mercredi 1 février 2017

Le coin des rumeurs dans la Ligue nationale de hockey

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Matt Duchene
Matt Duchene (Source d'image:PC)
Le journaliste de TSN Darren Dreger avance que les Blues de St. Louis et les Coyotes de l'Arizona seront sur le marché pour faire l'obtention d'un joueur de centre.
Dreger mentionne que le désert  de l'Arizona pourrait être une destination potentielle pour Matt Duchene, de l'Avalanche du Colorado, si ce dernier devait faire la requête d'être échangé durant la saison.
Les Predators de Nashville ont également été mentionnés parmi les clubs intéressés à faire l'acquisition du rapide joueur de centre.
Les Canucks pensent à l'avenir
Les Canucks de Vancouver ont beau être au coeur de la lutte pour une place en séries éliminatoires, l'équipe de l'Ouest canadien n'aurait pas l'intention de greffer un joueur de location à sa formation pour le dernier droit du calendrier.
En entrevue à la station TSN Radio 1040, le président des opérations hockey Trevor Linden a indiqué que les Canucks ne se porteront pas acquéreurs, d'ici au 1er mars, de joueurs dont le contrat vient à échéance à la fin de la présente saison.
« Il ne fait aucun doute que nous ne serons pas actifs sur ce marché, peu importe la qualité des joueurs disponibles. Cependant, si nous voyons une opportunité d'aller chercher un jeune joueur qui nous permettrait de progresser, nous allons y penser deux fois. Mais il n'est pas question d'hypothéquer l'avenir pour une place en séries d'après-saison », a-t-il martelé.
Linden a ajouté que l'arrivée d'un club d'expansion à Las Vegas en juin prochain pourrait forcer l'équipe à envisager différemment la date limite des transactions.
Les Canucks doivent protéger les jumeaux Henrik et Daniel Sedin, de même que Loui Eriksson, ce qui leur laisse la possibilité de protéger quatre autres attaquants.
Selon TSN 1040, la formation de Vancouver pourrait devoir choisir deux joueurs d'avant sur trois parmi un trio formé de Markus GranlundJannik Hansen et Sven Baertschi.
Le statu quo à Chicago?
Après que les nombreuses transactions effectués l'an dernier n'aient pas rapporté les résultats escomptés, le directeur général des Blackhawks de Chicago Stan Bowman pourrait se montrer plus discret cette saison.
« La chimie entre les joueurs a certainement son importance dans les succès de l'équipe. D'aller chercher quelqu'un à l'externe et de tenter de lui trouver un rôle n'est pas toujours une réussite », a-t-il expliqué au quotidien Chicago Sun Times.
En février 2016, les Hawks avaient acquis Andrew Ladd, Christian Ehrhoff, Tomas Fleischmann et Dale Weise avant d'être éliminés par les Blues de St. Louis au premier tour éliminatoire.
Chicago pointe au deuxième rang de la section Centrale avec 65 points.
Du renfort à la ligne bleue pour Tampa?
Même s'il figure à l'extérieur du portrait éliminatoire pour l'instant, le Lightning de Tampa Bay ne serait pas fermé à l'idée d'acquérir un défenseur, selon notre collaborateur Pierre LeBrun.
LeBrun explique que l'état de la brigade défensive du Lightning est problématique et que Steve Yzerman pourrait être tenté d'y remédier malgré la position de sa formation au classement.

