mercredi 26 avril 2017

L'entraîneur adjoint Clément Jodoin quitte son poste avec le Canadien

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/lnh

« Je voulais tenter d'autres avenues »


MERCREDI, 26 AVR. 2017. 10:10 (MISE À JOUR : MERCREDI, 26 AVR. 2017. 11:03)

MONTRÉAL - L'entraîneur adjoint Clément Jodoin a décidé de quitter le Canadien de Montréal.
L'homme de 65 ans a avisé la direction du club « qu'il désirait poursuivre d'autres avenues après une longue association avec le Canadien ».

C'est le directeur général Marc Bergevin qui en a fait l'annonce, par communiqué.
Jodoin passé les cinq dernières campagnes dans le poste d'adjoint à Montréal, poste qu'il avait également occupé pour cinq autres années de 1997 à 2001, ainsi que lors de la saison 2002-2003. Il a de plus oeuvré au sein du personnel de recrutement et du développement de l'équipe entre 2000 et 2002.
Il a également dirigé le club-école de la Ligue américaine, les Bulldogs de Hamilton, pendant une saison, en 2011-12.
La carrière d'entraîneur de Jodoin s'est étendue sur plus de 30 ans. Il a fait ses premiers pas à la tête des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières, en 1983-1984 et il a rapidement goûté à la LNH, obtenant un poste d'adjoint chez les Penguins de Pittsburgh, en 1987-1988.
Jodoin a également dirigé dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, où il a été nommé deux fois entraîneur de l'année en plus de recevoir le même honneur dans la Ligue canadienne de hockey en une occasion. En 2008, il a été sélectionné pour occuper un rôle d'adjoint au sein d'Équipe Canada junior en vue Championnat mondial junior, où il a remporté une médaille d'or.
Il a également travaillé dans l'organisation des Nordiques de Québec de 1990 à 1994, pilotant les Citadelles de Halifax de 1990 à 1992 avant de devenir entraîneur adjoint avec les Nordiques de 1992 à 1994.

« Jodoin, c'était la tête de hockey »

Les Sénateurs devraient éliminer les Rangers

http://www.rds.ca/hockey/lnh

Sénateurs
Les joueurs des Sénateurs célèbrent la victoire. (Source d'image:PC)

Alain Sanscartier
« Non, ce n'est pas un canular »! Les Sénateurs d'Ottawa, forts d'une victoire de 4-2 dans leur série les opposant aux tenaces et résilients Bruins de Boston, devraient être en mesure d’éliminer les Rangers de New York dans cette série demi-finale de conférence.

Pourquoi? Parce que plusieurs joueurs de premier niveau tels que Derick Brassard et Bobby Ryan ont été en mesure de prendre les choses en main au cours de « l'autre saison » du côté de la formation ottavienne et alors que la pression est à son paroxysme. Pour poursuivre leur chemin, les Sénateurs devront toutefois faire preuve de beaucoup de constance, et ce, dans une série qui promet d’être exigeante sur le plan physique et riche en émotions.

À notre époque caractérisée par des matchs serrés, le rendement des unités spéciales risque de faire pencher la balance entre la victoire et la défaite dans les moments critiques. Jusqu'ici, on peut dire que les Sénateurs ont répondu présents.
Des performances individuelles à l'intérieur d'un concept d'équipe étanche auront permis à la troupe de Guy Boucher de remporter trois des quatre victoires de la première ronde en période de prolongation, dont trois au TD Garden de Boston.

Malgré une opposition des plus intenses et une formation affichant une détermination hors du commun et malgré l'absence de joueurs clés en défensive en levée de rideau chez les Bruins, les Sénateurs auront réussi à relever le défi. Tout ça en raison de l'effort et de l'engagement. Les Sénateurs ont appris bien des choses lors de cette première​ ronde face à l'adversité que représentait l'équipe de Bruce Cassidy.
Je persiste à croire que les Sénateurs peuvent passer au travers des Rangers. Sans manquer de respect envers la formation du « Big Apple », leurs succès sont de beaucoup attribuables au brio du gardien de but Henrik Lundqvist (.947). Aussi, l'équilibre entre l'attaque et la défense aura permis aux Rangers de battre le Canadien, non sans peine.

