mardi 28 février 2017

Johnny Oduya retourne avec les Blackhawks

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 28 février 2017 à 20h46 | Mis à jour à 20h46
Johnny Oduya... (Photo Jerome Miron, USA Today Sports)
Johnny Oduya
PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS
Associated Press
Dallas
Les Blackhawks de Chicago ont acquis les services de Johnny Oduya, qui avait pris la direction des Stars de Dallas en tant que joueur autonome après avoir remporté deux coupes Stanley avec les Blackhawks.
Les Stars ont échangé Oduya aux Blackhawks en retour du jeune attaquant Mark McNeill et d'un choix conditionnel de quatrième tour au repêchage de 2018, mardi soir.
Oduya a porté les couleurs des Blackhawks de 2012 à 2015, avec qui il a obtenu neuf buts et 34 mentions d'aide en 219 parties. Il a pris part à 71 matchs éliminatoires avec les Blackhawks et il a soulevé la Coupe Stanley en 2013 et en 2015.
Âgé de 35 ans, Oduya a amassé un but et six mentions d'assistance en 37 matchs avec les Stars cette saison.
McNeill a pour sa part marqué six buts et ajouté 22 aides en 58 parties avec les IceHogs de Rockland, le club-école des Blackhawks dans la Ligue américaine de hockey. Il a joué un match dans la LNH.

Blue Jackets: l'ultime transaction, un an plus tard

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 28 février 2017 à 14h19 | Mis à jour à 14h19
L'acquisition du défenseur Seth Jones en retour de... (Photo Paul Sancya, AP)
L'acquisition du défenseur Seth Jones en retour de l'attaquant Ryan Johansen a fait des Blue Jackets de Columbus une meilleure équipe.
PHOTO PAUL SANCYA, AP
À 24 heures de la date limite, les partisans du Canadien rêvent à une transaction majeure qui permettrait de régler, d'un coup de baguette magique, les différents problèmes de l'équipe en vue des séries.
Si les Blue Jackets de Columbus sortent du lot dans la puissante division Métropolitaine cette saison, c'est en grande partie grâce à un tel coup de maître réalisé l'an dernier par leur directeur général, Jarmo Kekalainen.
Le 6 janvier 2016, les Jackets cédaient en effet Ryan Johansen pour acquérir le défenseur Seth Jones. Un centre numéro un contre un défenseur capable de jouer au sein d'un premier duo.
«C'était un bon vieux "hockey trade". Les deux équipes y ont gagné», a estimé John Tortorella après l'entraînement de ce matin des Jackets, au Centre Bell, en vue de leur duel de ce soir contre le Canadien.
«C'était juste une bonne transaction pour les deux équipes. Je suis passé de 19 minutes par match à 24. Je fais ce que j'ai toujours voulu faire, j'en ai la chance et je tente d'en profiter», a soutenu Jones.
L'éclosion
Le talent de Jones n'a jamais fait de doute. Au repêchage de 2013, certains se demandaient s'il ne pouvait pas coiffer Nathan MacKinnon comme premier choix, d'autant plus que l'Avalanche du Colorado était nettement mieux garnie à l'avant qu'en défense. Il a dégringolé au quatrième rang, mais était coincé notamment derrière Shea Weber et Roman Josi à Nashville, si bien que ses occasions étaient limitées.
Tout a débloqué pour lui avec cette transaction qui l'a envoyé à Columbus. Cette saison, il est le défenseur le plus utilisé de son équipe, à 23 min 35 s. Même s'il a raté six matchs, il vient au 15erang de la LNH parmi les défenseurs avec 34 points et au huitième rang avec 10 buts.
Mais au-delà des chiffres, il y a aussi le fait qu'à 22 ans, il prend le rôle de grand frère auprès de son partenaire de 19 ans, Zach Werenski. Et il doit bien le faire, puisque Werenski est souvent mentionné dans la course pour le trophée Calder, avec les incontournables Auston Matthews et Patrik Laine.
«Cette saison, à l'exception de Jack [Johnson] et de David [Savard], on forme un très jeune groupe de défenseurs. Je me considère jeune, même si je suis le troisième de notre groupe pour les matchs joués. Je devais prendre ce rôle et je crois que ça va bien», estime Jones.
«Avec Werenski, [Markus] Nutivaara et notre jeune groupe de défenseurs, c'est la fondation de notre équipe et ce le sera pour un bon bout de temps, a assuré l'entraîneur-chef Tortorella. Jones a pris un rôle de meneur cette année. Il montre l'exemple. L'an passé, ça lui prenait du temps avant de s'activer pour un match. C'était un nouveau rôle, il n'avait jamais joué autant de minutes. Maintenant, c'est un meneur et il joue avec un jeune, il aime vraiment ce rôle d'aider un jeune à se développer.»
D'autres bénéfices
Les Jackets gagnaient déjà beaucoup simplement par la qualité du jeu de Jones et l'ascendant qu'il a sur Werenski, l'autre défenseur d'avenir de l'équipe. Et ce n'est pas tout!
Johnson et Savard forment un tandem depuis trois saisons. Ils jouaient respectivement 24 et 23 minutes la saison dernière, et ce chiffre est maintenant de 21 minutes. Leur rendement défensif en a aussi bénéficié, passant de -16 et -7 à +17 et +22.
«Ça a vraiment permis de séparer le travail en défense, rappelle Savard. Ça nous permet aujourd'hui de nous concentrer sur le désavantage, ou à cinq contre cinq. Quand tu es utilisé dans toutes les situations, c'est difficile d'être aussi bon défensivement, car ça te demande beaucoup d'énergie.»
D'ici 24 heures, tous les DG tenteront de frapper un aussi grand coup que l'a fait Kekalainen l'an passé. Ce genre de transaction se voit désormais surtout au repêchage, mais les Blue Jackets et les Predators ont démontré l'an passé qu'avec un peu d'audace, il y a moyen d'y arriver en cours de saison.
Karlsson incertain
Par ailleurs, les Jackets pourraient présenter une formation à 11 attaquants et sept défenseurs ce soir. Le centre William Karlsson est malade et n'a pas patiné ce matin. Son cas sera réévalué avant le match. Les Jackets n'ont aucun attaquant en trop, donc ils devront faire appel à un défenseur si Karlsson doit s'absenter. Sergei Bobrovsky devrait être le gardien partant.