Ken Hitchcock congédié par les Blues

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 01 février 2017 à 09h21 | Mis à jour à 12h39
Ken Hitchcock... (Photo Jeff Roberson, archives Assocated Press)
Ken Hitchcock
PHOTO JEFF ROBERSON, ARCHIVES ASSOCATED PRESS
La Presse Canadienne
St. Louis
Les Blues de St. Louis ont congédié l'entraîneur-chef Ken Hitchcock. Le directeur général Doug Armstrong en a fait l'annonce, mercredi. Mike Yeo, entraîneur associé qui devait prendre la relève de Hitchcock la saison prochaine, entrera immédiatement en fonction.
Mike Yeo... (Photo Liam Richards, archives PC) - image 1.0
Mike Yeo
PHOTO LIAM RICHARDS, ARCHIVES PC
Les Blues sont l'une des déceptions du circuit Bettman cette saison, eux qui occupent actuellement la deuxième place des clubs repêchés dans l'Association Ouest, avec une fiche de 24-21-5 pour 53 points en 50 rencontres. L'équipe a subi un cinquième revers à ses six dernières sorties, mardi, s'inclinant à domicile devant les Jets de Winnipeg.
> Mathias Brunet: Bye Bye Hitch...
Reconnue comme étant une équipe à la défensive hermétique sous Hitchcock, les Blues ont accordé 28 buts dans leurs six derniers matchs et le travail des gardiens de but a été problématique depuis le début de la saison. Jake Allen, Carter Hutton et Pheonix Copley monternt un taux d'efficacité de ,887, le pire de toutes les équipes de la ligue.
La différence avec l'an dernier est frappante. Non seulement les Blues avaient-ils atteint une première finale d'association depuis 2001 - s'inclinant en six matchs devant les Sharks de San Jose -, mais ils avaient conclu la saison avec la deuxième meilleure fiche dans l'Ouest, avec 49 victoires et 107 points malgré plusieurs blessures à des joueurs clés.
Âgé de 65 ans, Hitchcock était avec les Blues depuis le 8 novembre 2011, quand il a remplacé Davis Payne. Il a mené l'équipe à la finale de l'Ouest la saison dernière et il vient au deuxième rang de l'histoire du club avec une fiche de 284-124-41 en six campagnes. L'équipe a participé aux séries à chacune de ses cinq saisons à la barre.
Il a dirigé 20 ans dans la LNH avec les Stars de Dallas, les Flyers de Philadelphie, les Blue Jackets de Columbus et les Blues. Il a gagné la coupe Stanley avec les Stars en 1999. Ses 781 victoires lui confèrent le quatrième de l'histoire de la LNH, une de moins qu'Alger Arbour.
Yeo profitera d'une deuxième chance de diriger dans la LNH. Il a été en charge du WIld du Minnesota pour cinq saisons, les guidant à trois participations en séries. Il avait toutefois été limogé après 55 rencontres lors de la dernière campagne.
Le natif de North Bay, en Ontario, a mené les Aeros de Houston à la finale de la Coupe Calder à sa seule saison dans la Ligue américaine. Il avait fait partie du groupe d'entraîneurs des Penguins de Pittsburgh pendant quatre saisons auparavant.
- Avec Associated Press