Et sans nécessairement aller dans le micro-détail de l'état des forces, la série opposant les Rangers aux Sénateurs nous offre deux formations bien équilibrées, sans complexe d'infériorité sur les patinoires adverses et qui jouissent d’une belle profondeur autant en défensive qu'en attaque.
Sachant fort bien que la formation new-yorkaise a su faire face à l'adversité de la division métropolitaine avec aplomb tout au long de la saison, les Sénateurs devront se méfier. Au cours de la saison régulière, les Rangers ont eu une production offensive des plus respectables avec 256 buts marqués, alors que celle des Sénateurs se chiffrait à 212 buts marqués. Aussi, je pense que le gardien de but d'expérience Henrik Lundqvist possède un léger avantage sur son adversaire Craig Anderson.

Le format des séries éliminatoires, fort questionnable et sévèrement critiqué par plusieurs spécialistes de la « game », pourrait représenter un facteur déterminant dans la présentation potentielle d'un match ultime entre ces deux équipes.

Il ne faut pas non plus oublier le facteur blessure, qui pourrait jouer un rôle d'importance dans le dénouement de cette série. Les Sénateurs démontrent actuellement des signes d'une équipe en « mission » et ils semblent avoir une confiance grandissante de jour en jour.

Pour ces raisons, je crois que les Sénateurs devraient l'emporter en 6.

Mes prédictions dans l'Est :

- Rangers - Ottawa (Ottawa en 6)

- Pittsburgh - Washington (Washington en 7) 

Mes prédictions dans l'Ouest :

- Nashville c. St. Louis (Nashville en 6)

- Edmonton c. Anaheim (Anaheim en 5)

Canadiens de Montréal : Un bilan basé sur très peu d'indicateurs!
 
Du côté du club de hockey Canadien, l'heure était au bilan en début de semaine. L'équipe aura profité du moment pour vider les casiers et utiliser des expressions courantes pour tenter d'expliquer le pourquoi de cette élimination hâtive face aux impressionnants Rangers de New York, forts d'une saison de 102 points, seulement un de moins que la formation montréalaise.Marc Bergevin
Marc Bergevin (Source: PC)


Le directeur général Marc Bergevin aura tout de même laissé sous-entendre quelques pistes quant aux prochains défis qui l'attendent au cours des prochaines semaines, voire les prochains mois.
Bergevin aura été en mesure de se libérer du regard de plusieurs en demeurant soi-même dans un exercice où le non-dit aura été aussi sinon plus important que ses commentaires. 
 
Teinté de demi-vérités en surface, le discours était, j’en suis certain, bien différent à l'intérieur du vestiaire. Les attentes étaient grandes suite au mouvement de personnel, ces changements ayant eu lieu tant au niveau des joueurs qu'au niveau du congédiement de l'entraineur-chef Michel Therrien.
 
Pour Marc Bergevin, le travail s'annonce colossal. Il devra être à la recherche de solutions sur les orientations futures, qui dicteront et influenceront les étapes à suivre pour s'assurer que cette élimination au premier tour ne soit qu'une erreur de parcours. 

L'heure des choix se pointe à l'horizon pour Bergevin et sa troupe. Pour progresser, l'homme de tous les pouvoirs chez le Canadien de Montréal devra décider et même renoncer à certaines choses en raison des contraintes du plafond salarial et de l'arrivée du repêchage d'expansion en juin prochain. Des décisions qui auront sans contredit des conséquences au final.

En contrepartie, l'entrée en scène de Claude Julien en cours de saison devrait représenter un élément extérieur (maintenant de l’intérieur) intéressant dans le processus d'évaluation à l'interne.

Son entrée en poste, depuis quelques mois, lui aura sans doute permis de bien évaluer les forces et faiblesses de chacun des joueurs, tant au niveau professionnel, que personnel.

Voilà des observations qui pourraient influencer de façon importante les prochaines actions du directeur général, considérant l'entente à long terme négociée avec Claude Julien.

En se faisant allier de son directeur général, cela ne pourra que stimuler la qualité des échanges et les mesures à prendre. Il faudra certes améliorer certaines facettes, mais il n’y a pas lieu de tout jeter à l'eau, car la série face aux Rangers aurait très bien pu pencher d'un côté comme de l'autre.