Dates limites: des échanges mémorables

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 28 février 2017 à 10h11 | Mis à jour à 10h11
Raymond Bourque, de l'Avalanche du Colorado, avant son... (Photo archives AP)
Raymond Bourque, de l'Avalanche du Colorado, avant son premier match contre son ancienne équipe, les Bruins de Boston, le 24 mars 2001.
PHOTO ARCHIVES AP
MIGUEL BUJOLD
La Presse
Impossible de savoir s'il y aura des transactions majeures ou non au cours des prochaines heures. Ce que l'on sait, c'est que plusieurs clubs ont profité de cette période de l'année afin de réussir des coups fumants par le passé.
Butch Goring... (Photo archives La Presse) - image 1.0
Butch Goring
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE
Ces équipes ont ainsi pu atteindre les plus hauts sommets ou encore ont parfois mis la main sur un futur joueur étoile. Voici huit échanges réalisés tout juste avant la date limite qui ont marqué la LNH.
1980
  • Aux Islanders de N.Y. : Butch Goring
  • À Los Angeles : Billy Harris et Dave Lewis
Il s'agit de la première transaction à la date limite des échanges dont tout le monde se souvient. Goring a été un joueur-clé dans les quatre conquêtes consécutives des Islanders entre 1980 et 1983. On se souviendra de lui essentiellement pour deux choses : sa capacité à marquer des buts importants et son casque...
Bill Ranford... (Photo archives AFP) - image 2.0
Bill Ranford
PHOTO ARCHIVES AFP
1988
  • À Edmonton : Bill Ranford et Geoff Courtnall
  • À Boston : Andy Moog
Moog a rendu de fiers services aux Bruins et a été leur premier gardien pendant l'essentiel de cinq saisons. Mais deux ans après cette transaction, les Bruins et les Oilers se sont affrontés en finale pour une deuxième fois en trois ans, et puisque Grant Fuhr était blessé, c'est Ranford qui était le gardien des Oilers. Il a remporté le trophée Conn Smythe, remis au joueur par excellence des séries...
Brett Hull... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 3.0
Brett Hull
PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE
1988
  • À Calgary : Rob Ramage et Rick Wamsley
  • À St. Louis : Brett Hull et Steve Bozek
Ramage et Wamsley ont été des joueurs de soutien dans la conquête des Flames en 1989, alors que Hull est devenu l'un des buteurs les plus prolifiques de l'histoire au Missouri. Les deux équipes ont donc obtenu ce qu'elles voulaient.
Ron Francis... (Photo archives AP) - image 4.0
Ron Francis
PHOTO ARCHIVES AP
1991
  • À Pittsburgh : Ron Francis, Ulf Samuelson et Grant Jennings
  • À Hartford : John Cullen, Zarley Zalapski et Jeff Parker
Mario Lemieux et les Penguins n'avaient toujours pas remporté la Coupe Stanley avant que Craig Patrick réussisse ce qui est considéré comme la meilleure transaction de l'histoire à la date limite des échanges. Les Penguins ont gagné leur premier championnat quelques mois plus tard et un deuxième titre l'année suivante.
Tony Amonte... (Photo archives La Presse) - image 5.0
Tony Amonte
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE
1994
  • À Chicago : Tony Amonte
