vendredi 26 février 2016

Une occasion en or pour Greg Pateryn

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 26 février 2016 à 14h54. Modifié par 98,5 fm à 16h40.
Une occasion en or pour Greg Pateryn
Greg Pateryn
BROSSARD, Qc - Pendant que le Canadien perd quelques-uns de ses éléments les plus expérimentés à la ligne bleue, d'autres plus «verts» gagnent en expérience et en confiance, notamment Greg Pateryn.
Lui qui n'avait participé qu'à 10 matchs avant le tournant de la nouvelle année, Pateryn vient de prendre part à six rencontres consécutives.

Et comme le Canadien sera privé de Jeff Petry et de Tom Gilbert pendant le reste du calendrier, et de Nathan Beaulieu pendant au moins deux semaines, des défenseurs comme Pateryn, Mark Barberio et Victor Bartley auront l'occasion de prendre du galon.

Beaulieu a été blessé au bas du corps - probablement à la jambe droite - à la troisième période du match de lundi contre les Predators de Nashville, et il a raté la rencontre suivante contre les Capitals de Washington.

Petry doit passer sous le bistouri pour une hernie abdominale tandis que Gilbert a subi une opération au genou gauche, effectuée jeudi par le réputé docteur James Andrews, en Floride.

«Ce n'est jamais agréable de voir des coéquipiers subir des blessures et être retirés de la formation, a mentionné Pateryn. Tous les joueurs représentent un élément important de cette équipe. Mais en même temps, il s'agit d'une opportunité pour nous d'intégrer la formation et de montrer ce que nous pouvons faire.»

Mercredi soir, Pateryn a passé plus de 21 minutes sur la glace contre Washington, alors qu'il n'avait encore jamais joué plus de 17 minutes cette saison. Or, le principal intéressé est d'avis qu'il s'est plutôt bien tiré d'affaires face à une attaque qu'il a qualifiée de «meurtrière».

«Je me sens bien par rapport à la qualité de mon jeu, et j'ai l'impression que j'effectue des pas en avant. Plus je prends part à des matchs et que j'accumule du temps de glace, plus c'est possible de maintenir cette progression.

«C'est agréable de savoir que vous allez être dans la formation, mais il faut éviter de prendre les choses à la légère, a-t-il enchaîné. Il y a toujours quelqu'un derrière qui attend pour prendre votre place. Mais quand on vous donne la chance de jouer pendant 20 minutes par match, c'est un pas important.»

L'entraîneur-chef Michel Therrien a eu de bons mots pour Pateryn après la séance d'entraînement du Canadien, vendredi, à Brossard.

«Plus ça va, plus il joue avec une certaine confiance. Nous aimons son côté décisif quand il décide de surveiller son joueur ou de le mettre en échec. Il est très décisif, il n'est pas entre les deux. Il lui reste de l'expérience à acquérir, et de la confiance à gagner avec la rondelle, mais c'est tout à fait normal», a expliqué Therrien, qui affirme n'avoir jamais douté que Pateryn était de calibre pour jouer dans la LNH.

«Je ne m'attendais pas à jouer autant» -Mike Condon

http://www.985sports.ca/hockey/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le vendredi 26 février 2016 à 15h37.
«Je ne m'attendais pas à jouer autant» -Mike Condon
Michael Condon
(98,5 Sports) - Embauché comme auxiliaire du meilleur gardien au monde à l'issue du camp d'entraînement, Michael Condon ne s'attendait certainement pas à être aussi occupé cette saison.
Si tout s'était passé comme prévu et que Carey Price était resté en santé, l'Américain de 25 ans n'aurait fort probablement pas obtenu plus d'une vingtaine de départs.

Mine de rien, Condon jouera déjà son 41e match de la saison samedi face aux Maple Leafs de Toronto.

«Chaque départ, chaque match est un cadeau, a reconnu l'athlète vendredi. J'essaie seulement d'acquérir le plus d'expérience et d'aider l'équipe à gagner. C'est beaucoup plus de matchs que ce à quoi je m'attendais. Je suis reconnaissant d'avoir pu jouer autant de parties.»

Avec 40 matchs - dont 36 départs à son actif cette saison -, Condon se retrouve dans le même groupe que plusieurs gardiens bien établis comme Steve Mason, Cam Talbot, Ryan Miller, Cam Ward et Antti Niemi.

Même s'il a connu des difficultés, Condon a généralement accompli du travail honnête devant le filet du Canadien.