Max Pacioretty s'éclate, le Canadien triomphe

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 31 janvier 2017 à 22h06 | Mis à jour le 01 février 2017 à 09h59
Max Pacioretty célèbre avec ses coéquipiers après avoir marqué en première période.
PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE
Malgré l'écart qui sépare le Canadien et les Sabres au classement, le duel de mardi entre les deux équipes était dangereux pour le Tricolore.
D'abord, parce que l'attaque des Sabres a fonctionné à plein régime en janvier. Ensuite, parce que le CH devait intégrer un nouveau venu, Nikita Nesterov, à sa formation, de même que Greg Pateryn et Andrei Markov, qui n'avaient pas joué depuis décembre. La cohésion en défense s'annonçait problématique.
Mais comme le veut le cliché, les matchs se jouent sur la patinoire, pas sur papier. Et c'est un Canadien dominant qui s'est présenté sur la patinoire, revigoré par la pause du match des Étoiles, tandis que les Sabres, à l'exception de Jack Eichel, semblaient avoir les pieds dans le ciment.
Ça s'est soldé par un triomphe sans appel de 5-2 des Montréalais, au Centre Bell. Sans appel, car c'était 5-0 Canadien jusqu'à la 56eminute du match...
Max Pacioretty a sonné la charge pour les vainqueurs en réussissant un tour du chapeau, ses 22e, 23e et 24e buts de la saison. Il s'agit du sixième match de trois buts ou plus au cours de sa carrière.
> En vidéo: le premierle deuxième et le troisième but de Max Pacioretty
À l'autre bout, Carey Price a bloqué 37 tirs pour signer sa 23e victoire de la saison. Mine de rien, le gardien du Canadien, qui a connu une séquence difficile au tournant de la nouvelle année, présente maintenant une efficacité de ,940 à ses quatre dernières sorties.
Un trio en symbiose
Après un début de match pédestre du Canadien, le trio de Pacioretty, Phillip Danault et Alexander Radulov a pris les choses en main.
En fin de première période, Radulov s'est amené à deux-contre-un avec Pacioretty, avant de lui servir une jolie passe. Robin Lehner a tenté en vain une glissade à la Dominik Hasek, et a été battu.
En milieu de deuxième période, Radulov était encore là pour bien servir l'ailier gauche. Mais le travail de Danault derrière le but, contre le gros Marcus Foligno, n'était pas à négliger non plus. Danault a d'ailleurs obtenu sa deuxième aide du match sur le jeu.
Pacioretty a complété son tour du chapeau au dernier tiers, saisissant une rondelle élusive à quelques décimètres de Lehner. Le jeu était si confus de loin qu'il a fallu attendre de longues secondes avant le traditionnel lancer des casquettes sur la patinoire.
Des retours profitables
En plus de Markov et Pateryn, le Canadien saluait aussi le retour au jeu de David Desharnais. Et les trois revenants ont vite fait sentir leur présence.
Desharnais s'est manifesté en inscrivant le troisième but des siens. Sven Andrighetto l'a bien alimenté en interceptant la sortie de zone des Sabres, avant de lui remettre la rondelle dans l'enclave. Desharnais n'est pas réputé pour son tir, mais il en réservait tout un au pauvre Lehner.
Markov s'est quant à lui fait complice de Paul Byron, qui a porté la marque à 4-0 en fin de période médiane. Une autre sortie de zone avortée des Sabres a mené à ce but, mais cette fois, c'était surtout de la malchance. La passe du défenseur Cody Franson a en effet atteint Okposo à un pied ou à une cheville, et la rondelle est revenue en territoire des Sabres. Le pauvre Okposo peinait à patiner pour se replier, ce qui a permis aux Montréalais de travailler à leur aise en territoire ennemi.
Enfin, Pateryn n'a pas obtenu de point, mais rarement l'a-t-on vu aussi impliqué offensivement. Il a terminé sa soirée avec cinq tirs au but - plusieurs de qualité. Pas mal pour un joueur qui, à l'origine, devait patienter avant de revenir au jeu. Mais un virus a forcé Jeff Petry à rater la rencontre.
C'était aussi la rentrée de Nesterov, qui a été jumelé à Markov. Le nouveau venu du CH a disputé un match honnête, discret, passant un peu plus de 13 minutes sur la patinoire. Il a obtenu une bonne occasion de marquer en deuxième période, mais Lehner a réalisé un arrêt du gant.
Avec quatre minutes à jouer, le défenseur Dmitry Kulikov a privé Price de son troisième jeu blanc de la saison en touchant la cible. Brian Gionta a doublé la mise pour les visiteurs avec un but en avantage numérique quelques instants plus tard. 
Les hommes de Michel Therrien reprennent le collier jeudi, à Philadelphie, contre des Flyers qui se sont fait lessiver 5-1 par les Hurricanes mardi soir. Le Canadien tentera alors de signer deux victoires de suite, ce qu'il n'a pas depuis les 4 et 7 janvier.
---