  • Aux Rangers de N.Y. : Stéphane Matteau et Brian Noonan
Amonte n'était âgé que de 23 ans et avait déjà deux saisons de plus de 30 buts à son actif au moment de la transaction. Mais Mike Keenan connaissait bien Matteau et Noonan pour les avoir dirigés à Chicago. Les Rangers ont gagné leur première coupe en 54 ans au printemps 1994, notamment grâce au fameux but en prolongation de Matteau lors du septième match de la finale d'association entre les Rangers et les Devils du New Jersey.
Pierre Turgeon... (Photo archives La Presse) - image 6.0
Pierre Turgeon
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE
1995
  • À Montréal : Pierre Turgeon et Vladimir Malakhov
  • Aux Islanders de N.Y. : Kirk Muller, Mathieu Schneider et Craig Darby
Quelques jours avant la date limite des transactions, en 1995, Serge Savard a complété l'un de ses plus « gros » échanges à titre de DG du Canadien. En 104 matchs dans l'uniforme du tricolore, Turgeon a totalisé 50 buts et 127 points.
Markus Naslund... (Photo archives La Presse canadienne) - image 7.0
Markus Naslund
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
1996
  • À Vancouver : Markus Naslund
  • À Pittsburgh : Alek Stojanov
Âgé de 22 ans au moment de la transaction, Naslund est devenu l'un des meilleurs joueurs de l'histoire des Canucks (354 buts et 773 points). Un fier-à-bras, Stojanov a disputé 45 matchs avec les Penguins et n'a plus jamais rejoué dans la LNH.
Raymond Bourque... (Photo archives AP) - image 8.0
Raymond Bourque
PHOTO ARCHIVES AP
2000
  • Au Colorado : Raymond Bourque et Dave Andreychuk
  • À Boston : Brian Rolston, Samuel Pahlsson, Martin Grenier et un choix de premier tour (Martin Samuelsson)
Plusieurs équipes s'intéressaient à Bourque, mais le défenseur québécois souhaitait se joindre à l'Avalanche. Il a vu juste puisque l'Avalanche a remporté sa deuxième Coupe Stanley peu de temps après.
Marian Hossa... (Photo archives, AFP) - image 9.0
Marian Hossa
PHOTO ARCHIVES, AFP
2008
  • À Pittsburgh : Marian Hossa et Pascal Dupuis
  • À Atlanta : Colby Armstrong, Erik Christensen, Angelo Esposito et un premier choix (Daulton Léveillé)
Hossa n'a fait que passer à Pittsburgh, mais a tout de même mené l'équipe avec 12 buts en séries en 2008. Les Penguins se sont inclinés en finale devant les Red Wings de Detroit. Dupuis a joué 452 matchs avec Pittsburgh et a remporté la Coupe Stanley en 2009. À part Armstrong, les joueurs obtenus par les Thrashers n'ont eu aucun impact dans la LNH.
Filip Forsberg... (Photo Mark Humphrey, AP) - image 10.0
Filip Forsberg
PHOTO MARK HUMPHREY, AP
2013
  • À Washington : Martin Erat et Michael Latta
  • À Nashville : Filip Forsberg
C'est peut-être la transaction qui a coûté à George McPhee son poste de directeur général des Capitals. Erat était un joueur en fin de parcours lorsqu'il est arrivé à Washington et Latta a marqué 4 buts en 103 matchs avec les Capitals. Forsberg est l'un des joueurs clés des Predators et devrait l'être pour encore plusieurs saisons. Imaginez si les Capitals pouvaient compter sur Forsberg en plus de leur arsenal actuel !

