samedi 4 février 2017

Une modification à l'équipement des gardiens ne fait pas l'unanimité

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 04 février 2017 à 09h43 | Mis à jour à 09h43

À partir d'aujourd'hui, tous les gardiens de la LNH sont tenus de porter un pantalon plus rond et mieux ajusté à leur morphologie.
Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, a clairement... (Photo Sergei Belski, archives USA TODAY Sports) - image 1.0
Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, a clairement exprimé son mécontentement à propos du nouveau pantalon imposé par la LNH aux gardiens.
PHOTO SERGEI BELSKI, ARCHIVES USA TODAY SPORTS





Vous ne verrez aucun changement notable chez Carey Price samedi après-midi. Mais le gardien du Canadien, lui, vivra un ajustement, car il doit maintenant composer avec une nouvelle modification à son équipement.
C'est qu'à partir d'aujourd'hui, tous les gardiens de la LNH sont tenus de porter un pantalon plus rond et mieux ajusté à leur morphologie. Cela fait partie d'un ensemble de modifications entérinées par les directeurs généraux au mois de mars dernier. Au début de l'année prochaine, la taille des plastrons aura diminué elle aussi.
Le gardien des Capitals de Washington Braden Holtby, qui affrontera le Tricolore samedi, fait partie des gardiens qui ont exprimé par le passé le voeu que l'équipement des gardiens - tout en demeurant sécuritaire - se moule davantage à leur véritable silhouette, afin que les gardiens inférieurs cessent d'être sauvés par des protecteurs exagérément grands.
« Je ne vois pas de différence dans l'utilisation des pantalons », a fait savoir Holtby, qui a essayé la nouvelle pièce d'équipement durant le week-end des Étoiles. 
Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, a clairement... (Photo Mark J. Terrill, archives Associated Press)
Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, a clairement exprimé son mécontentement à propos du nouveau pantalon imposé par la LNH aux gardiens.
« À vrai dire, je ne sais pas pourquoi ça a mis tant de temps à être implanté. »
- Braden Holtby
Des ennuis avec les équipementiers - les prototypes assuraient une protection insuffisante - de même qu'une certaine résistance venant de certains gardiens ont retardé le processus. La majorité des gardiens semblent à l'aise avec le nouvel équipement, mais sont embêtés par le fait qu'on leur impose un changement d'équipement à ce stade-ci de la saison.
La ligue répond que si un gardien « casse » plusieurs paires de jambières en une saison, il peut bien s'accommoder d'un nouveau pantalon à ce stade.
LE JEANS DE MIKE SMITH
Même s'il était clair que le changement s'en venait, certains ont tardé plus que d'autres à s'y plier. Sergei Bobrovsky, des Blue Jackets de Columbus, porte le nouveau pantalon depuis le mois de décembre. Carey Price, lui, ne l'a testé que lors de deux ou trois entraînements.
Même chose pour Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, qui a clairement exprimé son mécontentement au match des Étoiles.
« C'est comme passer d'un jeans ample True Religion que je portais il y a 5 ou 10 ans à un jeans skinny qui me donne de la misère quand je me penche pour attacher mes souliers, a décrit le gardien de 6 pieds 4 pouces et 215 livres.
« Je préfère le pantalon ample parce que c'est plus facile de me déplacer dedans. Ce nouveau pantalon me donne l'impression de ne pas faire partie de moi. Il me contraint dans mes mouvements. »
« Je vais trouver le moyen de le porter, mais ça ne m'enchante pas. »

- Mike Smith
« On dirait que c'est toujours nous qui sommes touchés par les changements de réglementation, a ajouté Smith. Ils ont imposé le trapézoïde pour nous empêcher de manipuler la rondelle loin de notre filet, ils ont raccourci les jambières il y a quelques années, ils les ont rétrécies aussi... Pendant ce temps-là, les moyennes de buts accordés n'ont fait que descendre et les taux d'efficacité n'ont cessé de grimper. Faudra-t-il carrément enlever le gardien pour s'assurer qu'il y aura plus de buts ? »
Or, le superviseur des gardiens de la LNH Kay Whitmore a été clair à ce sujet : la principale raison pour laquelle on apporte ces changements, ce n'est pas pour favoriser les buts, c'est pour niveler la compétition en adaptant l'équipement à la morphologie des gardiens.
UN RISQUE DE BLESSURE ?
Tuukka Rask, le gardien des Bruins de Boston, trouve que le nouveau pantalon est plus léger et lui permet de se déplacer plus facilement. Sa seule crainte était de se sentir serré au moment de s'agenouiller.
« Si la rondelle passait entre mes jambes à cause du pantalon, ce serait un problème, dit-il. Il ne faudrait pas qu'au moment d'aller en style papillon, je sente que je bloque toutes les issues, mais que la rondelle se fraie quand même un chemin entre mes jambières.
« Si ces buts-là se mettent à entrer, ça va ôter une partie du plaisir pour les gardiens... »
Certains gardiens ont en outre évoqué un risque potentiellement plus élevé de blessure, mais ne semblent pas s'en inquiéter outre mesure.
« Ils voulaient que ce pantalon soit très serré autour de la taille et qu'il ne laisse pas de marge de manoeuvre, explique Al Montoya. Si tu reçois une rondelle à la taille, tu vas davantage la ressentir parce que le vêtement est collé sur toi. La rondelle sera moins absorbée qu'avant. »
FINIES LES ARMURES
Dans les années 90 et au début des années 2000, les gardiens de la LNH avaient un équipement qui tenait davantage de l'armure que du protecteur. Garth Snow, aujourd'hui DG des Islanders de New York, de même que le Québécois Jean-Sébastien Giguère ont été les symboles d'une époque où l'équipement des gardiens était disproportionné.
Les épaulettes et les plastrons étaient énormes, les jambières aussi, et même les chandails et les pantalons étaient surdimensionnés. C'est après le lock-out de 2004 que la ligue s'est attaquée au problème.
« Le jeu est devenu tellement rapide qu'un gardien se déplaçant avec un équipement énorme en serait venu à être une seconde trop tard, fait valoir Kay Whitmore. Même sans les changements à la réglementation, ces gardiens-là n'auraient pas survécu. Le sport les poussait naturellement vers la voie d'évitement.
Les bloqueurs ont rétréci, les mitaines ont rapetissé et les épaulettes aussi. Mais le changement le plus notable, estime Whitmore, a été de rendre la hauteur des jambières proportionnelle à la longueur des jambes. C'est une avenue qui se discutait depuis les années 80.
Là encore, il y a eu des protestations, mais les meilleurs gardiens sont ceux qui s'en sont les mieux sortis.
« Ça a forcé les gardiens à être plus rapides et plus athlétiques, observe Corey Crawford des Blackhawks de Chicago. Avoir moins d'équipement te force à bouger plus. Et maintenant, c'est plus facile de changer de pantalon que de changer de jambières ! »