mardi 14 février 2017

Galchenyuk supérieur à Duchene?

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Alex Galchenyuk
Alex Galchenyuk (Source d'image:Getty)

Alors que les ennuis du Canadien se poursuivent au moment d’entamer sa semaine de congé, les rumeurs commencent à courir sur ce que le directeur général Marc Bergevin pourrait faire pour mettre fin à l’hémorragie.
Connaissant de sérieux ennuis depuis son retour, Alex Galchenyuk est également au milieu de plusieurs rumeurs de transaction. Certains suggèrent qu’il pourrait faire partie d’un échange potentiel permettant à Matt Duchene de quitter le Colorado. Duchene est définitivement le joueur le plus établi, mais il est également trois ans plus vieux que Galchenyuk, ce dernier venant de fêter ses 23 ans le 12 février dernier.
Duchene est sous contrat pour trois autres saisons au prix raisonnable de 6 millions par année, mais ses meilleures années arriveront plus rapidement à leur terme – tout comme son autonomie complète – que pour Galchenyuk. Pour qu’un tel échange ait un sens, il faudrait que Duchene soit un joueur significativement supérieur à Galchenyuk à ce jour. La question est à savoir si c’est le cas ou non.
Pour le savoir, nous devons étudier la question sous divers angles. Commençons par comparer chacun de ces deux joueurs à leurs coéquipiers lors des deux dernières saisons, en gardant à l’esprit que Galchenyuk évolue pour une équipe ayant beaucoup plus de profondeur, ce qui fait qu’il lui est beaucoup plus difficile de sortir du peloton que pour Duchene au Colorado. Comme d’habitude, les taux de revirements sont inversés, signifiant que les taux positifs sont bons et les taux négatifs sont mauvais.
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene (Source: RDS)

Galchenyuk fait légèrement mieux quant au différentiel de Corsi comparativement à ses coéquipiers, mais il se classe derrière Duchene quant au différentiel de buts pour. Cependant, en se référant aux buts attendus, une donnée développée par Emmanuel Perry de Corsica.Hockey afin de mieux prédire le différentiel de buts à venir en se basant sur le type de lancer et leur qualité, Galchenyuk se démarque positivement de Duchene. Cela suggère que la chance a davantage été du côté de Duchene (comparativement à ses coéquipiers bien sûr, l’Avalanche étant épouvantable) que de Galchenyuk.

Lorsqu’il est en possession du disque, Galchenyuk est un joueur significativement moins à risque, commettant un peu moins souvent un revirement que ses coéquipiers, alors que Duchene fait un peu moins bien que la moyenne de son équipe. Galchenyuk est aussi un excellent passeur.
Une chose à noter quant à la gestion du disque de Galchenyuk est qu’il commet moins de revirements cette saison que l’an dernier, alors que le Canadien est globalement une équipe commettant davantage de revirements cette année. Cela pourrait indiquer qu’il est davantage appliqué par rapport à ses responsabilités défensives, chose pour laquelle il ne reçoit pas le crédit.
Au-delà de leur succès sur la patinoire, observons les actions que chacun de ces deux joueurs exécute. Ainsi, étudions leur force de frappe offensive comparativement à leurs coéquipiers.
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene (Source: RDS)

