Lorsque le Canadien de Montréal a échangé deux choix de deuxième ronde pour acquérir Andrew Shaw, avant de lui offrir une prolongation de contrat de six ans de 3.9 millions par saison, la majorité des experts eurent une réaction positive, vantant sa conquête de la coupe Stanley et sa cadence lors des trois dernières saisons de 17 buts par campagne de 82 rencontres.
Même si Shaw demeure sur le troisième trio pour toute la durée de ce contrat, la combinaison d’habiletés et d’énergie qu’il apporte est un atout dans une ligue qui a de plus en plus de profondeur. Cependant, il y a quelques signes alarmants en ce qui concerne Shaw et sa production offensive, dont une baisse annuelle continue de son taux de tirs convertis en buts. Jusqu’ici cette saison, cette tendance se poursuit.
Tableau Andrew Shaw 1
Tableau Andrew Shaw 1 (Source: SPORTLOGiQ)
Après dix parties cette saison, il est beaucoup trop tôt pour s’inquiéter du pourcentage de tirs convertis en buts d’un joueur. Autrement, le Canadien serait en panique en ce qui concerne Tomas Plekanec. Ce que je trouve intéressant à propos de Shaw, ce n’est pas son taux de tirs convertis en buts, mais la qualité des lancers qu’il décoche depuis le début de la saison.
En cette jeune campagne, Andrew Shaw mène le Canadien pour les chances de marquer générées par minute jouée à égalité numérique et il tire depuis des endroits très payants.
Shaw a développé une belle chimie avec David Desharnais, alors que les deux travaillent bien ensemble en échec avant et que Shaw fonce au filet, ce qui fait de lui une excellente cible au moment d’exploiter la principale force de Desharnais : rejoindre ses coéquipiers dans l’enclave.
Tableau Andrew Shaw 2
Tableau Andrew Shaw 2 (Source: SPORTLOGiQ)
Malheureusement, Shaw n’a inscrit qu’un seul but à ce jour, ce qui ne rend pas justice à leur excellent jeu en attaque, mais il est probable que Shaw touche à nouveau les cordages prochainement.
Il est également improbable que Shaw soit en mesure de générer des chances de marquer au même rythme, considérant qu’il n’a produit que deux chances de marquer pour 20 minutes jouées à égalité numérique la saison dernière, ce qui est beaucoup moins que les 3,6 qu’il a enregistrées cette saison.
Il est possible que le talent de Shaw soit pour l’instant mieux exploité à Montréal qu’à Chicago. Il y a quelques preuves à cet effet. Par exemple, en observant les tendances de Shaw à Chicago, j’ai remarqué qu’il ne transportait pas souvent la rondelle, préférant remettre le disque à ses compagnons habituels de trio, Jonathan Toews et Marian Hossa (chose parfaitement logique). À Montréal, par contre, Shaw mène tous les avants du Canadien pour les jeux effectués lors des poussées offensives, devançant par un cheveu Alex Galchenyuk.
Il semble pour le moment que le Canadien fasse confiance à Shaw pour transporter la rondelle et la faire circuler, bien plus que cela ne fut le cas à n’importe quel autre moment de sa carrière. Il les remercie en affichant des chiffres épatants en termes de chances de marquer, ainsi que de bons chiffres pour le temps de possession.
Je suppose que la question qu’il faut désormais se poser est combien de ces chances de marquer Shaw peut-il convertir en buts? Si Shaw est capable de maintenir un taux similaire de chances de marquer générées et de tirs convertis en buts, il est très possible de parler d’une saison de 20 buts, surtout qu’il joue fréquemment en avantage numérique.
Ce genre de profondeur au niveau de la production offensive peut faire la différence au moment de battre les meilleures équipes en séries éliminatoires. Même si les buts ne sont pas au rendez-vous pour le prouver, le début de saison de Shaw est extrêmement prometteur.