Les Sénateurs mettent la main sur Viktor Stalberg

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 28 février 2017 à 13h32 | Mis à jour à 13h32
Viktor Stalberg... (Photo Gerry Broome, AP)
Viktor Stalberg
PHOTO GERRY BROOME, AP
La Presse
Les Sénateurs d'Ottawa ont fait l'acquisition de l'attaquant Viktor Stalberg, des Hurricanes de la Caroline, mardi.
Les Hurricanes obtiennent en retour un choix de troisième ronde au repêchage de 2017.
Âgé de 31 ans, Stalberg a inscrit 9 buts et 3 aides en 57 matchs cette saison.

lundi 27 février 2017

Une décoration honorifique pour P.K. Subban

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

P.K. Subban
P.K. Subban (Source d'image:PC)
LUNDI, 27 FÉVR. 2017. 11:27

OTTAWA - L'ex-défenseur du Canadien de Montréal, P.K. Subban, recevra une décoration du service méritoire du gouverneur général du Canada lors d'une cérémonie, mercredi, au cours de laquelle l'implication d'une douzaine de volontaires du Québec sera également soulignée.
Subban sera de passage à Montréal puisque les Predators de Nashville affrontent le Canadien, jeudi soir, au Centre Bell.

La cérémonie se déroulera dans l'Atrium P.K. Subban de l'hôpital de Montréal pour enfants. La décoration du service méritoire (division civile) a été créée pour reconnaître ceux « qui servent d'exemple ou de modèle à suivre, ou répondent à un problème particulier dans une communauté » selon le communiqué émis par le bureau du gouverneur général.
Le très honorable David Johnston remettra également la médaille du souverain à une douzaine de Québécois pour « souligner le dévouement et l'engagement des bénévoles. »
En septembre 2015, Subban avait annoncé un don de 10 millions $ sur sept ans à la Fondation de l'Hôpital de Montréal pour enfants. Cet engagement va au-delà de ce don, puisqu'il siège également au conseil d'administration de la Fondation et en est le porte-parole.
Subban, repêché par le Canadien en 2007 et lauréat du trophée Norris en 2013, a été échangé aux Predators en juin dernier en retour de Shea Weber, un autre défenseur.