Un exercice qui exigera beaucoup de rigueur et de discipline dans ce processus de remise en question, mais un processus nécessaire pour celui qui a le mandat de faire du Canadien une formation compétitive malgré une parité de plus en plus présente au sein du circuit Bettman.

Là où la ligne est de plus en plus mince entre la réussite et l'échec dans ce milieu extrêmement compétitif.

Survol des confrontations dans l'Ouest

http://www.rds.ca/hockey/lnh/

P.K. Subban
P.K. Subban (Source d'image:Getty)
Andrew Berkshire

Suite à une première ronde éliminatoire ayant défié tous les pronostics, voyant quatre des sept meilleures équipes du circuit en saison régulière être éliminées, notamment un balayage à l’endroit des Blackhawks de Chicago, la deuxième ronde est sur le point de débuter, alors que les deux séries de l’Association de l’Ouest s’amorcent en ce mercredi.
Comme nous l’avons fait pour la première ronde, voyons si les statistiques peuvent nous donner une meilleure idée de comment chaque série se déroulera, en débutant par l’Association de l’Ouest.
Les Blues de Saint Louis contre les Predators de Nashville
Les performances à égalité numérique
Lors de la première ronde, peu de gens croyaient aux chances des Prédateurs face aux Blackhawks, mais ils étaient avantagés à égalité numérique quant aux tentatives de tir, aux buts, aux chances de marquer cadrées et aux chances de marquer à haut risque. Les Blues se rapprochent des Predators à ces niveaux, faisant même mieux quant aux chances de marquer cadrées. Bref, ne vous attendez pas à un autre balayage de la part de Nashville.

Les Predators sont la meilleure équipe défensive toujours présente en séries éliminatoires, ce qui les avantage. Cependant, les deux équipes se frotteront à des gardiens étant présentement fumants, Pekka Rinne et Jake Allen. En se fiant aux dernières années, ni Allen ni Rinne ne sont des gardiens pouvant changer l’allure d’une rencontre cruciale. Ainsi, la qualité de leur jeu pourrait décroître, signifiant qu’il pourrait y avoir globalement plus d’offensive dans cette série.
Si cette confrontation se décide par de hauts pointages, cela devrait avantager les Predators, eux qui ont un avantage certain quant aux chances de marquer à haut risque. Cela a d’ailleurs fait la différence dans la série les opposant aux Blackhawks.
Les Blues comptent sur un bon noyau de défenseurs avec Alex Pietrangelo, Colton Parayko et Jay Bouwmeester. Cependant, ces trois joueurs ont affiché un Corsi inférieur à 40 pour cent lors de la série les opposant au Wild. Si cela se répète dans une deuxième série consécutive, il est peu probable que cela ne soit pas fatal pour les Blues.
Il s’agit de deux bonnes équipes, mais le meilleur noyau de défenseurs des Predators et leur habileté à contrôler les chances de marquer à haut risque leur confèrent une longueur d’avance. Il devrait s’agir d’une série plus longue que celle connue par ces deux équipes lors de la ronde précédente.
Les Ducks d’Anaheim contre les Oilers d’Edmonton
Les performances à égalité numérique
Au premier tour, j’ai favorisé une équipe albertaine aux dépens des Ducks et ces derniers ont fini par balayer la série, dire à quel point mes questionnements et mes analyses de données ont rapporté des dividendes. J’ai favorisé Edmonton pour atteindre la finale de l’Association de l’Ouest dans un pool au début des séries. Encore une fois, à la lumière de cette présente confrontation, il est difficile de voir un scénario où les Oilers en sortent gagnants.

La profondeur à la ligne bleue des Ducks est tout simplement incroyable. Ayant perdu Cam Fowler pour la totalité du premier tour, alors que Sami Vatanen a raté toutes ces parties à l’exception d’une seule, Shea Theodore fut brillant pour colmater ces brèches. Hampus Lindholm, Josh Manson et Brandon Montour ont également été très solides.