Avec un salaire de 575 000$ - il est également sous contrat pour la prochaine saison -, difficile d'avoir un meilleur retour sur investissement.

MAX PACIORETTY NE PRODUIT PAS À LA HAUTEUR DES ATT...

http://www.rds.ca/grand-club/billet/

LNH Max Pacioretty est une déception cette saisonLe Lightning va bien et affronte les DevilsLes Bruins bousculent les HurricanesLes Oilers sont atroces contre les DucksLes Sharks vont rester dans leurs valises
Max Pacioretty
Source: Getty 
Légende: Max Pacioretty
AvatarPAR ROGER LEBLOND | VENDREDI, 26 FÉVRIER 2016. 5H03
S’il y a un joueur qui doit en donner plus au Canadien de Montréal, c’est bien le capitaine Max Pacioretty, qui présente un dossier très décevant pour un athlète de son calibre.
En effet, le numéro 67 de la troupe de Michel Therrien, affiche un dossier de 21-21-42 avec un pitoyable différentiel de moins 14 en 61 matchs, mais c’est son rendement lors des derniers mois qui n’est pas à l’image des dernières saisons.
Depuis le 19 janvier dernier, il n’a pu faire mieux qu’un piètre dossier de 2-4-6 avec un atroce différentiel de moins 15 lors de ses 15 dernières rencontres et un de ses deux buts a été réussi en avantage numérique.
Il faut souligner qu’il a réussi trois buts importants en tirs de barrage cette saison, contribuant à trois victoires du Canadien, le 28 décembre, dans un gain de 4-3, face au Lightning de Tampa Bay, le 23 janvier, lors d’une victoire de 3-2, face aux Maple Leafs de Toronto et vendredi dernier, dans un triomphe de 3-2, face aux Flyers de Philadelphie.
Il a été très irrégulier, car après avoir présenté un dossier de 1-1-2 avec un différentiel de moins 11 en 11 matchs disputés du 3 au 26 décembre, il avait rebondi et donnait l’impression d’avoir retrouvé sa confiance, ayant eu un dossier de 5-4-9 avec un différentiel de plus trois dans ses neuf matchs joués du 28 décembre au 17 janvier, mais il a été incapable de conserver ce rythme.
Une dégringolade de moins 52 sur son différentiel !
Lors des deux dernières saisons, il a été l’un des meilleurs buteurs du circuit, lui qui a eu un rendement de 39 buts (au 4e rang de la LNH) en 2013-2014 et de 37 filets (au 5e rang de la LNH) en 2014-2015.
Mais, il aura du mal, à moins d’une explosion tardive, à atteindre le plateau des 30 buts cette saison, lui qui avec 21 filets est actuellement autour du 30e rang des meilleurs buteurs du circuit.
Il totalise 229 tirs au but, au 4e rang de la LNH, lui qui l’an dernier, avait terminé au 3e rang, ayant eu 302 lancers sur les gardiens adverses.
Son temps d’utilisation est de 18:34 minutes par match, comparativement à 19:23 minutes l’an dernier et à 18:29, lors de la saison 2013-2014, alors qu’il avait réussi un sommet personnel de 39 buts en 73 matchs.
Une autre statistique qui illustrer le fait qu’il ne joue pas aussi bien que l’an dernier, est celle du différentiel, car après avoir eu un rendement de plus 38 en 2014-2015, il a une fiche de moins 14 cette saison, ce qui équivaut à une dégringolade de moins 52 en un an !
Il n’a pas été aussi bon défensivement, mais il faut surtout ajouter que l’absence de Carey Price a fait mal sur ce plan, car l’équipe a concédé beaucoup plus de buts que l’an dernier.
Pacioretty tentera de retrouver sa vitesse de croisière en affrontant les Maple Leafs de Toronto, au Centre Bell, une équipe contre laquelle il a un rendement de 3-1-4 avec un différentiel de plus deux en trois rencontres cette saison et un dossier à vie de 15-9-24 avec un différentiel de plus deux en 31 matchs réguliers.
Le Lithgning de Tampa Bay va bien et affrontera les Devils du New Jersey 