Ils ont dit

Alexander Radulov: «Nous devons continuer à faire ce qu'on fait. J'aime jouer ici au Centre Bell. Même les soirs où je suis un peu épuisé, la foule me donne de l'énergie.»
Max Pacioretty: «C'est bien de revoir Andrei [Markov] avec nous. Il nous rend tous meilleurs, et le talent de gars comme lui, c'est contagieux.» 
Michel Therrien, à propos de Carey Price: «Ce soir, il a bien joué. À 2-0 ou 3-0, il a fait des arrêts clés et ces arrêts, au bon moment, aident une équipe à jouer en confiance.» 
Michel Therrien, à propos du nouveau venu Nikita Nesterov: «J'ai beaucoup aimé son match. Il a un bon sens du hockey, il patine quand même assez bien, fait une bonne première passe. Le fait de l'avoir mis avec Markov, qui communique beaucoup avec lui au banc, ça l'a aidé beaucoup pour sa confiance.»  
Brian Gionta: «On a été brouillons tout au long du match. On a commis trop de revirements, on leur accordait beaucoup trop de chances. On ne s'est pas aidés du tout.»
Jack Eichel: «Ce n'est qu'un match. C'est difficile à digérer, mais que veux-tu faire? On s'entraîne [mercredi], et on joue un autre match [jeudi]. Il faut mettre ça derrière nous. On sait qu'on n'a pas bien joué. On ne peut plus changer le résultat. Il faut retourner à la table à dessin. On sait comment il faut jouer, on ne l'a pas fait ce soir et on a reçu une correction.»
- Propos recueillis par Richard Labbé et Guillaume Lefrançois

Les Sénateurs trop généreux envers les Panthers

http://www.rds.ca/hockey/lnh/senateurs/

Sénateurs 5 - Panthers 6

SUNRISE, Fla. - Jason Demers a inscrit le but déterminant dans un filet désert à 19:25 au troisième vingt, mardi, permettant aux Panthers de la Floride de l'emporter 6-5 face aux Sénateurs d'Ottawa.
Avec le pointage 4-4, Mike Condon a voulu dégager de l'arrière de son filet, mais il a perdu le contrôle du disque. Jonathan Marchessault l'a saisi pour enfiler son 15e but de la campagne, à mi-chemin en dernière période.
Demers a marqué dans un but déserté, puis Derick Brassard des visiteurs a marqué avec 11 secondes au cadran.
Michael Matheson (deux fois), Colton Sceviour et Mark Pysyk ont été les autres buteurs des Panthers, tandis que Roberto Luongo a fait 36 arrêts.
Ryan Dzingel a réussi un doublé pour Ottawa, tandis qu'Erik Karlsson et Chris Wideman ont atteint la cible eux aussi. Condon a stoppé 28 tirs.
Une bourde qui coûte cher pour Condon
Ryan Dzingel, deux fois plutôt qu'une!

Mission accomplie pour Andrei Markov et David Desharnais

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Des revenants, un nouveau et un capitaine au sommet

