mardi 9 mai 2017

La porte s'ouvre pour les Predators

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

P.K. Subban
P.K. Subban (Source d'image:Getty)
Images Gaston Therrien 2016

J'aime beaucoup le quatuor défensif des Predators de Nashville qui est appuyé par le gardien Pekka Rinne. Les P.K. Subban, Roman Josi, Ryan Ellis et Mattias Ekholm sont tout simplement dominants.
Vous me direz qu'un bon gardien a besoin d'une bonne défensive, mais je vous dirais que l'inverse est aussi vrai. Je suis impressionné de voir que cette équipe réagit très bien défensivement, ce qui donne beaucoup d'espace à l'offensive qui peut exploiter sa créativité. Malgré le fait que les Predators aient envoyé Shea Weber à Montréal l’été dernier, Nashville a la meilleure brigade défensive du circuit.
Il y a quelques années, les Predators ont osé échanger un défenseur vedette en devenir en Seth Jones aux Blue Jackets de Columbus pour l'attaquant Ryan Johansen. Cette transaction en fin de compte a aidé l'équipe qui est à quatre victoires de participer à la finale de la coupe Stanley pour la première fois.

La présence des Predators en finale de l'Ouest n'est pas une surprise pour moi. Ils pouvaient déjà compter sur un bon gardien et à partir du moment où il réalise les arrêts-clés, ça permet de bâtir en confiance. Et quand tu sais que ton gardien va faire les arrêts, ça t'incite à courir plus de risques en attaque. Pekka Rinne rend tout le monde meilleur et aide ses joueurs à aller à l'attaque. Comme vous pouvez le voir, cette équipe sera difficile à vaincre parce que défensivement, elle est alerte.
Pour les nostalgiques, je vous dirai que l'échange de P.K. Subban l'été dernier ne fait pas mal paraître le Canadien. Si c'était à refaire, je referais la même chose et je tiendrais les mêmes propos si Subban était en déjà en vacances et que Webber jouait encore. Le Canadien est éliminé, mais la transaction a été bonne pour le club. Weber a très bien fait en séries tout comme le fait actuellement P.K. et j'en suis très heureux. Le Canadien et les Predators ont échangé des défenseurs numéro un, qui ne jouent pas le même style.
La porte s'ouvre pour les Predators avec l'élimination de quelques forces dans l'Ouest notamment Chicago et Los Angeles, mais s'ils devaient se retrouver en finale contre Pittsburgh ou Washington, ça pourrait être difficile. Ce seraient des adversaires coriaces. Les Preds doivent anticiper la prochaine ronde avec confiance tout en restant concentrés.
La belle innocence des Oilers
En toute honnêteté, je ne donnais pas cher de la peau des Oilers d'Edmonton après leur déconfiture dans la cinquième partie devant les Ducks d'Anaheim. Mais les Oilers forment une équipe jeune et innocente, qui est capable de mettre de côté une défaite difficile à avaler.
Les Ducks ont appris à gagner avec le temps avec des joueurs comme Ryan Getzlaf et Corey Perry notamment. N'oublions pas non plus que cette équipe a déjà gagné la coupe Stanley. Les Oilers sont bien heureux d'avoir gagné 7-1 lors du dernier match, mais ce n'est rien de rassurant face un club expérimenté comme Anaheim.
Avec la jeunesse, le talent, la vitesse et l'innocence des Oilers, tout peut arriver. Cette équipe n'a rien à perdre. En cas de défaite, Edmonton pourra quand même se dire, "mission accomplie". Si l'équipe gagne toutefois, ce sera la grande surprise d'une équipe que bien peu d'observateurs voyaient aussi loin.
Les deux équipes ont fait voir des extrêmes dans les deux dernières parties, ce qui peut donner des maux de tête aux entraîneurs. Même le pilote de l'équipe gagnante peut avoir des maux de tête parce qu'il ignore ce que son équipe va lui offrir comme performance lors du match suivant. Todd McLellan est en droit de se demander si ses troupes ont encore de l'essence dans le réservoir après une attaque de sept buts. Humiliés, il faut s'attendre à ce que les Ducks rebondissent. Composée de fiers vétérans, cette équipe ne va pas baisser les bras facilement.
Pour le dernier match, je favorise les Ducks qui vont jouer à la maison, mais j'aimerais beaucoup voir les Oilers poursuivre leur route vers la coupe Stanley.
*propos recueillis par Robert Latendresse

Aucun commentaire:

Publier un commentaire