Après avoir subi deux défaites de suite, tout indique que le Lightning de Tampa Bay est de retour sur le chemin de la victoire et il est prêt à affronter les Devils du New Jersey, au Prudential Center.
En effet, la formation de Jon Cooper a une fiche parfaite de 4-0-0 lors de ses quatre derniers matchs, deux gains à domicile et deux à l’étranger et elle débute ce soir une série de quatre rencontres à l’extérieur, avec un très important duel contre les Devils du New Jersey, qui luttent pour une place dans les séries éliminatoires.
Ce match est le premier de la saison entre les deux équipes et les deux autres auront lieu plus tard, le 2 avril, au Amalie Arena et le 7 avril, au Prudential Center.
Suite à cette rencontre, les Lightning va visiter les Bruins de Boston dimanche, les Maple Leafs de Toronto lundi et les Sénateurs d’Ottawa jeudi, le 3 mars.
Dans sa séquence de quatre gains de suite, le Lightning a remporté deux victoires importantes, car lors de la dernière fin de semaine, il avait triomphé par le même résultat de 4-2, face aux Penguins de Pittsburgh samedi, au Consol Energy Center et contre les Hurricanes de la Caroline dimanche, au PNC Arena.
Ces deux gains ont aidé l’équipe à grimper au classement, car les Penguins et les Hurricanes luttent avec l’énergie du désespoir dans le but de participer aux éliminatoires.
Les Devils ont une fiche de 1-4-0 lors de leurs cinq derniers matchs et de 5-5-2 lors de leurs 12 dernières parties disputées depuis la pause du match des étoiles.
Les Bruins de Boston dominent les Hurricanes de la Caroline 
Depuis un certain temps, les Bruins de Boston ont beaucoup de succès contre les Hurricanes de la Caroline et ne leur concèdent pas beaucoup de buts.
En effet, la formation dirigée par Claude Julien affiche un dossier de 5-0-1 lors de ses six derniers matchs disputés contre celle de Bill Peters, la surclassant 17-8 (plus neuf) au chapitre des buts marqués, ne lui concédant que huit filets, une moyenne de 1,33 par rencontre.
Lors de cette séquence, les Bruins ont subi une défaite de 2-1, en tirs de barrage, le 4 avril dernier, au PNC Arena et leur derneir revers en temps régulier face aux Hurricanes remonte au 13 avril 2013, 4-2, sur la patinoire de ces derniers.
Depuis le début de l’année 2013, les Bruins ont un dossier de 7-1-1 dans leurs neuf matchs joués contre les Hurricanes et cette séquence positive est venue tout de suite après une série de quatre défaites consécutives, toutes en temps régulier, du 12 octobre 2011 au 2 février 2012.
Actuellement, les Bruins ont une fiche de 3-3-0 lors de leurs six derniers matchs, alors que les Hurricanes sont 4-3-0 lors de leurs sept dernières parties.
Les Oilers d’Edmonton sont atroces contre les Ducks d’Anaheim 
Un peu à l’image des Flames de Calgary, les Oilers d’Edmonton éprouvent des difficultés lorsqu’ils affrontent les Ducks d’Anaheim.
En effet, la formation dirigée par Todd McLellan, qui se retrouve au dernier rang du circuit, présente un dossier de 1-6-0 lors de ses sept derniers matchs contre celle de Bruce Boudreau, de 3-12-1 lors de ses 16 derniers et de 5-21-2 lors de ses 28 derniers, depuis le 31 mars 2009.
Les Oilers n’ont pas réussi à remporter deux victoires de suite contre les Ducks depuis la saison 2007-2008, alors qu’ils avaient signé trois gains consécurifs, les 28 octobre 2007 (3-2, en tirs de barrage), 30 novembre 2007 (5-1) et 2 décembre 2007, alors qu’ils avaient réalisé un blanchissage de 4-0, au Honda Center.
Présentement, les deux équipes vont dans des directions différentes, car les Ducks ont une fiche parfaite de 6-0-0 lors de leurs six derniers matchs, alors que les Oilers ont subi six défaites de suite, ayant un rendement de 0-5-1 lors de leurs six dernières parties.