À travers la LNH : Nick Jensen récompensé

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Nick Jensen
Nick Jensen (Source d'image:Getty)

Les Red Wings de Detroit ont offert une prolongation de contrat au défenseur Nick Jensen lundi.
Il touchera un salaire de 800 000 $ l’an prochain et 825 000 $ lors de la campagne suivante.
L’arrière de 26 ans a fait ses débuts dans la LNH le 20 décembre dernier. Il a disputé 27 rencontres avec les Wings cette saison, amassant 3 buts et 5 passes.
Jensen a été sélectionné en cinquième ronde par les Red Wings en 2009, 150e au total.

dimanche 26 février 2017

Retour gagnant de Jonathan Quick

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 25 février 2017 à 19h36 | Mis à jour le 25 février 2017 à 19h36
Le gardien des Kings Jonathan Quick était de... (Photo Jae C. Hong, AP)
Le gardien des Kings Jonathan Quick était de retour.
PHOTO JAE C. HONG, AP
DAN GREENSPAN
Associated Press
LOS ANGELES
Jonathan Quick a bloqué 32 rondelles à son retour au jeu pour aider les Kings de Los Angeles à l'emporter 4-1 face aux Ducks d'Anaheim, samedi après-midi.
Tyler Toffoli a marqué deux des quatre buts des Kings, tous inscrits en troisième période.
Dustin Brown et Jeff Carter ont également déjoué Jonathan Bernier, permettant aux Kings d'amasser deux points importants dans leur quête pour l'obtention d'une place en séries dans l'Association Ouest.
Quick s'est blessé à l'aine en fin de premier vingt le 12 octobre dernier, à San Jose. Il a raté 59 rencontres. L'Américain de 31 ans patinait avec les Kings depuis quelques semaines.
Il s'agissait d'une première victoire pour les Kings, qui ont perdu quatre de leurs cinq derniers matchs.
Andrew Cogliano a marqué l'unique but des Ducks, alors que Jonathan Bernier a effectué 29 arrêts. Les Ducks entament leur semaine de congé ayant alterné les victoires et les défaites au cours de leurs neuf dernières rencontres.

Patrice Bergeron et Brad Marchand s'illustrent à Dallas

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 26 février 2017 à 15h34 | Mis à jour à 15h34
Patrice Bergeron a amassé trois points dans la victoire... (Photo AP)
Patrice Bergeron a amassé trois points dans la victoire des Bruins.
PHOTO AP
Associated Press
DALLAS
Patrice Bergeron a inscrit deux buts et il a ajouté une aide, menant les Bruins de Boston vers une victoire de 6-3 aux dépens des Stars de Dallas, dimanche.
Les Bruins, qui montrent maintenant un dossier de 6-1 sous la tutelle de leur nouvel entraîneur-chef Bruce Cassidy, ont terminé un voyage de quatre parties à l'étranger avec une fiche de 3-1.
Les Stars ont créé l'égalité en deuxième période après avoir tiré de l'arrière 2-0, mais Frank Vatrano et Bergeron ont tour à tour enfilé l'aiguille en 40 secondes. Bergeron a enregistré son 16e but de la campagne en troisième période.
Brad Marchand, David Krejci ont touché la cible au premier tiers, pour les Bruins. Marchand s'est fait complice de deux buts des siens tandis que Torey Krug a préparé trois filets de sa troupe.
John Klingberg et Jiri Hudler ont enfilé l'aiguille en deuxième période, pour les Stars, et Tyler Seguin a trouvé le fond du filet en troisième.
Tuukka Rask a bien fait devant la cage des Bruins et il a repoussé 33 rondelles dans la victoire. Son vis-à-vis chez les Stars, Kari Lehtonen, a alloué six buts sur 28 lancers

Galchenyuk : enfin!

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Galchenyuk s'en mêle!


Principaux acteurs du Canadien, Carey Price et Max Pacioretty ont joué un rôle de premier plan dans la victoire de 3-2 arrachée, samedi soir, en prolongation, au Air Canada Centre.
Une autre victoire aux dépens des Leafs. Une quatrième cette saison. Une 14e de suite contre Toronto ce qui représente un nouveau record sombre pour cette équipe dont l’avenir est beaucoup plus lumineux cela dit.

