a effectué 27 arrêts dans le revers.
Les Coyotes sont au coeur d'une séquence de sept matches d'affilée à Glendale.
Trois buts aussi pour Nelson
Sommaire
Brock Nelson a réussi un tour du chapeau pour se hisser seul en tête des buteurs de son équipe tandis que les Islanders de New York prenaient la mesure des Blue Jackets de Columbus 5-2.
Thomas Greiss a réalisé 18 arrêts devant le filet des Islanders, qui avaient perdu leurs deux matchs précédents.
Nelson a procuré les devants 3-2 aux siens avec son 16e but de la campagne, à 17:29 de la période médiane. Il a déjoué le gardien Anton Forsberg d'un lancer frappé du cercle gauche des mises en jeu. L'attaquant de 24 ans a aussi trouvé le fond du filet à la 12e minute du premier tiers, et il a complété son tour du chapeau en tirant dans un filet désert.
Ryan Strome a ouvert la marque avec son quatrième filet de la campagne. Il s'agissait de son premier but depuis le 30 novembre, et il s'est produit à 5:03 de la première période. Strome, qui a disputé huit matchs avec le club-école en décembre, a frappé une rondelle libre qui s'était frayé un chemin entre les jambières de Forsberg au fond de la cage des Blue Jackets.
L'attaquant des Jackets William Karlsson a créé l'égalité à 10:26 de la première période avec son quatrième but de la saison, s'emparant du retour de lancer de Jack Johnson avant de déjouer Greiss.
Après le premier but du match de Nelson qui donnait les devants 2-1 aux Islanders, les Blue Jackets ont ramené les deux équipes à la case départ à 13:49 du deuxième vingt, lorsque le défenseur David Savard a décoché un boulet du point d'appui droit.
Les Islanders (23-15-5) sont maintenant à égalité avec les Rangers au deuxième rang de la section Métropolitaine, et les deux formations new-yorkaises croiseront le fer jeudi au Barclays Center. Les deux clubs accusent 16 points de retard sur les meneurs, les Capitals de Washington.
Forsberg a entamé la rencontre devant le filet des Blue Jackets en raison des blessures aux gardiens Sergei Bobrovsky et Curtis McElhinney.
Skinner coule les Penguins en prolongation
Sommaire
Jeff Skinner a marqué à 3:02 en prolongation pour permettre aux Hurricanes de la Caroline d'avoir le dessus 3-2 contre les Penguins de Pittsburgh.
Skinner domine les siens avec 16 buts cette saison. Il a réglé le débat en complétant un bel échange en triangle. Justin Faulk a refilé à Elias Lindholm, qui a glissé la rondelle à Skinner à l'embouchure droite.
Lindholm a fourni trois passes pour les Canes, qui ont remporté leurs trois derniers matches. Cela égale leur meilleure séquence de la saison.
Eric Staal et Kris Versteeg ont aussi marqué pour la Caroline, qui a bénéficié des 23 arrêts de Cam Ward.
Kristopher Letang et Chris Kunitz ont obtenu les buts des Penguins, qui ont échapé leurs trois derniers matches à se solder en prolongation.
Marc-André Fleury a bloqué 18 tirs pour les Penguins, qui vont conclure un séjour de quatre matches à l'étranger vendredi soir, à Tampa.
Un deuxième jeu blanc pour Bishop
Sommaire
Ben Bishop a repoussé 21 rondelles pour son deuxième blanchissage de la saison et Steven Stamkos a marqué deux buts pour aider le Lightning de Tampa Bay à l’emporter par la marque de 4-0 face à l’Avalanche du Colorado pour mériter leur première victoire à Denver depuis 2004.
Ondrej Palat a amassé un but et deux passes et Tyler Johnson a inscrit un filet tard dans la rencontre alors que le Lightning a conclu son voyage de quatre parties avec trois victoires.
Stamkos a donné un coussin confortable à Bishop avec deux buts en 3 min 37 sec durant la deuxième période. Bishop a accordé deux buts ou moins dans 20 de ses 25 derniers départs.
Il s’agissait de la première victoire de Bishop dans un match qui a lieu un mardi, cette saison. Il présente une fiche de 1-5-1 lors de cette journée de la semaine.
Symeon Varlamov a repoussé 34 rondelles dans la défaite.
Trois victoires en quatre soirs pour les Sharks
Sommaire
Joe Pavelski a signé son 22e but de la saison et les Sharks de San Jose ont battu les Jets de Winnipeg 4 à 1.
Joe Thornton, Chris Tierney et Joel Ward, dans un filet désert, ont aussi marqué pour les Sharks.
Ceux-ci viennent de remporter trois matches de suite, en quatre soirs.
Alex Stalock a fait 21 arrêts dans une cause gagnante, ne cédant que devant Nikolaj Ehlers.
Connor Hellebuyck a repoussé 23 rondelles pour les Jets, qui ont perdu leurs trois derniers matches.
Les Sharks ont marqué les premiers et ce en désavantage numérique, en fin de premier tiers. Tierney a fait mouche sans aide avec Tommy Wingels au cachot, pour avoir accroché.
Les Requins ont une fiche de 17-2 quand ils inscrivent le premier but.
Berglund sonne la charge
Sommaire
Patrik Berglund a marqué deux buts, dont celui de la victoire en deuxième période, et Ty Rattie a inscrit son premier filet dans la LNH pour mener les Blues de Saint Louis à une victoire de 5-2 face aux Devils du New Jersey.
Scottie Upshall et David Backes ont aussi touché la cible pour Saint Louis, qui a enfilé l’aiguille lors de ses deux premiers jeux de puissance. Les Blues l’ont emporté en temps régulier pour la première fois depuis le 22 décembre.
Les Blues ont remporté un cinquième match de suite face au New Jersey, qui a perdu quatre de ses cinq derniers matchs cette saison.
Brian Elliott a réalisé 22 arrêts pour remporter un deuxième match consécutif depuis qu’il a pris la relève de Jake Allen qui est blessé à un genou.
Le match a été marqué par un geste disgracieux de Bobby Farnham. Ce dernier s’est vengé en assénant une mise en échec à Dmitrij Jaskin alors qu’il n’avait pas la rondelle. Une mêlée s’en est suivie et Jordin Tootoo des Devils a jeté les gants devant Ryan Reaves. Reaves a passé le K.-O. à Tootoo à l’aide d’un seul coup de poing et Tootoo a semblé se blesser.
Une 2e victoire de suite pour les Sabres
Sommaire
Brian Gionta a marqué un but et récolté une mention d'aide tandis que les Sabres de Buffalo inscrivaient trois buts au premier vingt en route vers une courte victoire de 3-2 contre le Wild du Minnesota.
Jamie McGinn et Rasmus Ristolainen ont aussi fait vibrer les cordages pour les Sabres, qui ont savouré une deuxième victoire d'affilée après avoir traversé une séquence de six défaites. Linus Ullmark a réalisé 28 arrêts pour obtenir la victoire.
Ryan Suter et Thomas Vanek ont riposté pour le Wild.
Pour la première fois en neuf rencontres, un gardien des Sabres a entrepris un deuxième match de suite devant leur filet.
Il pourrait cependant s'agir du dernier départ d'Ullmark avec les Sabres. Robin Lehner, qui est à l'écart du jeu depuis le match d'ouverture en raison d'une élongation à une cheville, devrait rejoindre ses coéquipiers plus tard cette semaine après avoir effectué un séjour avec les Americans de Rochester pour des fins de conditionnement. En conséquence, Ullmark devrait être assigné au club-école.