Le plus ironique est qu’il faut retourner au 11 février pour voir la fin des deux séquences actuelles, car lors de cette date, les OIlers avaient remporté une victoire de 5-2, à domicile, face aux Maple Leafs de Toronto, alors que lors de la même journée, les Ducks subissaient une défaite de 4-3, en tirs de barrage, contre les Blue Jackets de Columbus, au Nationwilde Arena.
Quelle équipe pourra avoir un sept chanceux en ce vendredi, 26 février 2016 ?
LES SIX DERNIERS MATCHS DES OILERS D’EDMONTON
11 février 2016-Toronto 2 à Edmonton 5 (dernier gain)
13 février 2016-Winnipeg 2 à Edmonton 1 (fus.)
16 février 2016-Anaheim 5 à Edmonton 3
18 février 2016-Minnesota 5 à Edmonton 2
20 février 2016-Colorado 3 à Edmonton 2
23 février 2016-Ottawa 4 à Edmonton 1
25 février 2016-Edmonton 1 à Los Angeles 2
26 février 2016-Edmonton à Anaheim (22h)
LES SIX DERNIERS MATCHS DES DUCKS D’ANAHEIM
11 février 2016-Anaheim 3 à Columbus 4 (fus.) (dernier revers)
13 février 2016-Anaheim 3 à Chicago 2 (pro.)
15 février 2016-Anaheim 6 à Calgary 4
16 février 2016-Anaheim 5 à Edmonton 3
18 février 2016-Anaheim 5 à Vancouver 2
21 février 2016-Calgary 2 à Anaheim 5
24 février 2016-Buffalo 0 à Anaheim 2
26 février 2016-Edmonton à Anaheim (22h)
Après un voyage de cinq rencontres, les Sharks vont rester dans leurs valises !
C’est vraiment un calendrier épouvantable que doivent affronter les Sharks de San Jose pour une période de plus d’un mois, car ils n’ont pas le temps de défaire leurs valises, se déplaçant sans arrêt !
En effet, la formation dirigée par Peter DeBoer, qui vient de terminer un voyage de cinq rencontres, va encore se retrouver dans les avions d’une manière régulière, pour une autre période de deux semaines,
Après avoir subi une défaite de 4-3, en tirs de barrage mercredi soir, face à l’Avalanche du Colorado, au Pepsi Center, les Sharks reçoivent ce soir, la visite des Sabres de Buffalo, au SAP Center, mais vont quitter par la suite pour se rendre à Vancouver, pour y affronter les Canucks dimanche, au Rogers Arena.
Ils vont revenir à domicile pour y affronter lundi soir, le Canadien de Montréal, retourner à Vancouver, le 3 mars, revenir à domicile, pour y affronter à nouveau les Canucks, le 5 mars, se rendre à Calgary, pour un match contre les Flames, le 7 mars, aller à Edmonton le lendemain pour jouer contre les Oilers et finalement revenir devant leurs partisans le 10 mars, pour y affronter les Devils du New Jersey.
Le 12 mars, ils vont recevoir la visite des Capitals de Washington, des Bruins de Boston, le 15 mars et iront disputer un match au Gila River Arena, face aux Coyotes de l’Arizona, le 17 mars et par la suite, ils pourront enfin s’installer pour un certain temps à domicile, car ils vont jouer six matchs de suite au SAP Center, du 19 au 28 mars 2016.
LE CALENDRIER DES SHARKS DE SAN JOSE
13 février 2016-Arizona 1 à San Jose 4
16 février 2016-San Jose 4 à Tampa Bay 2
18 février 2016-San Jose 2 en Floride 1 (fus.)
19 février 2016-San Jose 2 en Caroline 5
22 février 2016-San Jose 6 à St. Louis 3
24 février 2016-San Jose 3 au Colorado 4 (fus.)
26 février 2016-Buffalo à San Jose (22h30)
28 février 2016-San Jose à Vancouver (19h)
29 février 2016-Montréal à San Jose (22h30)
3 mars 2016-San Jose à Vancouver (22h)
5 mars 2016-Vancouver à San Jose (22h)
7 mars 2016-San Jose à Calgary (21h)
8 mars 2016-San Jose à Edmonton (21h)
10 mars 2016-New Jersey à San Jose (22h30)
12 mars 2016-Washington à San Jose (22h30)
15 mars 2016-Boston à San Jose (22h)
17 mars 2016-San Jose en Arizona (21h)
19 mars 2016-Rangers de NY à San Jose (16h)
20 mars 2016-Arizona à San Jose (22h)