Déjoué à deux reprises par des rondelles qui ont dévié devant lui, Carey Price a 32 arrêts pour mériter sa 26e victoire de la saison. Sa 11e de suite aux dépens des Leafs.
Ce n’est pas rien.
Price s’est particulièrement signalé devant Auston Matthews. Vrai que la jeune sensation des Leafs a joué de chance sur les deux buts qu’il a enfilés. Deux buts qui lui permettent d’atteindre le plateau des 30 cette saison et de resserrer davantage – est-ce possible ? – la course au trophée Calder alors que Matthew a rejoint Patrick Laine à ce chapitre. Mais sur une échappée obtenue en début de prolongation, Matthews s’est buté à Carey Price qui a effectué tout un arrêt pour garder son club dans le coup. Il l’a fait aussi en milieu de deuxième période en repoussant un, deux, trois, voire quatre tirs sur de brillantes occasions de marquer des Leafs.
Après ces arrêts en période médiane le Canadien a remercié son gardien en marquant un but important.
Après l’arrêt crucial réalisé en prolongation, le Canadien a une fois encore récompensé Price en marquant le but de la victoire. Un beau but d’Andrew Shaw qui a disputé un match solide samedi soir. Un match très solide en fait. Peut-être son meilleur dans l’uniforme du Canadien.
On reviendra plus loin sur la contribution nécessaire de Shaw et des autres joueurs de soutien.
L’étincelle qu’on attendait
Price, Pacioretty, Shaw, Weber – libéré du poids Alexei Emelin alors qu’Andrei Markov a été muté à la gauche du premier duo d’arrières – ont tous bien, voire très bien, joué samedi à Toronto. Ils ont eu un impact direct sur la victoire nécessaire signée aux dépens des Leafs.
Mais plus encore que les précieux deux points obtenus dans la victoire, l’éveil offensif d’Alex Galchenyuk représente sans doute la plus belle surprise de la soirée de samedi.
Car s’il est impératif que Price et son capitaine demeurent les bases de la défensive et de l’attaque du Tricolore, le Canadien ne pourra aller loin en séries – voire assurer sa place en séries – sans la contribution d’Alex Galchenyuk.
Samedi soir à Toronto, Galchenyuk a joué comme il se doit de le faire pour assumer sa place au sein du premier trio. Il a marqué mettant fin à une séquence de cinq matchs consécutifs sans but. À une séquence d’un seul but en 10 parties.