À forces égales, Duchene fait mieux quant à la quantité, même si le tir moyen de Galchenyuk est plus menaçant que celui de Duchene. Il demeure que le nombre de tirs est aujourd’hui le principal facteur permettant de déterminer le nombre de buts marqués dans la LNH. Vous ne voyez tout simplement pas beaucoup de joueurs marquant un grand nombre de buts à égalité numérique sans tirer à profusion.
Ceci étant dit, Galchenyuk possède un avantage encore plus grand par rapport à Duchene quant à son habileté à rejoindre ses coéquipiers et à générer des chances de marquer, faisant partie de l’élite de la LNH dans ces catégories. Ce qui est le plus surprenant est que Duchene est de loin le meilleur patineur des deux, un des meilleurs de la LNH, mais que Galchenyuk est plus actif en contre-attaque par une marge importante. Cela suggère que Duchene est rapide, mais que l’instinct de Galchenyuk peut être légèrement supérieur à pleine vitesse.
Duchene est présentement à son meilleur et son jeu n’a pas beaucoup changé d’année en année, contrairement à Galchenyuk. Celui-ci est plus concentré sur ses habiletés de passeur à égalité numérique et il lance moins souvent, une période coïncidant avec sa transition au poste de centre. Peu importe que cela soit quelque chose que le Canadien lui ait demandé ou non, il est intéressant de noter qu’il est passé d’un passeur respectable à un excellent passeur en une très courte période de temps.
Finalement, nous devons regarder leur production offensive pour voir comment le talent de chaque joueur et leur prise de décisions se traduisent offensivement.
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene
Tableau comparatif Galchenyuk/Duchene (Source: RDS)
À égalité numérique, Duchene et Galchenyuk furent relativement égaux. Duchene a produit légèrement plus ces deux dernières années, se classant 11e et 15e dans la LNH chez les centres pour les points récoltés à forces égales pour chaque minute jouée. Cependant, Galchenyuk a généré davantage d’offensive à égalité numérique, étant sur la patinoire pour presque un but pour par tranche de 20 minutes jouées.

Où il est possible de départager ces deux joueurs, c’est sur l’avantage numérique. Galchenyuk est devenu un tireur d’élite sur l’avantage numérique, usant de son tir sur réception et de ses habiletés de passeur pour démolir les équipes adverses, malgré un avantage numérique relativement faible de la part du Canadien ces deux dernières années.

L’avantage numérique du Colorado a été bien pire que celui du Canadien ces deux dernières saisons, mais Duchene a bien fait malgré cela. Il n’a toutefois pas élevé son jeu comme Galchenyuk a su le faire et il n’a pas souvent changé la donne d’une rencontre sur l’attaque à cinq.
Ce qui rend un joueur dangereux sur l’avantage numérique ne semble pas être la même chose qu’à forces égales. Il faut être un peu plus spectaculaire et compter sur davantage d’outils afin que les joueurs en défensive commencent à douter d’eux-mêmes.
Maintenant que tout ceci est dit, il n’y a pas réellement de preuve convaincante que Duchene est définitivement supérieur à Galchenyuk à ce jour, même si sa vitesse pourrait se prêter au style du Canadien qui dégage fréquemment son territoire lors des sorties de zone avant de tenter de récupérer le disque en zone neutre. En se référant à leurs âges, il est plus que probable que Galchenyuk sera le meilleur joueur des deux dans le futur.
Le problème de Galchenyuk ne fut jamais la qualité de son jeu, il s’est continuellement amélioré offensivement et défensivement ces dernières années. Cependant, il ne semble pas en mesure de gagner la confiance du personnel d’entraîneurs pour une période prolongée, à moins d’être extraordinaire.
Les marqueurs connaissent des hauts et des bas au hockey. Connaître une léthargie ne signifie pas nécessairement qu’un hockeyeur joue mal. Aussitôt que Galchenyuk fait face à une embûche, il semble qu’il n’a plus le temps de jeu nécessaire pour se remettre sur le droit chemin et retrouver son meilleur niveau. Il faut laisser Galchenyuk respirer. Il sera alors exactement ce qu’il fut pour le Canadien depuis maintenant trois saisons : leur meilleure option au centre.

Déçu du congédiement de Michel Therrien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Michel Therrien congédié : Sa carrière montréalaise


Je suis très déçu que Michel Therrien ait été congédié par le Canadien de Montréal.
Premièrement, il y a eu tellement de blessés depuis le début de l’année, et malgré tout, il a réussi à maintenir l’équipe au premier rang de sa division.
Deuxièmement, je trouve qu’avant de congédier un entraîneur, tu dois lui donner des armes afin d'avoir un argument pour le congédier. Marc Bergevin n’a pas fait de transaction majeure au cours de la présente campagne. Il en a fait une cet été avec Shea Weber et P.K. Subban, mais aucun attaquant de puissance ou un autre défenseur important s'est greffé à l'effectif depuis pour l’aider.
Donc oui, ça me déçoit, mais ça reste qu’en tant que directeur général, tu dois prendre des décisions et les assumer. Marc Bergevin croyait fermement qu’un changement d’entraîneur allait certainement relancer l’équipe et l’aider à participer aux séries éliminatoires. Même s’ils sont toujours premiers dans la section Atlantique, on sait que le classement se resserre. Pour lui, c’était la meilleure solution.