Comme il l'a fait la saison dernière, Stan Bowman donne le ton et dicte les prix

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Stan Bowman
Stan Bowman (Source d'image:Getty)

Images of Francois Gagnon
Impossible de dire si les Blackhawks de Chicago soulèveront la coupe Stanley pour une deuxième année de suite, pour une troisième fois en quatre saisons, ou pour la quatrième reprise en sept ans.

Il est toutefois très facile d’assurer que Stan Bowman vient de mousser les chances de son équipe d’y arriver.
Déjà qu’ils figuraient parmi les favoris pour se rendre jusqu’au bout en juin prochain, voilà que les Hawks sont meilleurs encore au lendemain de l’acquisition d’Andrew Ladd.
À 30 ans, Ladd comptait parmi les joueurs les plus en demande à l’approche de la date limite des transactions. Plus encore que ses 17 buts et 34 points récoltés en 59 matchs, c’est l’implication de l’ancien capitaine des Jets et le fait qu’il sera libre comme l’air une fois la saison terminée qui le rendaient attrayant.
Sur les traces de Vermette
À titre de joueur de location, Ladd pourrait donner aux Hawks exactement ce que le Québécois Antoine Vermette a donné à Chicago le printemps dernier.
Motivé par cette transaction qui lui donnait l’occasion de sortir de l’anonymat de l’Arizona et de croire avec raison à ses chances de mettre son nom sur la coupe Stanley, Vermette a contribué à la conquête de sa nouvelle équipe le printemps dernier. Limité à trois passes seulement lors des 19 matchs de saison régulière disputés après son acquisition, Vermette a enfilé quatre buts en séries éliminatoires, dont trois filets gagnants. Tout ça à 32 ans. Deux ans de plus que Ladd.
Malgré tout ce qu’il a dit de bien et de bon des Jets et sur Winnipeg – et je suis convaincu qu’il était sincère – Andrew Ladd sera ragaillardi par l’attrait d’une troisième coupe Stanley, après celles de 2006 en Caroline et de 2010 à Chicago.
Surtout que l’attaquant ne débarque pas avec son ancienne équipe pour remplir un rôle de soutien. Pour agir à titre de police d’assurance. Selon les plans concoctés par les Hawks, c’est à la gauche de Jonathan Toews que l’ancien capitaine des Jets reviendra à Chicago. Et une fois Marian Hossa remis de la blessure qui le confine à l’inactivité depuis le 13 février dernier, Toew pilotera un trio bien plus redoutable avec Ladd et Hossa qu’avec Andrew Shaw et Richard Panik comme c’est le cas présentement. Déjà très bien nantis avec le trio Panarin-Anisimov-Kane, les Hawks compteront sur un « one-two punch » qui n’aura rien à envier à ceux des Capitals de Washington et des autres prétendants à la coupe Stanley.
Chicago impose son rythme
En rapatriant Ladd à Chicago, Bowman démontre encore son grand talent à titre de directeur général. Il n’a pas réalisé un vol. Ça non. Même que son homologue des Jets Kevin Cheveldayoff a fait du bon travail dans l’équation obtenant Marko Dano et un choix de première ronde, en plus de la possibilité de mettre la main sur le 3e choix des Hawks en 2018 si la coupe Stanley retourne à Chicago en juin prochain. Les Jets garderont 36 % du salaire de Ladd, qui deviendra joueur autonome à la fin de la saison. Une ponction qui ne change rien à la réalité des Jets. Mais une ponction qui pourrait permettre aux Hawks de peut-être ajouter un défenseur d’ici la date limite des transactions.
En plus de mettre la main sur l’un des attaquants les plus convoités à titre de joueur de location – l’autre étant Eric Staal – Bowman met maintenant de la pression sur les équipes qui réfléchissent encore à ce qu’elles doivent faire pour rivaliser avec Chicago une fois en séries.
Et ça c’est un autre bon coup de Bowman. Car en réalisant la première transaction d’importance dans le dernier droit menant au couperet à 15 h lundi, Bowman donne le ton, et surtout, il dicte les prix qui devront être payés au cours des prochains jours.
Si les Ducks, les Kings ou les Stars de Dallas dans l’Ouest, au même titre que les prétendants qui espèrent représenter l’Est en finale de la coupe Stanley, décident de bouger – certains clubs n’ont pas vraiment le choix – non seulement Andrew Ladd ne sera plus disponible, mais il est possible que ces équipes devront payer davantage parce que l’offre sera moins importante que la demande. Comme il l’avait fait l’an dernier avec l’acquisition de Vermette survenu une semaine avant la date limite, Bowman impose encore son rythme au lieu de suivre celui de ses adversaires.
A-t-il payé trop cher?
La réponse est non.
Oui, Bowman a donné aux Jets un jeune joueur de premier plan en Marko Dano. Mais les Hawks étant devenus une pépinière de talent, Bowman considère que ses hommes de hockey pourront l’aider à remplacer Dano.
Quant au premier choix, il devrait être un choix très tardif en première ronde. Peut-être le tout dernier si Chicago devient le premier club depuis les Red Wings de Detroit (1997, 1998) à gagner deux coupes Stanley consécutives.
Et encore là, si tes dépisteurs te permettent de mettre sous contrat un jeune comme Artemi Panarin sous le nez des 29 autres équipes de la LNH, tu peux te permettre de larguer un premier choix au repêchage afin d’aller « all-in » dans ta quête de gagner la coupe Stanley.
L’an dernier, les Hawks ont cédé Klas Dahlbeck et un premier choix aux Coyotes pour obtenir Antoine Vermette. Le défenseur suédois joue sur une base régulière à la ligne bleue en Arizona cette année et Nick Merkley multiplie toujours les points (17 buts, 48 points en 43 matchs) cette année à Kelowna dans la Ligue de l’Ouest. Mais même si Vermette est retourné en Arizona, que Dahlbeck rend de fiers services et que Merkley évolue un jour avec les Coyotes – Don Maloney a bien fait son travail lui aussi – les Blackhawks ont gagné la coupe Stanley l’an dernier. Et gagner la coupe, ça demeure l’objectif premier dans la LNH.
Avec l’acquisition d’Andrew Ladd qui s’ajoute à toutes les autres effectuées depuis sa grande victoire en juin dernier, Stan Bowman donne des moyens supplémentaires à son équipe de la gagner une fois encore.
Ce n’est pas encore fait. J’en conviens. Même qu’il est vrai que les Hawks pourraient être surpris en première ronde. Après tout, ils ont perdu 3-1 contre Nashville dans les heures qui ont suivi l’acquisition de Ladd alors que les Jets, éliminés depuis longtemps, ont doublé les Stars de Dallas 6-3 après avoir perdu leur capitaine.
Mais en attendant de voir ce qui se passera sur la glace, Stan Bowman a agi pour minimiser les risques de surprises désagréables. Une autre preuve qu’il est encore possible, quand on s’en donne la peine, de vraiment améliorer son équipe au lieu de simplement vouloir le faire...

