dimanche 26 février 2017

Galchenyuk : enfin!

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Galchenyuk s'en mêle!


Principaux acteurs du Canadien, Carey Price et Max Pacioretty ont joué un rôle de premier plan dans la victoire de 3-2 arrachée, samedi soir, en prolongation, au Air Canada Centre.
Une autre victoire aux dépens des Leafs. Une quatrième cette saison. Une 14e de suite contre Toronto ce qui représente un nouveau record sombre pour cette équipe dont l’avenir est beaucoup plus lumineux cela dit.

Déjoué à deux reprises par des rondelles qui ont dévié devant lui, Carey Price a 32 arrêts pour mériter sa 26e victoire de la saison. Sa 11e de suite aux dépens des Leafs.
Ce n’est pas rien.
Price s’est particulièrement signalé devant Auston Matthews. Vrai que la jeune sensation des Leafs a joué de chance sur les deux buts qu’il a enfilés. Deux buts qui lui permettent d’atteindre le plateau des 30 cette saison et de resserrer davantage – est-ce possible ? – la course au trophée Calder alors que Matthew a rejoint Patrick Laine à ce chapitre. Mais sur une échappée obtenue en début de prolongation, Matthews s’est buté à Carey Price qui a effectué tout un arrêt pour garder son club dans le coup. Il l’a fait aussi en milieu de deuxième période en repoussant un, deux, trois, voire quatre tirs sur de brillantes occasions de marquer des Leafs.
Après ces arrêts en période médiane le Canadien a remercié son gardien en marquant un but important.
Après l’arrêt crucial réalisé en prolongation, le Canadien a une fois encore récompensé Price en marquant le but de la victoire. Un beau but d’Andrew Shaw qui a disputé un match solide samedi soir. Un match très solide en fait. Peut-être son meilleur dans l’uniforme du Canadien.
On reviendra plus loin sur la contribution nécessaire de Shaw et des autres joueurs de soutien.
L’étincelle qu’on attendait
Price, Pacioretty, Shaw, Weber – libéré du poids Alexei Emelin alors qu’Andrei Markov a été muté à la gauche du premier duo d’arrières – ont tous bien, voire très bien, joué samedi à Toronto. Ils ont eu un impact direct sur la victoire nécessaire signée aux dépens des Leafs.
Mais plus encore que les précieux deux points obtenus dans la victoire, l’éveil offensif d’Alex Galchenyuk représente sans doute la plus belle surprise de la soirée de samedi.
Car s’il est impératif que Price et son capitaine demeurent les bases de la défensive et de l’attaque du Tricolore, le Canadien ne pourra aller loin en séries – voire assurer sa place en séries – sans la contribution d’Alex Galchenyuk.
Samedi soir à Toronto, Galchenyuk a joué comme il se doit de le faire pour assumer sa place au sein du premier trio. Il a marqué mettant fin à une séquence de cinq matchs consécutifs sans but. À une séquence d’un seul but en 10 parties.

