lundi 20 mars 2017

Barberousse et le CH suivent le même chemin

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Un boulet de Benn

Éric Leblanc

MONTRÉAL – La soirée de Jordie Benn dans le match retour contre les Sénateurs d’Ottawa prouve à quel point les choses fonctionnent bien pour le Canadien par les temps qui courent.
Revenons en première période alors que le CH s’est emparé d’une avance de 1-0 en moins de 30 secondes. Quatre minutes plus tard, Benn joue de malchance et fait dévier un lancer de Tom Pyatt derrière Carey Price qui n’y pouvait.
Benn sentait bien mal par rapport à cet impair, mais, avant même de retraiter au vestiaire pour le premier entracte, ce fut à son tour de profiter d’un rebond sur un adversaire pour relancer sa formation.

« J’ai été chanceux, je pense que la rondelle a même gagné de la vitesse après avoir frappé le bâton d’un adversaire et rebondi sur la patinoire », a déclaré Benn en riant de son tir peu puissant.
Mais ce qui était encore plus drôle, c’était de voir le regard amusé que Benn a lancé à Price après avoir redonné l’avance à son club. Il semblait lui dire : « Je te l’avais dit, j’ai réparé ma gaffe. »
« On avait parlé du but qui a dévié sur mon bâton. On en riait un peu parce que c’était malchanceux. Finalement, la chance est revenue de notre côté avec mon but et on s’en amusait », a expliqué l’ancien défenseur des Stars de Dallas.
Les débuts de Benn avec le Tricolore reflètent également ce qui se passe au sein de l’organisation. Le numéro se débrouille bien tout comme la troupe de Claude Julien. Ce dernier est ravi de la contribution de « Barberousse ».
« D’abord, dès qu’il est arrivé ici, on pouvait sentir qu’il était excité de débarquer à Montréal. Il était vraiment content, ça paraissait dans sa voix, ses yeux et son visage. Il voulait faire partie de cette équipe. Il a une personnalité qui lui a permis de s’intégrer facilement », a expliqué l’entraîneur.
« Il a eu un immense impact, il procure cette touche de rudesse. Il contribue même offensivement et il a une personnalité géniale dans le vestiaire. Il est rapidement devenu un atout pour nous », a proposé Carey Price.
Évidemment, Benn gagne aussi des points quand il n’hésite pas une fraction de seconde pour se porter à la défense de Price qui est bousculé ou d’Alexander Radulov qui est pris avec un opposant trop insistant.
« C’est juste amusant de sauter dans le tas quand une mêlée démarre. J’ai vu Radulov se faire pousser et je me suis assuré de m’impliquer », a commenté le gaucher.
« Les gars l’aiment beaucoup, c’est un gars d’équipe, il va faire tout ce qu’il peut pour aider. Il bloque beaucoup de lancers, il est physique, il gère bien la rondelle et tout ça fait qu’il est un bon atout pour notre équipe. C’est un joueur qui est devenu très important dans notre brigade défensive », a exprimé Julien.
« Il a un bon sens de l’humour, il aime rire et s’amuser. Mais, quand il vient pour jouer, il est très concentré sur le match. C’est ce que j’aime de ces joueurs, ils sont capables de séparer le travail et le fait de profiter de la vie », a ajouté le pilote d’expérience.
Parlant de son humour, voici comment il a répondu quand on lui a fait remarquer qu’il a compté deux buts depuis le 4 mars comparativement à un seul pour son frère, le redoutable marqueur Jamie Benn.
« Ça va définitivement changer bientôt ! Disons que c’est un peu de chance, les gars me rendent ça plutôt facile. Je ne vais pas le taquiner, parce que je suis certain que ça reviendrait me hanter un jour », a-t-il lancé amusé par le tout.
Gallagher apprend encore grâce à Plekanec
Tranquillement, Brendan Gallagher retrouve son identité et ce ne serait pas étranger à son association avec Tomas Plekanec.


Un cadeau à 28 secondes








« Pleky est un joueur très intelligent et j’en apprends encore beaucoup en jouant à ses côtés. C’est facile de faire mon travail avec lui », a mentionné Gallagher qui a résisté à tous les coups de Marc Methot dans ce deuxième match.
« Il a été très bon, on était confronté au trio de (Kyle) Turris pendant la majorité de la partie. Il ne triche pas sur la patinoire et il a été récompensé aussi du côté offensif », a enchaîné Gallagher sur le rendement de son joueur de centre.
Bien sûr, Plekanec était heureux de sa performance, mais il n’est pas du style à s’emballer. Selon lui, il fallait plutôt retenir la façon dont le Canadien s’est comporté. 
« Je trouve qu’on a joué de manière intelligente, on a bien réagi avec la rondelle. On n’a pas concédé beaucoup de chances à l’autre équipe et Carey a effectué tout un arrêt quand ce fut le cas », a analysé le numéro 14.
Trop d’accent sur cette série de deux matchs?
Si la plupart des intervenants considéraient que les deux affrontements contre les Sens étaient cruciaux, Plekanec a préféré relativiser le tout. 


Deux en deux face aux Sens
« Les deux victoires sont importantes, mais je crois que l’ampleur de cette série a été un peu exagérée. C’est important de finir au premier rang, mais c’est l’accès aux séries qui compte avant tout », a-t-il voulu rappeler.
Tout de même, la détermination démontrée par le Canadien a plu à plusieurs personnes.
« Quand on joue avec le sentiment de désespoir, ça fait souvent ressortir le meilleur des joueurs et c’est ce que j’ai constaté dans nos deux matchs. Il faudra continuer de la même façon », a souhaité Shea Weber. 
Julien a exprimé le même désir en ajoutant des nuances. 
« J’espère qu’on va continuer de cette manière. Je ne dis pas que nous sommes parfaits. Par exemple, notre jeu de puissance doit s’améliorer et on va travailler là-dessus. Il y a beaucoup de place pour l’amélioration. Ce n’est pas une mauvaise chose parce que ça veut dire qu’on peut être meilleur. Mais j’aime le chemin qu’on emprunte, on trouve des manières de gagner et on démontre du caractère », a jugé Julien.
« La chose la plus importante, c’est de ne pas se satisfaire de notre niveau actuel et de vouloir progresser encore. On n’a pas encore atteint notre sommet (peeké) parce qu’on peut encore s’améliorer. Il faut garder les pieds sur terre, mais on a quand même du plaisir à jouer ces temps-ci », a conclu l’entraîneur qui possède un dossier de 10-4 à la barre du Tricolore.