Ce groupe de défenseurs est un peu meilleur que celui d’Edmonton, mais les Oilers ont une longueur d’avance à l’attaque, maintenant que leurs joueurs de soutien noircissent la feuille de pointage. Si cette nouvelle contribution offensive persiste, les Ducks pourraient faire face à un défi imposant puisque Connor McDavid n’aura pas toujours de la difficulté à convertir ses chances de marquer, comme ce fut le cas lors de la première ronde.
Les Oilers sont également quelque peu avantagés devant le filet, car Cam Talbot inspire davantage confiance que John Gibson. Toutefois, peu importe le regard que vous portez sur cette confrontation, la route s’annonce difficile pour les Oilers. Je pense que cette série nécessitera un match ultime et je dois prédire une victoire pour Anaheim.

Canadiens : bulletin final de la saison 2016-17

http://www.rds.ca/hockey/canadiens/

Les manchettes des experts

Images of Francois Gagnon

Gardiens :
Carey Price :
- Les directeurs généraux de la LNH l’ont hissé parmi les finalistes au trophée Vézina encore cette année, en dépit un passage à vide qui a largement contribué au congédiement de Michel Therrien en février dernier et qui lui coûte certainement un demi-point sur sa note finale… saison: 8,5/10
- L’absence d’offensive l’obligeait à la perfection face aux Rangers. Il n’a pas volé de match et un seul mauvais but a entraîné des conséquences démesurées et des critiques plus démesurées encore… séries : 8,5/10
- Statut : Dernière année de contrat (6,5 millions $) en 2017-2018. Malgré toutes les spéculations, il signera une prolongation de contrat au cours de l’été.
Al Montoya :
- Les 10 buts accordés aux Blue Jackets le 4 novembre ont miné des statistiques personnelles qui auraient été plus que potables pour un auxiliaire de qualité… saison : 7,5/10
- Statut : Première année d’un contrat de deux ans (1,062 million $) en 2017-2018. Sera l’adjoint de Carey Price s’il n’est pas repêché par Las Vegas.
Charlie Lindgren :
- Deux matchs ne font pas une carrière, mais ses deux victoires associées à de très bonnes statistiques dans la Ligue américaine devraient l’assurer de plus d’action avec le grand club l’an prochain… saison : 9/10
- Statut : Joueur autonome avec compensation; sera mis sous contrat. Prochain adjoint de Price ou servira d’appât dans le cadre d’une transaction.
Défenseurs :
Shea Weber :
- Sensationnel en première moitié de saison et très solide en deuxième portion, le défenseur a offert au Canadien ce qu’il recherchait dans la transaction qui a envoyé P.K. Subban à Nashville. Meilleur défenseur de la LNH avec 12 buts (sur 17) marqués en avantage numérique… saison : 9/10
- Pierre d’assise de la défensive, il a été le meilleur joueur du Canadien contre les Rangers… série : 9/10
- Statut : Sixième saison d’un contrat de 14 ans d’une valeur de 7 857 millions $ sous le plafond. À Montréal pour longtemps.
Andrei Markov :
- Une autre saison métronome pour le vétéran défenseur dont le niveau de jeu se maintient, voire s’améliore, malgré l’âge qui avance. Le Canadien aurait dû l’utiliser davantage en avantage numérique… saison : 8,5/10
- Exception faite de l’anémique attaque massive, il est difficile de lui faire de grands reproches dans le duel face aux Rangers… séries : 8/10
- Statut : Joueur autonome, il devrait être de retour l’an prochain. Contrat d’un an autour de 5 millions $ ou de deux saisons totalisant 8 millions $.
Jeff Petry :
- Saison honnête pour ce vétéran qui a eu à composer avec des partenaires qui ne l’ont pas toujours aidé, mais qui devra trouver une façon de maintenir son niveau de jeu, lorsque chassé et frappé par l’adversaire… saison : 7,5/10
- Des séries à l’image de sa saison… séries : 7,5/10
- Statut : Deuxième année d’un contrat de cinq ans (5,5 millions $) en 2017-2018.
- Jordie Benn :
- Ses 13 matchs lui ont permis de se faire une niche au sein du troisième duo tout en confirmant que le Canadien a réalisé une très bonne transaction en faisant son acquisition… saison : 8/10