Canadiens 3 - Maple Leafs 2 (Prol.)
En ajoutant une passe, Galchenyuk a connu son premier match de deux points depuis le 20 janvier dernier. De fait, ses deux points de samedi l’ont approché à un point de sa récolte totale des 10 derniers matchs.
Au-delà ses statistiques offensives, Galchenyuk s’est imposé aux cercles des mises en jeu où il a excellé avec une efficacité de 75 % -- neuf mises en jeu gagnées sur les 12 disputées – et s’il est vrai que Carey Price a réalisé un très bel arrêt aux dépens des Matthews en prolongation, il est impératif de souligner la grande qualité du repli défensif effectué par Galchenyuk pour nuire au travail de la recrue des Leafs et ainsi aider la cause de son gardien.
Jouant avec entrain et conviction, Galchenyuk a cadré quatre de cinq tirs qu’il a décochés. Considérant la qualité de ses tirs, c’est essentiel pour lui d’atteindre la cible avec une telle régularité. Bien qu’il évolue au centre – une position qu’il occupe par défaut selon moi en raison des grandes lacunes du Tricolore à cette position névralgique – Galchenyuk devrait toujours prioriser les tirs plutôt que de tenter des passes. On en a d’ailleurs eu une preuve éloquente en première période lorsque, sur une poussée à deux contre un, il a tenté une passe en direction de son ami et coéquipier Brendan Gallagher au lieu de tirer. Résultat : Gallagher n’a pas saisi la passe et la poussée a avorté.
La semaine dernière, j’insistais sur le fait que l’un des principaux mandats de Claude Julien est de relancer Alex Galchenyuk. À mes yeux, la meilleure façon de le faire est de le remonter au sein du premier trio.
Quitte à briser l’équilibre offensif du Canadien qui se retrouverait avec un deuxième trio moins menaçant?
Quel équilibre? Que je vous répondrais.
À ses 10 derniers matchs avant sa victoire de samedi à Toronto – fiche de 2-7-1 – le Canadien n’avait marqué que 13 buts et en a accordé 30. Il avait été blanchi quatre fois. Il s’était contenté d’un but à deux reprises et de deux seulement lors de deux autres rencontres.
Si je sais bien compter, ça veut dire que le Canadien avait marqué deux buts ou moins huit fois en 10 matchs.
Avec une telle statistique, il est impératif de trouver une façon de survolter une attaque qui en a grand besoin au lieu de se préoccuper d’un quelconque équilibre.
Et ce survoltage, passe par le retour de Galchenyuk entre Pacioretty et Radulov.
À moins que Marc Bergevin ne trouve un vrai gros centre numéro un d’ici le premier mars. Ce qui semble loin d’être acquis.
Joueurs de soutien
Que Galchenyuk soit promu au sein du premier trio ou non, il faudra que les joueurs de soutien recommencent à soutenir l’équipe également.
Paul Byron, qu’on ne peut critiquer considérant sa contribution inattendue depuis le début de la saison, a été blanchi dans un 11e match de suite samedi. Il a raté une occasion en or en troisième alors qu’il n’est pas arrivé à rediriger un tir/passe de Shea Weber dans une cage déserte.
Tomas Plekanec a été blanchi à ses 13 derniers matchs.
Phillip Danault, qui travaille sans relâche pour tenter du mieux qu’il le peut de remplir un rôle trop imposant pour lui au sein du premier trio, a été blanchi à ses 14 derniers matchs. Tout comme Artturi Lehkonen.
Torrey Mitchell n’est pas un marqueur de 20 buts par saison. Ses cinq buts en 10 matchs en début de saison représentaient bien plus un accident de parcours qu’une tendance lourde. C’est acquis. Mais ses 35 matchs de suite sans but commencent à peser lourd.

Une performance rassurante
Sans oublier Brendan Gallagher qui n’affiche qu’un but à ses 22 dernières parties.
De retour dans la formation samedi, David Desharnais et Sven Andrighetto
Malgré les trois buts marqués samedi, il n’en demeure pas moins que Max Pacioretty (5), Alexander Radulov (2), Alex Galchenyuk (2) et Andrew Shaw (2) sont les seuls attaquants du Canadien à avoir marqué lors des 11 derniers matchs.
Une concentration qui facilite grandement le travail défensif des adversaires du Canadien.
C’est pour cette raison que les joueurs de soutien doivent se remettre à contribuer un brin ou deux et que l’attaque massive – un but en quatre occasions samedi – après une séquence désolante de deux buts seulement lors des 28 derniers avantages numériques obtenus avant la partie de samedi, doit mousser une production offensive qui en a besoin.
Loin d’être parfait samedi, le Canadien a quand même gagné contre des Leafs qui étaient amputés de deux membres importants de leur attaque : Mitch Marner – deuxième marqueur de l’équipe avec 15 buts et 48 points – et Tyler Bozak.
Ça tombe bien. Car lors des 21 derniers matchs disputés avant celui de samedi le Canadien piquait du nez avec sept victoires seulement (7-12-2) pendant que les Leafs grimpaient au classement grâce à leurs 10 gains (10-7-4).
Mettant le cap sur le New Jersey où il croisera les Devils lundi, le Canadien pourra offrir une troisième victoire en cinq matchs à Claude Julien qu’il arrive à coller deux victoires. Ce qu’il n’a pas fait est-il besoin de le rappeler, depuis le 7 janvier dernier. Soit une séquence de 22 parties.
Bon dimanche!