MONTRÉAL – Même si le Canadien venait de vaincre les Flames de Calgary par le pointage de 5 à 1 et qu’il avait inscrit deux buts dans cette victoire, on aurait pu croire qu’Alexander Radulov venait de se faire arracher une autre dent.
Canadiens 5 - Flames 1
Le Russe n’avait nullement l’intention de sourire à la suite du gain de son équipe. Certes, il a contribué au résultat et il a eu raison de manifester sa joie après ses buts, mais il a également privé la pièce maîtresse du club d’une belle récompense.
Même s’il n’est pas du style à vérifier régulièrement ses statistiques personnelles sur son cellulaire ou sa tablette, Carey Price n’aurait pas dit non à un blanchissage lors de la dernière partie à Montréal avant le Match des étoiles.
Radulov a manqué de discipline en étant chassé en fin de partie et Sam Bennett lui a fait payer son geste. Bougonneux, l’ailier de 30 ans reverra sans doute plus d’une fois sa gaffe durant sa nuit de sommeil.
« C’est dommage, mais on va continuer de travailler sur les choses à améliorer », a fini par dire Radulov après avoir pris le blâme pour cette finale amère.
Radulov n’aura pas besoin d’un sermon de son entraîneur pour réaliser son erreur, mais Michel Therrien s’est tout de même assuré de témoigner son mécontentement.
« La victoire est importante, mais on a écopé d’une punition qu’on ne doit pas commettre. On s’est placé dans une position difficile avec cette punition », a exprimé l’entraîneur.
« L'important, ce sont les deux points »
Ironiquement, ce but alloué a mis fin à une séquence de 14 punitions écoulées par les spécialistes de l’infériorité numérique du CH. La note est pertinente puisque le Tricolore avait cédé dans six matchs consécutifs en désavantage numérique avant de corriger le tir récemment.
À titre d’exemple, les hommes de confiance de Therrien ont tenu le fort pendant 47 secondes à cinq contre trois face aux Flames.
« Cette portion du match a vraiment été un point tournant. Après, tout s’est bien passé », a souligné Therrien.
« Les unités spéciales ont fait le travail »
« Les gars font un très bon travail, c’était crucial de résister à un moment critique du match. On confie des responsabilités à des joueurs et ils font un très bon travail. On doit être vraiment satisfait de ça », a-t-il poursuivi.
Tomas Plekanec est un incontournable pour Therrien dans ces circonstances. Il considère que lui et ses partenaires suivent mieux les directives des entraîneurs.
« On connaît une meilleure séquence, on s’est rapproché de notre structure », a confié Plekanec.
Tout le monde a contribué
Paul Byron est également devenu une ressource de premier plan pour remplir ces missions défensives. Selon lui, les joueurs dosent bien leurs actions présentement.
« On ne fait rien de différent, mais on a passé un peu plus de temps à analyser des vidéos. Il faut être agressif, mais aussi intelligent dans notre manière de contrer l’autre équipe. Des adversaires peuvent essayer de t’attirer », a mentionné Byron qui regrettait que la période creuse ait coûté des victoires à sa formation.
Heureux de ce retour en force, Byron aurait voulu compléter le tout avec un but contre son ancienne équipe.
« Oui, j’aurais aimé ça. J’avais beaucoup d’énergie et je voulais compter, évidemment. Tout de même, je suis très content que l’équipe ait pu gagner cette partie », a déclaré le gaucher qui a admis avoir cherché le jeu parfait trop souvent dans cette rencontre.
Si Radulov était furieux, Byron a préféré voir les choses du bon côté.
« C’est agréable (de battre son ancien club), mais c’était surtout une victoire très importante. On veut finir en force avant la pause du Match des étoiles », a insisté le grand travaillant.
Jeu de Gaston : le revirement de Gaudreau