- La vitesse des Rangers a mis en évidence quelques-unes de ses lacunes qui ont confirmé que sa chaise est au sein d’un troisième duo et non d’un deuxième… séries : 7/10
- Statut : Sous contrat pour deux ans encore à 1,1 million $. Excellent rapport qualité/prix.
Alexei Emelin :
Il faut mettre au clair le cas Alex Galchenyuk
- Le fait d’avoir passé près d’une moitié de saison à la gauche de Shea Weber l’a grandement aidé. Défenseur physique, il demeure très vulnérable en raison d’un coup de patin déficient et d’une piètre habileté avec la rondelle. Des lacunes qui sont devenues très évidentes une fois séparé de Weber… saison 6,5/10
- Revenu dans l’action avec deux matchs à faire en séries, il s’est malgré tout bien débrouillé… dans ses limites… séries : 7/10
- Statut : Dernière année de contrat en 2017-2018. À 4,1 millions $, il est très cher payé et donc difficile à échanger.
Nathan Beaulieu :
- Capable du meilleur offensivement quelques fois, mais du pire défensivement trop souvent. Son inconstance en fait un défenseur sur qui il est difficile de compter… saison : 6,5/10
- Limité à trois présences en prolongation lors du 5e match et confiné à la galerie de presse pour la sixième partie. Ça en dit long… séries : 4,5/10
- Statut : Contrat à renégocier à titre de joueur autonome avec compensation. Selon moi, il a joué son dernier match en carrière avec le Canadien.
Nikita Nesterov :
- J’ai cru que le Canadien avait mis la main sur un défenseur qui aiderait la cause de l’équipe lors de la transaction avec Tampa Bay. Je m’étais royalement trompé… saison : 3/10
- Loin, très loin, de s’être racheté en deux matchs face aux Rangers… séries 3/10
- Statut : Joueur autonome avec compensation. C’est dans la KHL et non dans la LNH qu’il jouera l’an prochain.
Brandon Davidson :
- Acquis des Oilers en retour de David Desharnais, ce jeune défenseur est débarqué armé d’un puissant tir frappé qu’il n’a pas utilisé bien souvent. Le meilleur est à venir, du moins je l’espère pour lui, le CH et ses partisans… saison : 6/10
- Rien de bien convaincant face aux Rangers… séries : 6/10
- Statut : Sous contrat (1,425 million $) l’an prochain. Le fait qu’il ait remplacé Nathan Beaulieu lors du dernier match, laisse-t-il croire qu’il prendra sa place l’an prochain?
Zach Redmond :
- Son camp d’entraînement a fait miroiter des espoirs que ses 16 matchs ont anéantis. Défenseur d’utilité, il n’a pas été très utile… saison : 4/10
- Statut : Sous contrat pour encore un an. À moins que le CH trouve un moyen de l’échanger, c’est à Laval, avec le Rocket, qu’il touchera son salaire de 650 000 $
Mikhail Sergachev :
- Ses trois parties en début de saison ont prouvé qu’il n’était pas prêt à faire directement le saut des rangs juniors à la LNH. Le sera-t-il l’an prochain? saison : dossier incomplet
- Statut : attendu comme un sauveur en raison du manque de profondeur à la ligne bleue, il faudra être prudent et surtout éviter de précipiter son entrée en scène.
Ryan Johnston (7 matchs)
Joel Hanley (7 matchs)
Brett Lernout (2 matchs)… 
- dossiers trop incomplets pour être notés
- Statut : Du groupe, seul Lernout est sous contrat l’an prochain. Il pourrait bien être le seul encore avec l’organisation. Cette relève approximative mène à la question suivante: pourquoi diable le Canadien a accepté de perdre Mark Barberio au ballottage alors qu’il était meilleur que ces trois arrières, meilleur que Nesterov et Redmond également et certainement aussi bon que Davidson.
Attaquants :
À Carey Price de décider de son salaire
Max Pacioretty :
- Après un début de saison difficile, il s’est ensuite hissé parmi les meilleurs francs-tireurs de la LNH totalisant 35 buts, dont sept buts gagnants, ce qui est très bien. De ces 35 buts, 24 ont toutefois été enfilés contre des équipes qui n’ont pas accédé aux séries. Sa nette amélioration à titre de capitaine lui vaut certainement une prime d’un demi-point… saison 9/10
