lundi 5 décembre 2016

Il était temps!

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Canadiens 5 - Kings 4 (Fus.)

Images of Francois Gagnon

Le Canadien a enfin gagné en Californie.
Sa victoire à l’arrachée aux dépens des Kings de Los Angeles, un gain de 5-4 en tirs de barrage, lui a permis d’éviter un troisième revers consécutif en Californie. Elle lui a aussi permis un troisième balayage consécutif alors que le Tricolore s’était contenté d’un petit point accordé pour une défaite en prolongation, l’an dernier, à Anaheim, à ses huit dernières rencontres dans ce nouveau haut-lieu du hockey qu’est la Californie. Et ce n’est pas de l’ironie…
Il était donc temps que le Canadien gagne en Californie. De fait, limité à trois victoires seulement (3-5-1) à ses neuf derniers matchs, il était grand temps que le Canadien gagne point.
Il l’a fait.

Byron tranche le débat
Il l’a fait en dépit de Carey Price qui a accordé quatre buts au cours de la seule deuxième période – première fois depuis 2015 – et qui a connu un match en deçà des attentes très élevées associées à son titre de meilleur gardien de la LNH et peut-être même de la planète hockey au grand complet.
Il l’a fait en dépit de son leader à l’attaque Alex Galchenyuk qui a disputé un mauvais match. Il l’a fait en dépit de Shea Weber qui avait un vilain match dans le système lui aussi, un mauvais match qu’il a toutefois racheté en prolongation en effectuant trois ou quatre gros jeux qui ont aidé la cause de son équipe.
Il l’a fait en dépit de la porosité de ses spécialistes en défense qui ont ouvert toute grande la porte à deux buts en avantage numérique des Kings. Des buts de Jeff Carter et Drew Doughty qui ont déjoué Price à l’aide de très bons tirs, oui, mais des tirs qu’une équipe jouant efficacement en défense n’aurait jamais accordés.
Sans Price, Weber et Galchenyuk à leur mieux, comment diable le Canadien a-t-il pu gagner?
De un : parce que Peter Budaj n’a pas été fort devant le filet des Kings lui non plus.
De deux : parce qu’Alex Radulov a prouvé une fois encore dimanche que c’est lui qui transporte l’équipe offensivement depuis le début de l’année, bien que les statistiques ne lui accordent pas ce titre.

De trois : parce que s’il était temps que le Canadien gagne, il était plus que temps que Max Pacioretty se retrouve pour de bon – ou à tout le moins pour un essai de bonne durée – au sein du premier trio. Ce que Michel Therrien a décidé de faire.
Résultat : Max Pacioretty a eu besoin de 150 secondes pour enfiler le premier but du match, son sixième de la saison. Il en a ajouté un autre pour connaître son premier match de deux buts de la saison.
Avec seulement sept buts à son actif, Pacioretty est en retard sur les objectifs honnêtes et les souhaits qui le sont peut-être moins de le voir atteindre le plateau des 40 buts pour la première fois de sa carrière.
Mais si on lui offre la chance de jouer au sein du meilleur trio du Canadien, si on lui permet d’évoluer au sein d’un premier avantage numérique armé pour marquer des buts, il fera oublier rapidement sa disette du début de saison. Il peinera peut-être à se rendre à 40. Mais Pacioretty prouvera qu’il doit être le premier ailier gauche du Canadien.
À moins qu’il soit échangé pour un autre gros nom qui viendrait lui succéder à Montréal. Des rumeurs courent. Mais vous savez ce que je pense des rumeurs : souvent, très souvent, trop souvent, elles courent sur place…
Galchenyuk au neutre et blessé
Pacioretty a marqué deux fois, dont l’une en avantage numérique. Il a aussi récolté une passe sur le but en attaque massive d’Alexander Radulov.
Radulov (1-2) et Pacioretty (2-1) ont récolté trois points tous les deux. Galchenyuk? Non seulement a-t-il été blanchi offensivement, mais il a commis quelques bourdes en défense, dont une qui a coûté un but.

« On a montré beaucoup de tenacité »
Comme si ce n’était pas assez, il a quitté le match en troisième période, victime d’une blessure indéterminée à la jambe (genou je crois, mais ce pourrait être la cheville ou quoi encore) droite à la suite d’une collision – involontaire ou non – avec Anze Kopitar.
Galchenyuk n’est pas revenu au jeu.
Inquiétant? S’il est blessé sérieusement, ça le deviendra rapidement en raison de la timidité de la relève au sein de la formation. David Desharnais – il a disputé deux forts matchs à Anaheim et Los Angeles – a pris la relève en fin de rencontre dimanche. Mais si Galchenyuk doit s’absenter – je ne crois toutefois pas que ce soit sérieux – j’aimerais bien voir Radulov au centre. Il est tellement fort en protection et distribution de rondelle que ses ailiers (Pacioretty et Gallagher?) seraient comblés.
Mais bon! Attendons le diagnostic avant de s’énerver peut-être pour rien.
Plekanec en arrache… en défense
Si j’ai bien aimé (enfin!) la présence de Pacioretty au sein du premier trio, j’ai aussi aimé le fait que Michel Therrien ait décidé de revenir sur ses principes et de finalement soustraire Tomas Plekanec de l’avantage numérique.
J’aime Plekanec depuis toujours. Et je l’aime toujours. Mais il y a des limites à la générosité du coach. Et Therrien a atteint cette limite alors qu’il n’a pas envoyé Plekanec sur la glace en attaque massive.
S’il est maintenant strictement un joueur défensif – et ce n’est pas une maladie bien qu’au salaire qu’il touche cela semblerait un brin de gaspillage de précieux $$$$ sous le plafond –, Plekanec doit toutefois être meilleur qu’il ne l’a été dimanche. De fait, il ne devrait pas même avoir droit à l’erreur.
Dimanche à Los Angeles, Plekanec a bousillé des missions en désavantage numérique. Il ne peut se permettre ça.
Et il devrait être le premier à le savoir.

Radulov replace le CH dans le coup
Avec quatre points récoltés sur les huit à l’enjeu depuis le début de ce voyage, le Canadien peut voyager vers St Louis un brin tranquille. Mais pas deux!
Les Blues sont une force de la Ligue. En plus, ils ont perdu chez eux samedi. En plus, plus, ils ne jouent pas avant mardi contre le Canadien.
Ce sera donc plus difficile encore.
Et si en plus, le CH doit jouer sans Galchenyuk, ça deviendra difficile. Vraiment.
Un scénario qui pourrait ouvrir la porte à un retour d’Al Montoya devant le filet. Le second devait disputer un match en Californie. On peut facilement croire que si le Tricolore n’avait pas perdu à Anaheim et San Jose, le match de dimanche, contre Peter Budaj, aurait été une cible de choix.
Mais parce que le Canadien devait gagner pour souffler un peu, Price est allé devant le filet. Et il a gagné malgré un brin de générosité quoi que son équipe l’a vraiment abandonné en période médiane.
Ce gain pourrait ouvrir la porte à Montoya. Je lance ça comme ça!