jeudi 26 janvier 2017

Les Islanders, un club transformé

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 26 janvier 2017 à 10h06 | Mis à jour à 10h06
Avec Doug Weight comme entraîneur-chef, les Islanders n'ont... (Photo Brad Penner, USA Today Sports)
Avec Doug Weight comme entraîneur-chef, les Islanders n'ont aucune défaite en temps réglementaire (3-0-1)
PHOTO BRAD PENNER, USA TODAY SPORTS
Le capitaine Max Pacioretty ne veut pas trop en ajouter («parce que j'ai des amis par là-bas!»), mais il reconnaît du bout des lèvres que le Barclays Center n'est pas un endroit qui respire le hockey. «Je ne sais pas ce qu'on peut rajouter. Peut-être qu'on est un peu trop gâtés parce qu'on joue au Centre Bell?»
«Faire bonne impression»
Mauvaise glace ou pas, le Canadien va affronter ce soir un club transformé depuis le congédiement de l'entraîneur-chef Jack Capuano, il y a une semaine.
Depuis que Doug Weight est à la barre de l'équipe, les Islanders n'ont aucune défaite en temps réglementaire en quatre parties, ayant récolté trois victoires (3-0-1) depuis cette embauche.
«Les joueurs essaient toujours de faire bonne impression quand ils doivent jouer pour un nouvel entraîneur, a ajouté Pacioretty hier à Brossard. J'ai déjà été dans cette position auparavant. Tous les joueurs tentent d'impressionner le nouvel entraîneur, tous les joueurs tentent d'obtenir plus de temps de jeu, ils tentent tous d'être évalués de manière très favorable. Je m'attends à affronter des gars qui vont travailler très fort.»
Il y a aussi le fait que les joueurs du Canadien en seront ce soir à leur dernière partie avant la pause du match des Étoiles, qui s'étendra de demain à lundi après-midi.
Rappelons que Carey Price, qui sera devant le filet ce soir, et Shea Weber seront les deux représentants du Canadien lors de l'événement, qui aura lieu à Los Angeles en fin de semaine. «Mais personne dans ce vestiaire ne pense à la pause du match des Étoiles, on pense à gagner ce match», a tenu à dire Jeff Petry.
Le Canadien n'a pas eu souvent à aller patiner à Brooklyn, mais en deux matchs jusqu'ici contre les Islanders dans leur nouvelle demeure, le club montréalais a une fiche de 2-0.
Phillip Danault, qui n'a disputé qu'un seul match en carrière à Brooklyn, ne conserve pas des souvenirs très favorables de l'endroit.
«C'est pas un aréna de hockey, c'est un aréna de basketball plus qu'autre chose, a expliqué l'attaquant québécois. La glace, c'est pas la meilleure, je me souviens de ça. Mais au moins, la glace sera aussi mauvaise pour eux autres que pour nous!»