- Il a dominé la LNH avec 28 tirs en première ronde et le Canadien au chapitre des occasions de marquer. Le travail était donc là, mais les buts n’ont pas suivi ce qui a fait très mal à son équipe… séries : 6/10
- Statut : À 4,5 millions $ par année pour encore deux ans, il représente une aubaine dans les paramètres de la LNH. À Montréal pour longtemps à moins que la pression étouffante l’incite à réclamer une transaction.
Alexander Radulov :
- Après un long purgatoire dans la KHL, Radulov a vite donné raison à Marc Bergevin d’avoir mis sur lui. Il a su dissiper les doutes à son endroit et a conquis le cœur des amateurs du Canadien. A frappé un mur en février, mur qu’il a su escalader pour bien finir la saison. Incroyable fabricant de jeu, il pourrait devenir le premier joueur de centre tant recherché… s’il jouait au centre!... saison : 8,5/10
- A fait ce qu’il a pu contre les Rangers, mais sa récolte de six points n’a pas suffi. Difficile de le blâmer… séries : 8/10
- Statut : Joueur autonome sans compensation, il coûtera très cher en dollars et en années. Deux questions : le Canadien a-t-il les moyens de lui payer le gros lot? Pas vraiment. Le Canadien a-t-il les moyens de le perdre considérant la timidité de son attaque et le manque de relève? Pas vraiment non plus. C’est pour cette raison que je crois qu’il sera de retour.
Alex Galchenyuk :
- Il a les jambes, les mains et le tir pour être une vedette dans la LNH comme il l’a démontré en début d’année. A-t-il le cœur, la vision et la tête pour y arriver? Sa deuxième portion n’a pas aidé à contrecarrer ses questions qui l’ont fait régresser cette année… saison : 6,5/10
- Trimbalé de l’aile au centre, du premier au quatrième trio, il n’a pas été aidé par son équipe, mais à un moment donné, le petit gars devra lui-même s’aider… séries : 6/10
- Statut : Joueur autonome avec restriction, j’ai bien peur que son contrat sera décidé en arbitrage avec les conséquences négatives qu’un tel processus entraîne. Comme Beaulieu, je crois qu’il a disputé son dernier match avec le Canadien.
Paul Byron :
- Fort de ses 22 buts et vite comme l’éclair, «Ti-Paul» représente une des plus belles surprises de la saison avec le CH et autour de la LNH… saison : 8,5/10
- Les Rangers l’ont empêché d’utiliser sa vitesse. Sa production en a souffert, mais malgré ses 150 livres tout mouillé, Byron a su, à la surprise générale, aider la cause de son équipe en s’imposant physiquement. Ce que bien des coéquipiers pourtant bien plus gros n’ont pas réussi à faire… séries : 7/10
- Statut : deuxième année d’un contrat de trois ans (1,167 million $) l’an prochain. Il sera de retour, mais je n’attends pas de lui une autre saison de 20 buts.
Quelque chose à tirer du 1er juillet prochain?
Phillip Danault :
- Parti du quatrième trio en début de campagne, il s’est fait une niche entre Pacioretty et Radulov. Un brin par défaut, c’est vrai, mais il s’y est rendu quand même, confirmant ainsi son impressionnante progression… saison : 8/10
- Son manque d’expérience et le rôle démesuré qu’il avait à occuper ont fait de lui une proie facile pour les Rangers. L’expérience acquise servira plus tard… séries : 6,5/10
- Statut : Dernière année de contrat (912 500 $) l’an prochain. J’espère pour lui que le Canadien le délivrera du rôle de premier centre. Le jeune homme sera le parfait successeur de Tomas Plekanec dans deux ans, voire dès l’an prochain.
Andrew Shaw :
- Des mauvaises pénalités en cascade ont porté ombrage à ses performances déjà un brin en dessous des attentes en saison. Elles ont aussi miné sa relation avec Michel Therrien. Ce qui n’a certainement pas aidé le joueur et l’entraîneur-chef non plus… saison 6,5/10
- Acquis pour son leadership et son expérience des séries acquises avec les Hawks à Chicago, Shaw a été bien meilleur face aux Rangers que ses statistiques le démontrent… séries : 7/10
