jeudi 23 février 2017

Ron Hainsey poursuivra sa carrière à Pittsburgh

https://25stanley.com/

  
Ron Hainsey
Ron Hainsey a changé d’adresse. Le défenseur des Hurricanes a été échangé aux Penguins de Pittsburgh en retour d’un choix de deuxième tour en 2017 et de Danny Kristo, a rapporté Renaud Lavoie sur son compte Twitter.
L’ancien espoir des Canadiens de Montréal, maintenant âgé de 26 ans, n’a jamais fait le saut dans la Ligue nationale de hockey.
Quant à Hainsey, âgé de 35 ans, a amassé 14 points (4 buts et 10 passes) en 56 matchs avec les Hurricanes cette saison. D’ailleurs, les Canes gardent 50 % du salaire de l’ancien choix de premier tour du Tricolore en 2000 dans l’échange avec les Penguins.
La direction des Pens a payé cher pour un hockeyeur comme Ron Hainsey. Tout indique que le prix pour acquérir des joueurs sur le marché des transactions sera extrêmement élevé.

Le carrefour des légendes

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Toe Blake, Émile Bouchard, Maurice Richard et Jean Béliveau
Toe Blake, Émile Bouchard, Maurice Richard et Jean Béliveau (Source d'image:RDS)

Il n’y a jamais eu un secret mieux gardé que celui-là.
Vous est-il déjà arrivé de déambuler dans un quartier où chaque rue vous rappelle un héros sportif? Vous marchez sur la rue Maurice Richard, disons, puis vous croisez la rue Jacques Plante, puis la rue Toe Blake, puis la rue Jean Béliveau, puis…
Impossible, direz-vous? Pourtant, ça existe vraiment et pas très loin de Montréal. À Vaudreuil-Dorion, on a créé une sorte de carrefour des légendes où quelques-uns des plus grands joueurs dans l’histoire du Canadien, qui n’ont même jamais traversé cette ville, ont pourtant leur rue bien à eux.
Même Maurice Richard. Bien oui, même le Rocket y a la sienne, lui qui n’a jamais eu droit à pareille reconnaissance à Montréal.
En 2006, j’avais humblement suggéré qu’on donne son nom au tronçon de la rue La Gauchetière qui mène à l’entrée principale du Centre Bell. L’ex-administration du maire Gérald Tremblay avait dit ne pas fermer la porte à cette proposition. Toutefois, le responsable de la toponymie de la ville avait indiqué qu’aucune demande ne lui avait été présentée à cet effet. On peut présumer que le projet, qui allait mener à « l’Avenue des Canadiens-de-Montréal », était déjà en voie de réalisation. Néanmoins, on s’explique mal encore que Maurice Richard, 47 ans après sa retraite et 17 ans après sa mort, n’ait toujours pas trouvé une niche dans la ville qu’il a dignement représentée, sur la patinoire comme à l’extérieur.
Il n’y a donc qu’une seule rue Maurice-Richard dans tout le Québec et c’est à Vaudreuil-Dorion, en Montérégie, qu’elle se situe. Le Rocket n’y est pas seul. Dans cette municipalité, née de la fusion de Vaudreuil et de Dorion, on a érigé un secteur qui prend presque la forme d’un panthéon. Pas moins de 17 rues d’un même quartier portent le nom d’un ancien membre du Canadien.
Au départ, cette idée a été celle d’un promoteur, Groupe immobilier Vaudreuil, dont le propriétaire était un ardent partisan du Canadien. Il a  donc donné un coup de chapeau à huit joueurs pour lesquels il avait beaucoup d’admiration. D’ailleurs, ceux qu’il a choisis témoignent probablement de l’âge du promoteur puisqu’ils appartiennent tous à des époques lointaines. Ce qui explique sans doute pourquoi Guy Lafleur n’est pas du nombre.
« Dans le temps, on demandait aux promoteurs de nous proposer des thématiques avant l’érection de nouveaux quartiers. Groupe immobilier Vaudreuil nous a suggéré des noms de joueurs de hockey, explique Jean Saint-Antoine, greffier de la ville. Nous avons demandé aux promoteurs suivants de continuer dans la même veine, de sorte que les noms de neuf autres anciennes gloires du Canadien sont venus plus tard se greffer à ce projet. »
En 2003, les premières rues de cet environnement se sont enrichies des noms de Toe Blake, Jacques Plante, Jean Béliveau, Elmer Lach, Newsy Lalonde, Claude Provost, Léo Gravelle et Frank Selke. Plus tard, se sont ajoutées celles de Bill Durham, Jean-Claude Tremblay, Émile Bouchard, Lorne Worsley, Aurèle Joliat, Sylvio Mantha, Phil Goyette, Howie Morenz et, évidemment, Maurice Richard.