Claude Julien, un peu comme dans le cas de Michel Therrien, connaît déjà la philosophie du Canadien, comment ça fonctionne, et il sait d’avance qu’à Montréal, ce n’est pas facile. Claude Julien va nous dire qu'il n'y a pas de problème et qu'il est habitué à tout cet environnement de travail, mais c’est dans six mois ou un an, quand les journalistes vont le harceler tout dépendant des performances de l’équipe qu’il pourrait trouver ça moins drôle. Sauf que Claude Julien, c’est un gagnant d’une coupe Stanley, c’est un excellent entraîneur, et en plus il parle deux langues, soit l'anglais et le français.
Pour le Canadien de Montréal, le meilleur entraîneur disponible était certainement Claude Julien. Claude Julien n’a rien à voir avec le congédiement de Michel Therrien. À partir du moment où un entraîneur est congédié, l’autre a le droit d’être engagé.
Je serais très surpris que d’autres changements surviennent au sein du personnel et que Claude Julien change les entraîneurs adjoints.
Kirk Muller est un bon entraîneur avec l’avantage numérique, c’est un ancien capitaine, et il le connaît très bien. Même chose pour Jean-Jacques Daigneault avec les défenseurs.
Peut-être que Claude Julien va demander à avoir un entraîneur de son choix, ça arrive souvent, sauf que maintenant, dans le cas du Tricolore, on compte déjà sur des anciens du Canadien et des anciens joueurs. Peut-être que Claude Julien va les rencontrer pour discuter avec eux et pour s’assurer que les philosophies se rejoignent, mais je serais très surpris qu’il y ait d’autres changements majeurs, outre une possible transaction.

Marc Bergevin passe à l'action : Julien à la place de Therrien

Mario Tremblay : « Si Carey Price a fait exprès... Wow! »

Michel Therrien congédié : Réactions de B. Brunet et F. Gagnon

Jason Pominville nommé première étoile de la semaine

http://www.lapresse.ca/sports/hockey/

Publié le 13 février 2017 à 13h41 | Mis à jour le 13 février 2017 à 13h41

Jason Pominville (29) a  amassé six passes et huit points... (Photo Tony Gutierrez, AP)
Jason Pominville (29) a  amassé six passes et huit points en quatre rencontres
.PHOTO TONY GUTIERREZ, AP
La Presse Canadienne
NEW YORK
L'ailier Jason Pominville du Wild du Minnesota a été décoré de la première étoile de la semaine dans la Ligue nationale de hockey (LNH) après avoir amassé six passes et huit points en quatre rencontres.
Le gardien Jake Allen des Blues de St. Louis et l'ailier Viktor Arvidsson des Predators de Nashville ont obtenu les deux autres mentions d'honneur.
Pominville a permis au Wild, meneur de l'Association Ouest, de compiler une fiche de 3-0-1. Il a notamment connu son quatrième match de quatre points en carrière lors d'une victoire de 4-2 contre les Jets de Winnipeg.
Il a ensuite obtenu une mention d'aide lors de la défaite de 4-3 en prolongation contre les Blackhawks de Chicago et une autre lors du gain de 2-1 en fusillade contre le Lightning de Tampa Bay. Il a conclu sa semaine avec une récolte de deux passes quand le Wild a vaincu les Red Wings de Detroit 6-3.
Allen a savouré la victoire à ses trois matchs. Il a maintenu une moyenne de 1,00, un pourcentage d'efficacité de ,967 et obtenu un blanchissage.
Arvidsson a partagé le premier rang de la ligue dans la colonne des buts (5) et s'est classé deuxième pour les points (7). Il a notamment obtenu son premier tour du chapeau en carrière lors d'une défaite de 7-4 contre les Panthers de la Floride.