Canadiens 3 - Maple Leafs 2 (Prol.)
En ajoutant une passe, Galchenyuk a connu son premier match de deux points depuis le 20 janvier dernier. De fait, ses deux points de samedi l’ont approché à un point de sa récolte totale des 10 derniers matchs.
Au-delà ses statistiques offensives, Galchenyuk s’est imposé aux cercles des mises en jeu où il a excellé avec une efficacité de 75 % -- neuf mises en jeu gagnées sur les 12 disputées – et s’il est vrai que Carey Price a réalisé un très bel arrêt aux dépens des Matthews en prolongation, il est impératif de souligner la grande qualité du repli défensif effectué par Galchenyuk pour nuire au travail de la recrue des Leafs et ainsi aider la cause de son gardien.
Jouant avec entrain et conviction, Galchenyuk a cadré quatre de cinq tirs qu’il a décochés. Considérant la qualité de ses tirs, c’est essentiel pour lui d’atteindre la cible avec une telle régularité. Bien qu’il évolue au centre – une position qu’il occupe par défaut selon moi en raison des grandes lacunes du Tricolore à cette position névralgique – Galchenyuk devrait toujours prioriser les tirs plutôt que de tenter des passes. On en a d’ailleurs eu une preuve éloquente en première période lorsque, sur une poussée à deux contre un, il a tenté une passe en direction de son ami et coéquipier Brendan Gallagher au lieu de tirer. Résultat : Gallagher n’a pas saisi la passe et la poussée a avorté.
La semaine dernière, j’insistais sur le fait que l’un des principaux mandats de Claude Julien est de relancer Alex Galchenyuk. À mes yeux, la meilleure façon de le faire est de le remonter au sein du premier trio.
Quitte à briser l’équilibre offensif du Canadien qui se retrouverait avec un deuxième trio moins menaçant?
Quel équilibre? Que je vous répondrais.
À ses 10 derniers matchs avant sa victoire de samedi à Toronto – fiche de 2-7-1 – le Canadien n’avait marqué que 13 buts et en a accordé 30. Il avait été blanchi quatre fois. Il s’était contenté d’un but à deux reprises et de deux seulement lors de deux autres rencontres.
Si je sais bien compter, ça veut dire que le Canadien avait marqué deux buts ou moins huit fois en 10 matchs.
Avec une telle statistique, il est impératif de trouver une façon de survolter une attaque qui en a grand besoin au lieu de se préoccuper d’un quelconque équilibre.
Et ce survoltage, passe par le retour de Galchenyuk entre Pacioretty et Radulov.
À moins que Marc Bergevin ne trouve un vrai gros centre numéro un d’ici le premier mars. Ce qui semble loin d’être acquis.
Joueurs de soutien
Que Galchenyuk soit promu au sein du premier trio ou non, il faudra que les joueurs de soutien recommencent à soutenir l’équipe également.
Paul Byron, qu’on ne peut critiquer considérant sa contribution inattendue depuis le début de la saison, a été blanchi dans un 11e match de suite samedi. Il a raté une occasion en or en troisième alors qu’il n’est pas arrivé à rediriger un tir/passe de Shea Weber dans une cage déserte.
Tomas Plekanec a été blanchi à ses 13 derniers matchs.
Phillip Danault, qui travaille sans relâche pour tenter du mieux qu’il le peut de remplir un rôle trop imposant pour lui au sein du premier trio, a été blanchi à ses 14 derniers matchs. Tout comme Artturi Lehkonen.
Torrey Mitchell n’est pas un marqueur de 20 buts par saison. Ses cinq buts en 10 matchs en début de saison représentaient bien plus un accident de parcours qu’une tendance lourde. C’est acquis. Mais ses 35 matchs de suite sans but commencent à peser lourd.

Une performance rassurante
Sans oublier Brendan Gallagher qui n’affiche qu’un but à ses 22 dernières parties.
De retour dans la formation samedi, David Desharnais et Sven Andrighetto
Malgré les trois buts marqués samedi, il n’en demeure pas moins que Max Pacioretty (5), Alexander Radulov (2), Alex Galchenyuk (2) et Andrew Shaw (2) sont les seuls attaquants du Canadien à avoir marqué lors des 11 derniers matchs.
Une concentration qui facilite grandement le travail défensif des adversaires du Canadien.
C’est pour cette raison que les joueurs de soutien doivent se remettre à contribuer un brin ou deux et que l’attaque massive – un but en quatre occasions samedi – après une séquence désolante de deux buts seulement lors des 28 derniers avantages numériques obtenus avant la partie de samedi, doit mousser une production offensive qui en a besoin.
Loin d’être parfait samedi, le Canadien a quand même gagné contre des Leafs qui étaient amputés de deux membres importants de leur attaque : Mitch Marner – deuxième marqueur de l’équipe avec 15 buts et 48 points – et Tyler Bozak.
Ça tombe bien. Car lors des 21 derniers matchs disputés avant celui de samedi le Canadien piquait du nez avec sept victoires seulement (7-12-2) pendant que les Leafs grimpaient au classement grâce à leurs 10 gains (10-7-4).
Mettant le cap sur le New Jersey où il croisera les Devils lundi, le Canadien pourra offrir une troisième victoire en cinq matchs à Claude Julien qu’il arrive à coller deux victoires. Ce qu’il n’a pas fait est-il besoin de le rappeler, depuis le 7 janvier dernier. Soit une séquence de 22 parties.
Bon dimanche!