Éric Leblanc
MONTRÉAL – Sans vouloir l’offusquer, à 38 ans, Andrei Markov commande le respect qui revient aux aînés. Mais le Russe ne s’est pas arrêté là à son retour d’une absence de 19 parties, il a prouvé qu’il exerce encore une influence colossale sur le rendement de son équipe.
Depuis une décennie, Markov se classe, sans l’ombre d’un doute, parmi les meilleurs passeurs de la LNH. Pourtant, l’état-major du Canadien ne l’aurait pas blâmé de renouer avec l’action tranquillement. Après tout, ce n’est pas facile de relancer la machine à fond de train à la suite d’une convalescence de plus de 40 jours, mais le principal intéressé avait d’autres intentions en tête.
« Je me suis bien senti. C'était un peu difficile lors de la première période, j'essayais de retrouver le rythme, mais après ça tout s'est bien passé », a déclaré Markov qui ne s'est pas éternisé devant les journalistes.
Même s’il était jumelé à Nikita Nesterov, la nouvelle acquisition du CH, Markov n’a pas tardé à s’imposer et il a complété une soirée très encourageante avec une superbe passe sur le but de Paul Byron, le quatrième de son équipe.
« Sa présence aide à placer les gars plus dans leur "chaise". Il a tellement d’expérience, il est très cérébral dans sa manière de jouer que ça n’a pas paru tant que ça qu’il avait manqué longtemps », a raconté Michel Therrien qui a profité de l’occasion pour vanter le rôle de grand frère joué par Markov auprès de Nesterov.
« C’est sûr que ça aide notre équipe qu’il soit de retour, on a manqué son apport dans certains aspects de notre jeu. »
Jeu de Gaston : la relance de Markov
On avait beau se diriger dans toutes les directions du vestiaire du CH, tous les joueurs sondés étaient épatés par les capacités de leur vétéran à la ligne bleue.
« Il est vraiment incroyable, c’est un fin passeur. Il est un coup en avant des autres, c’est comme s’il savait ce que les autres allaient faire. On l’a vu sur le but, mais il coupe aussi des jeux de l’adversaire et il relance si bien l’attaque. C’est une pièce très importante de notre équipe », a convenu David Desharnais qui vivait un retour différent.
Leurs habiletés ne se comparent point, mais Paul Byron s’est également rendu dans la LNH en utilisant bien son cerveau pour compléter ses atouts. Selon lui, Markov se démarque de la moyenne. 
« C’est l’un des joueurs les plus intelligents de la LNH. Tu regardes ce qu’il fait sur la patinoire et il accomplit tellement de petites choses de la bonne façon. C’est un bel exemple pour les plus jeunes. Son influence est énorme et je ne crois pas qu’il obtient assez de crédit », a témoigné Byron.
En dépit de sa brève expérience au sein de l’organisation montréalaise, Phillip Danault avait déjà une idée du répertoire de Markov. En pouvant jouer avec lui, il en apprécie encore plus les qualités.
« La relance, l’exécution, il contribue dans tous les aspects du jeu. On a toujours besoin d’un bon passeur comme ça, un quart-arrière sur le jeu de puissance en plus.
Les manchettes des experts
Quand on lui a fait remarquer que Markov pouvait avoir des similitudes de passeur avec Duncan Keith, son ancien coéquipier à Chicago, Danault a tenu à préciser une chose.
« Markov, c’est LE passeur, il est toujours précis, il atteint toujours la bonne place pour nos tirs sur réception. Il se sert bien de son expérience aussi », a mentionné Danault. 
Quant à Max Pacioretty, il a le privilège de jouer avec Markov depuis son année recrue en 2008-2009. Le capitaine du Canadien demeure tout de même fasciné par un élément.
« Je l’ai déjà dit, mais tout le monde a de la chimie avec Markov et on ne dit pas souvent ça pour un défenseur ou un attaquant. Ça ne prend pas de temps à un joueur pour avoir de la cohésion avec lui parce qu’il est tellement créatif tout en choisissant toujours le bon jeu », a ciblé le capitaine.
« Il est tellement patient avec la rondelle, ça ne se répercute pas seulement sur les autres défenseurs, mais sur les attaquants également. Quand des gars de cette trempe reviennent dans la formation, ça aide les autres, c’est contagieux », a enchaîné le numéro 67 qui venait de se faire remettre les trois rondelles de son tour du chapeau de la main de Michel Lacroix.
« C’est bon pour mon mental »
Tandis que Markov était assuré de reprendre un rôle clé au sein de la brigade défensive montréalaise, Desharnais devait envoyer des signaux convaincants à son entraîneur.
En effet, Therrien pourrait bien l’écarter de la formation s’il ne présente pas un rendement de qualité.
Comment saluer un retour?
L’attaquant de 30 ans n’avait pas besoin qu’on lui explique la situation, il sait que la suite des choses sera déterminante pour lui. Le but qu’il a marqué lui a donc enlevé une grande dose de pression.
« C’est certain, mais on sait que tu es aussi bon que le dernier match que tu as joué. C’est un jour à la fois dans mon cas. Je veux juste jouer et j’aborde ça une partie après l’autre », a confié Desharnais qui ressentait de la nervosité mardi matin.
Les papillons dans le ventre de Desharnais auraient pu décrire comment il s’est senti après ce but de toute beauté.
« J’étais très heureux, c’est soulageant de revenir et de marquer un but comme ça. C’est bon pour mon mental de savoir que je l’ai encore deux mois après. Ça redonne de la confiance plus vite », a convenu le gaucher.
Au terme d’une prestation encourageante, Desharnais pouvait bien rire du fait qu’il a légèrement peiné à retrouver ses repères tôt dans la soirée. 
« Oui, j’ai eu un peu de misère au début. Je me suis retrouvé sur le derrière quelques fois,  mais, somme toute, je suis content », a conclu Desharnais.