Absence de 2 à 3 semaines pour Nathan Beaulieu

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Les échos de l'entraînement du Canadien


BROSSARD, Qc - La brigade défensive du Canadien continue de perdre des morceaux.
Après Jeff Petry et Tom Gilbert, qui ne reviendront pas au jeu cette saison, le Canadien a confirmé que Nathan Beaulieu sera inactif pendant une période de deux à trois semaines en raison d'une blessure au bas du corps.
Beaulieu s'est blessé à la troisième période du match de lundi contre les Predators de Nashville, lorsqu'il a été violemment propulsé contre le filet adverse par Colin Wilson.
Selon sa réaction sur le jeu, Beaulieu a semblé se blesser à la jambe droite et a dû retraiter au vestiaire. Il est revenu au jeu plus tard en troisième, mais n'a pas effectué le voyage à Washington mercredi.
À l'heure actuelle, le Canadien ne compte que six joueurs à la ligne bleue. Gilbert a été opéré au genou gauche jeudi, une opération effectuée par le réputé docteur James Andrews en Floride. Quant à Petry, il devra aussi passer sous le bistouri pour une hernie abdominale.
Le Tricolore n'a pas précisé s'il allait rappeler un défenseur des IceCaps de Saint-Jean en vue du match de samedi soir contre les Maple Leafs de Toronto au Centre Bell. S'il va de l'avant, il faut s'attendre à ce que Morgan Ellis soit le joueur choisi.
Âgé de 23 ans, Ellis a participé à 55 matchs avec les IceCaps cette saison, récoltant 12 buts et 30 points, bon pour le cinquième rang au sein de l'équipe. Il affiche un ratio défensif de plus-9, le meilleur des IceCaps, et a accumulé 45 minutes de punition.
Ellis, qui mesure six pieds un pouce et pèse 207 livres, n'a encore jamais disputé un match dans la LNH. Le Canadien l'avait sélectionné en 4e ronde,117e au total, lors du repêchage de 2010. Ellis a évolué dans la LHJMQ avec les Screaming Eagles du Cap-Breton et les Cataractes de Shawinigan entre 2008 et 2012.
Les IceCaps joueront à Utica vendredi soir et à Syracuse, samedi soir.
Formation à l'entraînement :
Pacioretty-Plekanec-Gallagher
Galchenyuk-Eller-Weise
Fleischmann-De La Rose-Byron
Andrighetto-Mitchell-Smith-Pelly
Markov-Subban
Emelin-Pateryn
Bartley-Barberio