Quand on vous parle d’un secret bien gardé, même les familles de ces athlètes aimés et respectés n’ont pas été avisées de l’hommage qu’on leur a rendu dans une trop grande discrétion, faut-il le dire. Il n’y a jamais eu d’inaugurations spéciales ou de réceptions pour les gens concernés, avec vin et petits canapés. Pas même un coup de fil pour leur souhaiter la bienvenue.
C’est par un pur hasard, en effectuant des recherches pour un récent papier sur Claude Provost, que j’ai découvert qu’il y avait une rue à son nom à Vaudreuil-Dorion. C’est un détail qui a capté mon attention parce que l’ex-ailier droit du Canadien n’a jamais résidé dans cette ville.
« Je l’ai moi-même appris en lisant l’article sur mon père sur le site de RDS, fait remarquer Claude Provost, fils. J’ai douté qu’il s’agissait de lui. J’ai plutôt pensé que c’était le nom d’un politicien. Il y a déjà eu un projet d’aréna pour lui à Saint-Lin, mais cela ne s’est pas matérialisé. Je pense qu’on peut être fier aujourd’hui qu’une rue porte son nom. »
Phil Goyette, lui, qui habite Lachine depuis des lunes, l’a appris par hasard. « C’est mon partenaire de golf, qui habite dans le coin, qui me l’a annoncé », mentionne-t-il.
Dans le cas du Rocket, son fils, Maurice Richard junior, avait déjà eu des échos de l’affaire, mais la famille n’en avait jamais été informée. Néanmoins, on ne s’offusquera pas de cet « oubli » quand cette ville, qui a rendu pareil hommage à l’idole d’un peuple, est la seule à l’avoir fait au Québec.
Une seule famille, celle d’Émile Bouchard, est allée sur place pour témoigner visuellement de l’écriteau confirmant le nom de l’artère. Pierre Bouchard et son fils Émile s’y sont rendus à l’invitation d’un ami, le promoteur immobilier, qui est aussi l’un des organisateurs du tournoi annuel de golf Toe Blake, au profit de la Société Alzheimer de Montréal, qui se tient au club Summerlea, à Vaudreuil-Dorion.
« Nous avons pris un café, on nous a offert un certificat cadeau de 50$ dans un restaurant et nous sommes repartis », explique Pierre Bouchard, un sourire en coin.
On ne peut pas dire que cette ville ait saisi cette occasion en or de bénéficier d’une grande visibilité en créant ce quartier probablement unique en Amérique, sinon sur la planète. D’ailleurs, on ne sait trop pourquoi elle ne l’a pas fait. À en juger par la réaction de la municipalité, il semble tout simplement qu’on n’y ait pas pensé.
« Nous ne sommes pas à Brossard. Notre secteur n’est pas habité par des joueurs de hockey », dit simplement Jean Saint-Antoine.
Le quartier DIX30, qui accueille le Complexe sportif Bell de Brossard, n’est pas à la veille de baptiser une rue en l’honneur d’un joueur du Canadien. Avant d’être considéré comme une légende, il faut d’abord avoir beaucoup gagné. Or, on est à une époque où participer aux séries éliminatoires est déjà considéré comme un exploit.
À Vaudreuil-Dorion, des 17 athlètes immortalisés, 13 sont intronisés au Panthéon de la renommée du hockey et les quatre autres se partagent 18 coupes Stanley.

Les Ducks ont battu les Bruins 5-3

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Bruins 3 - Ducks 5


ANAHEIM, Calif. - Rickard Rakell a brisé l'égalité alors qu'il ne restait que 2:34 à jouer en troisième période et les Ducks d'Anaheim ont défait les Bruins de Boston 5-3, mercredi soir.
Rakell a aussi touché la cible en deuxième période et l'attaquant des Ducks revendique maintenant 24 buts cette saison. Ondrej Kase, Josh Manson et Andrew Cogliano ont aussi enfilé l'aiguille pour les locaux. Jonathan Bernier a repoussé 26 rondelles et il a signé une première victoire depuis le 23 janvier.
Frank Vatrano a créé l'égalité en troisième période pour les Bruins, qui ont vu leur séquence de quatre victoires prendre fin. Ils n'avaient toujours pas perdu depuis que Bruce Cassidy a remplacé Claude Julien au poste d'entraîneur-chef de l'équipe, le 7 février. Les défenseurs Brandon Carlo et Zdeno Chara ont aussi fait bouger les cordages tandis que Tuukka Rask a stoppé 20 lancers.
Les Ducks ont vaincu les Bruins pour une septième fois consécutive.

Les Oilers ont défait les Panthers 4-3 grâce à trois buts de défenseurs

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

Oilers 4 - Panthers 3


SUNRISE, Fla. - Kris Russell a fait bouger les cordages pour une première fois en plus d'un an, alors qu'il ne restait que 7:58 à jouer, et les Oilers d'Edmonton ont défait les Panthers de la Floride 4-3, mercredi soir.

Le but de Russell était son premier depuis le 11 février 2016, alors qu'il évoluait pour les Flames de Calgary. Il n'avait pas touché la cible à ses 48 premières parties dans l'uniforme des Oilers.
Son coéquipier défenseur Oscar Klefbom a également trouvé le fond du filet pour les Oilers, tout comme Ryan Nugent-Hopkins et Zack Kassian. Le meilleur pointeur de la LNH, Connor McDavid, a amassé une aide dans la rencontre.
Aleksander Barkov, Colton Sceviour et Jonathan Marchessault ont répliqué pour les Panthers, qui ont vu leur série de cinq victoires prendre fin. Keith Yandle s'est fait complice de deux réussites des siens et il a atteint le plateau des 400 points en carrière.
Cam Talbot a stoppé 31 rondelles devant la cage des Oilers alors que James Reimer en a fait tout autant, devant le filet des Panthers.
Doublé de Kuznetsov dans la victoire
Sommaire
Evgeny Kuznetsov a inscrit deux buts, Braden Holtby a réalisé 33 arrêts et les Capitals de Washington ont battu les Flyers de Philadelphie 4-1.
Nicklas Backstrom et T.J. Oshie ont également enfilé l'aiguille pour les Capitals, qui ont mis fin à une série de deux revers. Les hommes de Barry Trotz occupent le premier rang de la LNH au chapitre des points.

Capitals 4 - Flyers 1








Brayden Schenn a été l'unique buteur des Flyers, qui montrent un dossier de 2-5 à leurs sept derniers matchs. Michal Neuvirth a repoussé 25 rondelles dans la défaite.
Backstrom a procuré une avance de 1-0 aux Capitals en première période lorsqu'il a marqué son 18e but de la campagne. Il a décoché un tir des poignets du haut du cercle droit que Neuvirth n'a pu stopper.