- Statut : À Montréal pour longtemps – peut-être même trop longtemps – puisqu’il écoulera la deuxième année d’un contrat de six ans qui lui rapporte 3,9 millions $.
Brendan Gallagher :
- Déjà aux prises avec sa part d’ennuis, la petite peste a été dangereusement calmée par la fracture subie lorsque Shea Weber l’a atteint à une main avec un tir frappé foudroyant. Une blessure qui est le fait saillant de sa pire année avec le Canadien… saison : 5,5/10
- Heureusement pour le Canadien et ses partisans, la petite peste a retrouvé sa fougue et son sourire au printemps. Ça n’a pas évité l’élimination hâtive face aux Rangers, mais ça augure bien pour l’an prochain… séries : 8/10
- Statut : Sous contrat pour encore quatre ans à un salaire moyen de 3,75 millions $.
Artturi Lehkonen :
- Ne s’est pas hissé parmi les Laine, Matthews et autres surdoués de la cuvée 2016-2017, mais Lehkonen est non seulement la recrue de l’année du Canadien, mais il a démontré qu’il est déjà un joueur complet… saison 7,5/10
- Son plus bel exploit est d’avoir maintenu, voire dépassé, son rendement de la saison malgré une série serrée et difficile face aux Rangers… séries : 7,5/10
- Statut : Reviendra l’an prochain pour la deuxième année de son contrat d’entrée (3 ans) à un salaire très économique de 839 167 $ sous le plafond.
Radulov : doit-on encore avoir des craintes de le signer?
Tomas Plekanec :
- Ses statistiques offensives anémiques – ses 10 buts et 28 points représentent sa plus faible production en carrière – combiné à son salaire de 7 millions $ ont soulevé une vague de critiques que ses performances défensives, bien que solides, n’ont pu contenir… saison : 6/10 
- Meilleur centre du Canadien face aux Rangers alors qu’il a été entraîné par la vitesse et la fougue de Gallagher et Byron… séries : 7,5/10
- Statut : À la croisée des chemins. Pourrait être sacrifié avec son salaire de 5 millions $ (6 millions $ sous le plafond) pour libérer des fonds afin de payer Radulov ou courtiser un centre plus productif.
Torrey Mitchell :
- Son départ canon – cinq buts en 10 matchs – a laissé poindre une production miraculeuse. La réalité a repris le dessus ensuite. Solide vétéran, efficace au centre – ou à l’aile – d’un quatrième trio. Le Canadien espérait toutefois plus que seulement trois buts dans les 72 derniers matchs… saison : 6/10
- Efficace lors de ses trois duels face aux Rangers, je peine toujours à comprendre pourquoi il a été chassé de l’alignement lors du sixième match… séries : 6,5/10
- Statut : Complétera l’an prochain sa dernière année de contrat avec le Canadien. Sa dernière année point.
Brian Flynn :
- Il devait épauler Mitchell au sein d’un trio défensif, mais le fait qu’il n’ait disputé que quatre des 21 dernières parties du Tricolore (huit parties ratées en raison d’une blessure) témoigne de l’insatisfaction justifiée du Tricolore… saison : 4,5/10
- Pourquoi l’avoir sorti des boules à mites lors du dernier match… séries : 4,5/10
- Statut : Joueur autonome, je l’imagine mal de retour la saison prochaine. En fait, je ne l’imagine pas du tout…
Daniel Carr :
- Le Canadien lui a offert 33 matchs pour se faire une niche avec le grand club et c’est avec le club-école qu’il a terminé la saison. Ça en dit long… saison : 4/10
- Statut : Il touchera un salaire garanti de 725 000 $, mais à Laval s’il est encore avec l’organisation à moins qu’il se développe de façon surprenante au cours de l’été
Michael McCarron :
- Il a frappé à la porte du vestiaire du grand club sans vraiment arriver à s’y faire une place bien à lui… du moins pas encore… Doit améliorer son patin et ses habiletés avec la rondelle… saison : 5/10
- Une petite partie (13 présences) lui aura permis d’au moins toucher à la glace en séries éliminatoires… dossier incomplet
- Statut : Une place au sein du quatrième trio l’attend l’an prochain. Arrivera-t-il à grimper plus haut? On serait en droit de s’attendre à plus d’un choix de première ronde
Chris Terry :
- Un des nombreux appelés en cours de saison qui a été incapable de passer dans le camp des élus. Ses quatre points (deux buts) en 14 matchs permettent de garder espoir même si à 28 ans, il commence à se faire très tard… saison : 5,5/10
- Statut : Ses statistiques dans la Ligue américaine confirment un talent indéniable… pour la Ligue américaine. On le verra peut-être comme pompier de temps en temps à Montréal, mais on le verra surtout à Laval.
Charles Hudon :
- Deux passes en trois matchs avec le grand club auraient dû lui valoir d’être rappelé avec plus d’empressement pour combler les lacunes offensives à Montréal. Les blessures l’ont privé de tels rappels, semble-t-il. Dommage… saison : 7/10
- Statut : Pour des raisons que l’état-major se garde bien de dévoiler, le Canadien ne semble vraiment pas croire en lui malgré un talent offensif indéniable. Si j’étais les Golden Knights de Las Vegas, c’est son nom que je cocherais sur la liste des joueurs offerts par Montréal au repêchage d’expansion…
Dwight King :
- Acquis à la grande joie de l’état-major à la date limite des transactions, il a été moins productif en 17 matchs (un but) que Hudon et Terry qui sont pourtant passés par Montréal en coup de vent. Et ce n’est pas comme s’il avait compensé avec une présence physique intimidante. Il s’est dit surpris et déçu de quitter Los Angeles et s’est assuré que cela paraisse dans son jeu… saison : 3,5/10 
- Ce qu’on n’a pas vu de King en saison, on ne l’a pas vu non plus en séries, même si l’état-major du Canadien a plaidé que nous regardions mal ses performances… séries : 3,5/10
- Statut : Il sera libre comme l’air le premier juillet et si ce n’était que de moins, il le serait encore lors du premier match de la saison prochaine aussi…
Nikita Scherbak :
- Loin d’avoir impressionné malgré son but marqué lors de son séjour (3 matchs) à Montréal et ne casse rien avec le club-école non plus… saison : 5/10
- Statut : Il est maintenant permis de se demander si on le verra un jour à Montréal
Steve Ott :
- Il a donné au Canadien ce que le Canadien espérait quand il l’a acquis à la date limite des transactions. C’est-à-dire un brin d’expérience et deux brins de physique. Ou l’inverse! Mais pas beaucoup plus… saison : 6/10
- Mérite une prime pour avoir passé la main dans les cheveux de Mats Zuccarello afin de sortir le Norvégien de ses gonds. Pour le reste, «what you see, is what you get» comme disent les Chinois… séries : 6/10
- Statut : Joueur autonome qui, à 34 ans, sera mercenaire là où on lui donnera la chance de l’être… mais pas à Montréal. Du moins je ne crois pas
Andreas Martinsen :
- On a vanté sa vitesse, mais on ne lui a pas vraiment donné la chance de l’exploiter en lui préférant la lenteur de Dwight King. Rien pour inciter une note généreuse… saison : 4/10
- Je me souviens qu’il ait disputé deux matchs, mais je ne me souviens pas grand-chose de ses deux parties. Ça en dit long… séries : 4/10
- Statut : Joueur autonome dont l’âge (26 ans) et la vitesse sont les deux seuls atouts qui pourraient lui valoir un contrat à Montréal. Mais en y pensant bien, pourquoi diable lui en offrir un?
Jacob De La Rose :
- Dire qu’on a déjà vu en lui un potentiel joueur efficace de troisième trio et même cru qu’il avait atteint pour de bon la LNH. On a tous le droit de se tromper de temps en temps… saison : 3/10
- Statut : Joueur autonome avec restriction, je serais très surpris qu’il reçoive une offre du Canadien. Il était dans la mire de Vegas avant les Fêtes, j’espère pour eux qu’il n’y est plus
Bobby Farnham :
- On lui a offert trois matchs dans la LNH en guise de cadeau afin qu’il puisse dire un jour à ses petits-enfants qu’il a déjà endosser l’uniforme du Canadien de Montréal… saison : dossier incomplet 
- Statut : Honnête mercenaire des ligues mineures qui y est pour y rester… que ce soit avec le Canadien ou une autre organisation.